Aller au contenu principal

Les sorties de juin

Chez Milady, le 20 juin :

 

Passions Exaltées, Psi-Changeling # 9, de Nalini Singh

 

 

Deux dominants, pas de compromis

 

Traqueur de la meute des SnowDancer, Andrew Kincaid doit maîtriser les changelings qui ont perdu le contrôle de leur moitié animale, quitte à tuer ceux qui basculent dans la folie. Mais un autre combat l’attend : gagner le coeur de la femme qui exalte ses sens. La lieutenante Indigo Riviere est farouche, sauvage, et elle n’accorde pas à la légère les privilèges du contact rapproché. Cependant, un terrible danger menace le coeur même de leur territoire, élevant au rang de mortels les enjeux de cette danse de séduction torride entre deux loups dominants.

 

 

L’attrait des étoiles, Cassandra Palmer # 6, de Karen Chance

 

 

Être une déesse c’est nettement moins marrant qu’on l’imagine. Surtout quand on n’est qu’une demidéesse, qu’on vient de l’apprendre et qu’on ne sait pas encore très bien ce qu’on fait. Mais ce n’est que le sommet de l’iceberg pour Cassandra Palmer, connue également comme la Pythie, l’oracle en chef fraîchement intronisée de la communauté surnaturelle. Elle doit aussi sauver un ami d’un sort pire que la mort, se coltiner un maître vampire de plus en plus possessif et… empêcher une horde de ses propres disciples de dévaster le monde !

 

 

Possesion, Anges déchus # 5, de J.R. Ward

 

 

7 péchés capitaux, 7 âmes.

 

Jim Heron est capable du pire comme du meilleur. Ce qui lui vaut d’être choisi par les forces du bien et du mal pour décider du destin des Hommes. Sept âmes dans la balance, sept âmes à sauver ou à damner.

Alors que le destin d’une nouvelle âme repose entre ses mains, il est détourné de son devoir le plus sacré par le sort d’une jeune femme, prisonnière en Enfer, qui pourrait bien l’amener à sauver la mauvaise personne…

Le bien peut-il encore l’emporter si l’amour est une faiblesse ?

 

 

Les Sœurs de la Lune – Volume Double – Darkling / Dragon Wytch, de Yasmine Galenorn

 

 

50% fées , 50% humaines , 300% sexy.

 

Nous sommes les soeurs D’Artigo : mi-humaines, mi-faes, agents qualifiés et sexy de la CIA d’Outremonde. Être une fae dans votre monde confère bien des avantages : nous sommes plutôt bien perçues, contrairement à nos congénères un peu moins, disons… sexy.

 

Malheureusement, notre ascendance nous joue parfois des tours. Quand elle est stressée, Delilah se transforme en chat. La magie de ma soeur Camille est aussi imprévisible que la météo de Seattle. Et moi ? Je suis Menolly, une acrobate devenue vampire et je donnerais ma canine droite pour me venger de mon Sire : Dredge, qui semble s’être allié à notre pire ennemi, l’Ombre Ailée !

 

 

 

Chez Bragelonne, le 18 juin :

 

Sorcière pour l’échafaud, Rachel Morgan # 1, de Kim Harrison (édition spéciale 10 ans – 10 livres – 10 €)

 

 

Rachel Morgan est une jeune femme comme les autres… mais il ne faut pas se fier aux apparences : c’est une sorcière ! Après sept ans passés à chasser les criminels qui se cachent parmi les créatures de la nuit, Rachel démissionne et lance sa propre agence.

Le seul problème, c’est que personne n’est censé quitter cette police très spéciale, et Rachel est aussitôt traquée par des tueurs munis d’un bel assortiment de malédictions bien vicieuses. Le seul moyen de s’en sortir ? S’associer avec une vampire envoûtante et pour le moins inquiétante…

 

 

Aux éditions du Chat Noir , le 2 juin :

 

Fragments & Cicatrices, de Sophie Dabat

 

 

Les mythes ont doté les femmes d'autant de pouvoirs que la société les a privées de droits et de libertés. Les déesses déchues des anciennes religions sont devenues les jouets, parfois abîmés, parfois cassés, d'un destin qui leur échappe. Au travers de ces textes, Sophie Dabat réinvente par le prisme de l'imaginaire les héroïnes des fables, des légendes ou tout simplement du quotidien et retrace l'évolution de la figure féminine. Un recueil qui s'adresse aux hommes et aux femmes admiratifs de ces grandes dames qui par la seule force de leur volonté ont contribué à écrire l'Histoire.

 

 

Memento Mori, NéaChronical # 1, de Jean vigne

 

 

Après avoir fait le mur pour aller à un rendez-vous nocturne, Néa, 15 ans, se réveille à demi-embourbée dans les marais locaux. Sur le chemin du retour, l'esprit embrumé, elle tente de rassembler des souvenirs qui lui échappent. D'autant plus qu'une fois chez elle, ses parents, sous le choc, lui apprennent que son absence a en fait duré plus de cinq ans. C'est désormais une jeune femme qui doit reprendre sa vie là où elle s'était arrêtée, c'est à dire au lycée. Seulement, le fossé avec ses camarades se creusent de jour en jour, pas seulement à cause de l'âge, mais également parce qu une série d'événements inexplicables la rend différente du lycéen lambda. Et du genre humain... Maintenant, Néa n'a plus qu'une idée en tête : retrouver la mémoire afin de comprendre ce qu'il lui arrive.

 

 

 

Chez Rebelle, en juin :

 

L’âme de la nuit # 2 de Maria J. Romaley

 

(plus d’infos à venir)

 

 

Maeve Regan - tome 5 "Sur les dents" de Marika Gallman

Maeve t.5Editions Milady

Résumé :

Le masque du traître est tombé et l'heure de l'ultime combat a sonné. Maeve va devoir faire des choix qu'elle n'aurait jamais cru devoir faire. Entre le cœur et la raison, entre le bien et le mal, magie noire et illusions, Maeve parviendra-t-elle à se libérer de la prophétie qui la lie depuis trop longtemps à un destin qu'elle n'a pas choisi ?

 

 

 

 

 

 

L’avis de Némésis :

Pour commencer, je vais me permettre d’être vulgaire, je suis désolée, mais faut que ça sorte : putain de bordel de merde !!!

Je viens de refermer le dernier tome des aventures de Maeve Regan et je suis à bout de souffle.

Alors si vous n’avez pas lu le tome 4, ou ceux d’avant (mais qu’est-ce que vous faites ici ?!) : fuyez avant de vous faire spoiler !

C’est bon ?

Ok, donc ce tome commence là où s’était terminé le 4 : Maeve vient de s’échapper des griffes de son frère et du château des cauchemars mais elle vient aussi de comprendre que son père est toujours en vie et qu’il est à ses côtés depuis le début.
Il va lui falloir le démasquer et surtout le vaincre une bonne fois pour toutes, the game is on!

Ce tome est clairement celui de Victor, celui que j’attendais depuis le début, car moi aussi j’aime les méchants, les bons, ceux qui ne te lâchent pas, qui ne te laissent aucun répit et Victor est de cette trempe, c’est le roi !

Bon sang, je ne sais même pas par où commencer, c’est comme essayer de vous raconter un feu d’artifice, ça se vit, ça ne se raconte pas.
L’histoire se déroule sur un laps de temps très court et il n’y aucun temps mort, Victor n’en accorde pas, jamais. Pour reprendre une phrase célèbre : il voit, il veut, il prend.
Tout le défi ici va être de mater cet enfant gâté et ce ne sera pas une partie de plaisir.

L’auteur va aller au bout, elle ne va pas hésiter dans ses choix et va nous faire vivre un vrai putain de grand huit (oui, j’ai encore été vulgaire, my bad). George R.R. Martin a du souci à se faire, car je crois qu’il vient de trouver un adversaire à sa taille, la barbe en moins (et c’est pas plus mal). Marika, même si tu n’es pas un homme, je te le dis : tu es couillue !

Vous l’aurez compris, aucun personnage n’est à l’abri, tout est possible et surtout le pire. L’auteur m’a gentiment baladée, j’ai essayé d’anticiper, mais moi et mon petit cerveau de blonde, nous n’avons pas réussi et c’est tant mieux ! Chaque nouvel « événement » était comme un coup de poing en plein bide, j’ai réellement tremblé, car j’étais face au mur, j’ai subi tout ça, comme Maeve.

Ah Maeve, quelle évolution ! Elle reste elle-même, son humour, son cynisme, sa grande gueule, mais aussi sa loyauté, son grand cœur ; elle va me manquer.
D’une héroïne qui, à ses débuts, me donnait envie de lui mettre une paire de claques, nous sommes arrivés à une femme, une vraie. Elle a grandi, elle est devenue plus humble, elle a appris que ses sentiments n’étaient pas une honte et que ses erreurs la rendaient plus forte si elle les acceptait.
J’ai particulièrement aimé le mot de la fin sur son triangle amoureux avec Trevor et Lukas, car l’auteur a su la rendre complètement humaine. Je m’explique : souvent les héroïnes finissent par prendre des décisions qui nous ramènent à la réalité, car dans la « vraie » vie, cela ne se passe jamais comme ça. Ici, nous étions dans la réalité, l’identification est très forte et rend encore plus émouvant ce passage.

Je n’ai parlé que de Maeve (et de Victor, je ne l’oublie pas, je n’ose pas) pour le moment, mais tous les autres personnages vont, eux aussi, me manquer. Ils étaient tous incroyables à leur manière, extrêmement bien construits et attachants : Lukas, Trevor, Lala, Barney, Connor, Elliot, Walter (mon Gibbs à moi), Rosita… je sais que j’en oublie mais je vous aime les gars ! (et les nanas aussi).

Petite mention pour l’épilogue que j’ai adoré, il était vraiment très beau et surtout très sympa pour nous ;-)
Je ne vous en dirai pas plus, car je m’en voudrais beaucoup de vous gâcher ce roman en vous apportant trop d'éléments. Je veux que vous ayez la même surprise, la même émotion que moi en parcourant ces pages.

J’ai conscience que cet avis ressemble à une oraison funèbre, je n’y peux rien, mais là j’ai une énorme poussière dans l’œil en me disant que c’est fini.

La seule chose qui me fait garder le moral, c’est de me dire que Miss Gallman va nous écrire d’autres romans (oui, elle n’a pas le choix), car un auteur de talent comme cela ne doit pas s’arrêter et doit continuer à nous offrir de telles aventures.

Marika, merci de m’avoir offert Maeve.

Trailer pour A Shiver of Light - Merry Gentry T9

Un trailer a fait son apparition pour la sortie du prochain tome Merry Gentry "A Shiver of Light". Rappelons que ce tome 9 vient tout juste de sortir aux USA.

 

 

Source : Get and Sundry

Hors de Portée - tome 1 "Hors de Portée" de Georgia Caldera

Editions J'ai Lu

Sa spécialité ? Fuir toute relation. Et on peut dire que Scarlett est docteur ès « disparition au petit matin ». Inutile de lui parler relation sérieuse, confiance et stabilité, elle en est incapable. Si investissement il y a, c’est dans la société de décoration d’intérieur qu’elle vient de créer avec sa cousine, ancienne mannequin déjantée, et qui lui prend le plus clair de son temps. Pourtant, face à son nouveau client, le très entêté et séduisant M. Mufle-Connard, plus connu sous le nom d’Aidan Stern, le savoir de Scarlett ne lui sera d’aucun secours. Mais parviendra-t-il vraiment à guérir les blessures du passé ?

 

 

 

 

Avis d'Edelweiss : J’ai eu la chance de découvrir Georgia Caldera avec son 1er roman Les Larmes Rouges qui a reçu le prix Merlin 2012 (une petite merveilleuse par ailleurs!)

Son nouveau romain Hors de Portée change complètement de registre car nous passons d’un univers fantastique Les Larmes Rouges à un magnifique roman contemporain sentimental... et c’est une réussite !

Georgia Caldera m’a fait passer un agréable moment, pour dire, son roman je l’ai dévoré en un week-end !

Nous faisons la connaissance de Scarlett Delorme, 29 ans, décoratrice d’intérieur et chef de sa propre entreprise en collaboration avec sa cousine Louise, anciennement mannequin, dont leur rapprochement et le développement de leur agence à Paris n’a eu lieu qu’après le décès de la mère de Scarlett, quelques mois auparavant. 

Une rencontre avec un client exigeant et hostile un dénommé Aidan Stern, P-DG dans le système informatique, plus connu sous le pseudo « Mufle-Connard » va bouleverser l’univers tranquille et routinier de la jeune femme.

A première vue, Aidan est un homme merveilleusement beau et grand, doté d’une sublime prestance mais son visage aux traits stricts et durcis le rend vraisemblablement peu agréable, distant et antipathique lors de son entretien avec Louise pour le réaménagement de ses locaux. Il souhaite finalement n’avoir à faire qu’à la dirigeante de l’agence, Scarlett…

 

Malgré son imposante apparence, Aidan est un homme sensible, patient et au bon fond, dont le vécu l’incite à garder sa carapace rigide pour ne montrer aucune émotion, mais la charmante Scarlett dont les traumatismes du passé ne sont pas complètement guéris va le faire fondre en un rien de temps.

Bien qu’il dissimule de lourds secrets, il est prêt à risquer beaucoup pour entretenir une liaison durable avec elle, mais s’est sans se douter que ce fameux passé, un brin commun, fera de nouveau surface dans leur vie.

 

Scarlett est complexée par son petit mètre soixante mais assume en grande partie ses jolies rondeurs (et oui enfin une héroïne voluptueuse taille 42, merci Georgia Caldera !). Suite à une période douloureuse de son adolescence, elle fuit à Marseille pour se reconstruire et tire un trait sur les relations avec les hommes au-delà de quelques rendez-vous.

De retour à Paris, alors que son client lui propose un rendez-vous non pas d’affaire mais un tantinet inhabituel et très alléchant, elle ne peut refuser malgré sa réserve de ne pas souhaiter mélanger travail et vie privée.

S’en suis alors une relation tumultueuse et de plaisir charnels qui nous fait entrevoir leur démons spécifiques mais aussi leurs fragilités respectives face à l’amour et au besoin de l’autre à ce que « relation stable » signifie aux yeux du très possessif Aidan et que Scarlett cherche à fuir à tout prix : jalousie, rancœur, avenir incertain, mensonge, douleur et abandon…

On s’attache rapidement à nos deux personnages tourmentés, à leurs facettes touchantes et aux moments d’affection réciproque.

Leur histoire est très bien développée, on reste en haleine jusqu’à la dernière page, on s’attend à des passages ordinairement cohérents qui bien entendu naissent en tournant les pages mais pour autant nous surprennent de fil en aiguille et apportent une petite touche d’originalité et de caractère, à la fois simple et très raffiné.

Le mystère de leur relation marche sur une corde raide mais le personnage secondaire qu’est Louise se trouve être récurrent, rassurant et de bon conseil pour ce couple qui suscite l’étonnement voire l’antipathie autour d’eux.

C’est un très bon livre que je conseille vivement à tous ceux qui on envie de sourire à certaine réplique, de verser une larme dans les moments mélancoliques mais surtout pour découvrir une histoire captivante d’une auteure qui a du talent.

 

 

Fièvre de Lune de Karen Marie Moning

Editions J’ai Lu

“La Lune sanglante a apporté avec elle une sombre et sinitre créature. Cette dernière sillonne les rues de Dublin à la recherché de nouvelles victimes, ne laissant derrière elle que chaos et désolation, notamment parmi mes proches.

Armée de ma lance et épaulé par Jericho, je m’apprête à affronter cet ennemi terrifiant : le faë unseelie le plus ancien et le plus dangereux qui soit…”

 

 

 

 

Avis d’Arcantane : Fan de la série Fièvre, j’avais vraiment hâte de découvrir les aventures de Mac en BD.

Pour commencer, je peux vous dire que c’est un très bel ouvrage de 184 pages pas si cher (comparé au nombre de pages, cela vaut le coup)

Fièvre de Lune est composé en plusieurs parties :

- L’introduction de Karen Marie Moning très émouvante et expliquant la création de ce roman graphique.  On apprend aussi la triste nouvelle que l’illustrateur Al Rio qui avait commencé ce roman, est décédé et que Cliff Richards a repris le flambeau par la suite.

- L’histoire graphique où l’on suit Mac à la poursuite du Fear Dorcha, le grand méchant de l’histoire et que Mac avait déjà rencontré par le passé.

- La 3ème partie est assez intéressante car elle est consacrée sur les coulisses de la série où l’auteure nous livre ses impressions sur sa célèbre série d’urban fantasy ainsi que ses doutes lorsqu’elle a commencé à écrire Les chroniques de MacKayla Lane.

- La dernière partie est dédiée aux croquis des personnages  avec une description minutieuse par l’auteure pour que les dessins soient les plus proches de la série.

 

Après une première lecture, j’ai apprécié  ce 1er roman graphique sur Mac car il retrace bien la série Fièvre. Les dessins des personnages correspondent à ceux que l’on a l’habitude de voir dans les comics américains (soit des nanas à forte poitrine et des hommes qui auraient pris trop de steroids et qui sont tous hyper virils et musclés) cependant cela pourrait gêner certains lecteurs qui ne sont pas habitués à ce type de dessins.

Mac m’a plu tout de suite mais je ne suis pas fan de la représentation de Barrons en dessin, il fait trop “bourrin”, il ne correspond pas à l'image que j'ai de lui. J'ai beaucoup plus apprécié les croquis faits par Al Rio que l’on découvre à la fin de Fièvre de Lune.

J’ai beaucoup aimé les quelques clins d’oeil comme la référence au The Dani Daily ou le tee shirt de Mac : "I'm a Juicy girl". J’ai eu l’impression de replonger dans la série.

Par contre, je ne voyais pas du tout l’épée de lumière de Dani comme elle est représentée : on dirait un sabre laser à la manière de Star Wars !

 

Quand à l’histoire, elle est assez intéressante et nous embarque à la poursuite du Fear Dorcha, un terrible unseelie qui prend des parties physiques des ses victimes. Mac doit l’arrêter (avec l’aide de Barrons) si elle veut sauver Dani et Kat, ses amies victimes de cet unseelie.

Au final, c’est une histoire qui se lit assez vite et qui donne envie de relire les chroniques de MacKayla Lane. Elle devrait norlmalement séduire les fans de MacKayla Lane.

 

Syndiquer le contenu