Aller au contenu principal

Lux - tome 1 "Obsidienne" de Jennifer L. Armentrout

Edition J'ai Lu

Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s'attend à tout sauf à rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une sœur jumelle adorable, il n'en est pas moins insupportable et arrogant ! Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d'un autre œil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l'éviter quand tout lui crie de s'en approcher ?

 

 

 

 

Avis d'Edelweiss : Je tiens ici un gros coup de cœur pour cette fin d‘année. « Lux » est une série qui va certainement côtoyer des journées de lecture non-stop pour ma part. Malheureusement, je viens d’apprendre qu’actuellement aux USA, il y avait 5 tomes pour cette série et que le deuxième ne sortirait pas avant novembre 2015 en version française. 

L’Univers créé par Jennifer L. Armentrout est juste fantastique dans tous les sens du terme ! Sa plume est légère et attrayante, je n’ai pas pu m’arrêter de lire tellement j’étais éprise par les personnages ! L’auteure nous offre ici une très jolie romance alliant une part fantastique, énigmatique, dans une adolescence en plein émoi.  

Katy déménage avec sa mère dans une petite ville isolée de Virginie-Occidentale afin de laisser le passé derrière elles, première étape d’une nouvelle vie à deux.

Aussi surprise qu’heureuse, Katy découvre que ses voisins sont des adolescents de son âge. Bien qu’elle fasse plus plaisir à sa mère en rencontrant de nouveaux visages, Katy préfère passer du temps sur son blog littéraire à chroniquer des livres que de jubiler avec des amis.

C’est une fille indépendante et solitaire, extrêmement touchante. Son personnage peut-être facilement identifiable mais c’est surtout sa témérité et son bon cœur qui m’a le plus émue. Par amitié, Katy devient vaillante et courageuse comme jamais, jusqu’à en souffrir malgré elle.

Sa rencontre avec l’intrigant Daemon Black de la maison voisine est loin de la réjouir. A peine ouvre t-il la porte que Katy en reste bouche-bée. Une arrogance dans un corps de rêve. Un détestable garçon muni des moqueries les plus sournoises. Le pire, c’est que ce magnifique brun aux yeux bleus éclatants ne la laisse pas indifférente. Entre méchanceté et honnêteté, intimidation et apprivoisement, il a tout du mauvais garçon dont on tombe amoureuse au premier abord. Katy n’y échappe pas mais ne peut se résoudre à le supporter quand elle assiste aux remarques désobligeantes la concernant sur l’amitié récente avec sa jumelle Dee.

Dee, c’est l’incarnation de la joie de vivre et la bonne humeur assurée. Elle cherche désespérément une amie à qui se confier et avec qui partager des moments simples et édifiants. Elle sait comment enrager son frère pour qu’il cède à ses caprices. Certains passages m’ont bien fait rire ! Elle est une amie idéale, toujours présente et instinctive.

Plus j’avançais dans le livre, plus j’en devenais accro. Impossible de ne pas tomber sous le charme des personnages principaux. A eux trois, ils dévoilent des personnalités opposés et pourtant si proches car tout dans l’intrigue nous prouve leur loyauté, leur amitié sans limite et la recherche d’identification. Katy va être amenée à se poser des questions face aux rumeurs, aux non-dits concernant ses voisins. Alors seulement, elle va commencer à être confronter à une réalité aberrante. Des indices dévoilés, des situations contraintes et un Daemon mi-protecteur mi-inconvenant, Katy ne sait plus où donner de la tête. Entre amour et haine, la frontière est souvent mince.

L’histoire est enivrante, chapitre après chapitre des réponses surgissent. Jennifer L. Armentrout a su me charmer avec son Univers. J’ai été fasciné par cette découverte mythologique et ces explications dans le livre. Ce côté fantasque et les pouvoirs basés sur l’ombre et la lumière est une première dans mes lectures.

J’ai juste hâte de découvrir la suite, bien qu’il faille attendre encore 1 an…

 

Citation :

« Je suis persuadé que les personnes les plus belles, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, sont celles qui n’ont pas la moindre idée de leur charme.

Ses yeux cherchèrent les miens avec intensité. Pendant un instant, on resta ainsi, face à face.

- Ceux qui montrent leur beauté à tout le monde, qui gâchent ce qu’ils ont…leur beauté est superficielle. Ce n’est qu’une enveloppe vide.

Je fis alors la chose la plus inappropriée qui soit, j’éclatais de rire.

- Excuse-moi, mais c’est la réflexion la plus philosophique que je t’ai entendu avoir. Où est le vaisseau extraterrestre qui a enlevé le Daemon que je connais ? Je peux leur demander de la garder ?

Il se renfrogna.

- J’étais sincère.

- Je sais. Mais, c’était... waouh.

Et voilà. Je venais de gâcher la plus belle remarque qu’il ne me ferait jamais. »

 

Lire un extrait : Lien

Le Bal des Vampires – La comédie musicale

Le Bal des Vampires – La comédie musicale

 

Le musical le plus mordant arrive enfin à Paris

Actuellement au théâtre Mogador,

Pour la première fois en France et en français, Stage Entertainment présente, en collaboration avec Vereinigte Bühnen Wien, le musical LE BAL DES VAMPIRES, adapté du film culte de Roman Polanski, co-écrit avec Gérard Brach. Retrouvez sur scène, les péripéties du professeur Abronsius et son jeune assistant Alfred partis en voyage dans la mystérieuse contrée de Transylvanie, persuadés que les vampires existent…

 

Pour le musical, entouré de l'auteur à succès Michael Kunze pour le livret et du géant du rock, Jim Steinman pour la musique, Roman Polanski signe la mise en scène d'un BAL DES VAMPIRES exubérant et décalé où humour et horreur se conjuguent pour l'éternité !

 

Résumé : Dans un petit village, dont les habitants sont terrifiés par une étrange présence, Sarah, la fille de l’aubergiste, est soudainement enlevée. Alfred, transi d’amour pour elle,et le professeur Abronsius partent à sa recherche. Elle est retenue au château du terrifiant Comte Von Krolock dont les deux voyageurs parviennent à retrouver la trace.
Mais ils découvrent vite que le château abrite des buveurs de sang.
Les vampires sortent de leurs tombes, le bal peut commencer...

Acclamé par plus de 7 millions de spectateurs dans 12 pays, le musical Le Bal des Vampires triomphe dans le monde depuis 17 ans. A l’origine de ce succès, Roman Polanski, réalise en 1967 une parodie de film de vampires, co-écrite avec Gérard Brach et qui en très peu de temps devient un véritable classique. Entouré de l’auteur à succès Michael Kunze pour le livret et du géant du Rock Jim Steinman pour la musique, Roman Polanski signe un musical exubérant et décalé où humour et horreur se conjuguent pour l’éternité !

Ballades rock, humour renversant, chorégraphies interprétées chaque soir par 36 artistes, dans 230 costumes avec 150 perruques au milieu de décors époustouflants et au son d’un orchestre live, traduisent sur scène l’atmosphère si particulière et le caractère unique du film.


 

Durée du spectacle : 2h40, dont 20 min d’entracte.

Pour plus d'informations : http://www.lebaldesvampires.fr/

 

Avis d’Arcantane : C’est un peu par chance que je suis allée assister à une des premières représentations de la comédie musicale Le bal des vampires : en gagnant à un concours (Merci PTB) ^^.

N’ayant jamais vu de comédies musicales au théâtre, c’était une belle occasion d’y aller avec un thème que j’aime (les vampires) et surtout  redécouvrir l’adaptation du film que j’avais vu il y a déjà quelques années.

Ayant eu deux places, Poison m’a accompagné pour me tenir compagnie et profiter du spectacle.

Direction le Mogador, célèbre théâtre parisien. 1 h avant la représentation, il y a déjà du monde et pour passer le temps avant que les portes de la salle s’ouvrent, on se dirige vers la boutique de souvenirs : affiches, mugs, stylos ou chauves souris anti-stress, tout est là pour vous inciter à acheter. J’avoue leurs goodies étaient assez sympa.

En ce qui concerne le spectacle. C’est là que mon idée des comédies musicales a été mise à l'épreuve. Moi qui m’attendais à une comédie du type le roi Soleil, Roméo et Juliette… je ressors assez déçue de celui-ci. Le spectacle est sympa mais je l’ai trouvé assez longuet.

J’attendais avec impatience les chorégraphies (surtout lorsque ce sont des groupes qui dansent). Quelques unes des danses sont attractives mais dans l’ensemble je m’attendais à des chorés plus sophistiquées.

Par contre une très belle mention pour les décors ainsi que les chanteurs qui ont de très belles voix. Les costumes sont également très beaux.

J’ai apprécié aussi que le spectacle se déroule aussi parmi les spectateurs. Voir les chanteurs se baladant dans les couloirs tout en dansant et chantant était vraiment sympathique et permettait aux spectateurs de rentrer dans l’ambiance du spectacle.

Avoir un orchestre pour la musique est une très bonne idée aussi.

Il y a pas mal d’humour entre le père de l’héroïne ou parmi les vampires mais je n’ai pas du tout été transportée par la relation de Sarah, l’héroïne, avec Alfred, ni avec le Comte.

Malgré ces bons points, aucune des chansons ne m’a emballée. Je pense que cela est dû au fait que la plus part des chansons ont eu un air de “déjà vu”, particulièrement avec la reprise de l’air de la chanson Total Eclipse of the Heart. Du coup, niveau originalité, c’est un peu biaisé car l’air est déjà connu.

D'ailleurs un autre point dommageable c'est que la musique était un peu trop forte : lorsque plusieurs personnages chantaient en même temps, on ne comprenait plus rien.

Le Bal des Vampires est une comédie plus réservée pour les enfants d’ailleurs il y en avait pas mal dans la salle le soir de la représentation. Au final cette première expérience n’a pas été très concluante. J'ai plus eu des points négatifs que de points positifs. Ceci dit les comédies musicales ne sont peut être pas faites pour moi et je ne suis pas assez objective.

De mémoire la comédie musicale reprend bien les grandes scènes du film.

 

 

Avis de Poison : Si j'étais intriguée par l'idée de la comédie musicale par son thème, les vampires, je n'y serais probablement pas allée si Arcantane ne m'y avait pas invité (en plus moi je ne connais pas le film).

Je suis tout à fait d'accord sur le fait que les décors étaient splendides. Il y avait énormément de travail de ce côté là et le rendu était assez bluffant : beaucoup de détails et de précision, et une mécanique derrière qui tournait parfaitement. Les costumes étaient agréables à l'œil mais un peu décevant tout de même puisqu'ils sombraient rapidement dans la surenchère, en particulier pour la scène du cimetière.

Toutefois je serai beaucoup plus dure dans mon jugement de la comédie en elle-même : j'ai passé une grosse partie de la pièce à lever les yeux au ciel. D'accord les chanteurs étaient impressionnant, mais déjà le son était bien trop fort (ou eux chantaient trop fort) ce qui était très désagréable à l'oreille, en plus comme l'a souligné Arcantane, lorsqu'ils devaient être plusieurs à chanter en même temps, c'était une cacophonie incompréhensible.

Les chansons, toutes sur des airs déjà connus et aux paroles détournées, sont niaises. Elles ont un humour douteux et plus adapté à des petits qui ne comprennent pas les sous-entendus, présents sans nul doute pour distraire les adultes accompagnateurs. Deux chansons en particulier ont bien "marché", car reprises d'airs très connus, et ont été insérée un minimum de trois fois chacune. C'est trop.

Au final, cette comédie musicale a plus tournée au burlesque et au ridicule qu'à une vraie comédie mettant en valeur les acteurs, ce qui est dommage car ils se donnaient visiblement du mal et jouaient bien leurs rôles. L'humour m'a plus fait levé les yeux au ciel qu'il ne m'a fait rire et l'ensemble était de toute façon trop fort.

Expérience ratée donc pour moi.

Labyrinthe

Date de sortie : 15 octobre 2014 (1h54min)

Réalisé par Wes Ball

Avec Dylan O'Brien, Aml Ameen, Will Poulter ...

Genre :  Action , Science fiction , Aventure

Nationalité : Américain

 

Synopsis :

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Quand Thomas reprend connaissance, il est pris au piège avec un groupe d’autres garçons dans un labyrinthe géant dont le plan est modifié chaque nuit. Il n’a plus aucun souvenir du monde extérieur, à part d’étranges rêves à propos d’une mystérieuse organisation appelée W.C.K.D. En reliant certains fragments de son passé, avec des indices qu’il découvre au sein du labyrinthe, Thomas espère trouver un moyen de s’en échapper.

 

Avis d'Edelweiss :

Une dystopie de plus adaptée au cinéma. "Le Labyrinthe" est le 1er volet de  "L’épreuve" de James Dashner sortie en 2009. Un livre que j’ai particulièrement apprécié.

J’avais vraiment hâte de voir le film étant donné que je n’ai pu assister à l’avant-première en septembre. Et je peux dire que j’ai été scotché ! (Film vu en VF)

Premièrement, parlons de l’adaptation cinéma :

Elle est assez représentative du roman puisque le but initial du film est précisément le même.

Evidement, toute l’histoire n’est pas identique, à savoir que le rôle de Teresa est beaucoup plus important et prononcé en temps normal, avec un caractère bien plus trempé que ne l’interprète Kayla Scodelario. Certain aspect de sa personnalité et le lien unique qui la lie à Thomas n’est pas du tout engagé dans l’œuvre cinématographique. Résultat, je n’ai pas accroché à son personnage étant donné qu’il est assez pauvre malheureusement, bien que la description physique convienne parfaitement à cette jeune actrice.

Mais pour autant, en 2h00 j’imagine bien que tout ne peut être envisageable.

Thomas notre héro, joué par le très charmant Dylan O’Brien est juste parfait ! Sa détermination, sa sensibilité, ses peurs sont très représentatives du livre de James Dashner et là, je dis bravo car avec les personnages tels qu’Alby, Mihno, Chuck ou Gally dont les présences sont permanentes, correspondent agréablement aux caractères et particularités que l’auteur a inspirées à son roman.

On ne peut que découvrir et s’exalter devant ce film.

Certes, plusieurs passages ont été modifié mais rien de bien méchant vu que la fin est similaire et nous conduit à une suite prometteuse.

Exemples : les scalarames ou la télépathie entre Teresa et Thomas inexistantes ou le surnom des blocards redéfini…

Deuxièmement, parlons du film en lui-même :

Le jeu des acteurs m’a épaté, leurs émotions, le doute, le courage, la peur et l’appréhension constante tout au long du film m’ont donné la chair de poule (merci à la main douce de mon mari que j’ai un peu malmenée !).

Le labyrinthe est plus terrifiant que dans mon souvenir, un design admirable à couper le souffle. Les créatures répugnantes « les griffeurs » étaient bien pires que l’image que je m’en étais faite, bien trop effrayante pour mon imagination, cela va de soi !

Entre sensation, aventure et angoisse,  « Le Labyrinthe » est un petit chef d’œuvre soigné dont les effets spéciaux sont grandioses.

J’ai apprécié de voir sur la toute fin, un aperçu de la terre brûlée (tome 2) qui ne fait qu’attiser mon envie pour cette suite qui j’espère sera adaptée sur grand écran car « Le labyrinthe » m’a effaré et subjugué avec ce suspens en attente.

Au total, un très bon film qui plaira à un public ados et jeune adultes.

 

Citation du livre :

Au fond, je te crois, tes yeux ne mentent pas. Et je n’en reviens pas de dire ça, mais (…) Mieux vaut les affronter qu’attendre bêtement qu’ils viennent nous chercher. Seulement, attention ! Je ne veux pas entendre parler de sacrifice. Si on prend le risque, c’est tous ensemble. Chacun sa chance. Compris ?

Le Salon Fantastique

Cette année encore, il revient...

 

Qui ? Le Salon Fantastique ! C'est quoi ? De la littérature, de la BD, des jeux, de la reconstitution de mondes fantastiques, du jeu de rôle grandeur nature, des artefacts, du cosplay, de l'art, de la mode, de la fête !

 

 

C'est où ? A l'espace Champerret, hall A. 6 rue Oestreicher, Paris. (Métro Porte de Champerret)

C'est quand ? Ce vendredi 31 octobre (11h-19h), Samedi 1er (11h-19h) et dimanche 2 novembre (11h-17h).

 

Cette année, le thème central de ce salon sera le Steampunk ! Entrée gratuite pour les personnes déguisées tout comme ceux qui prendront leurs pré-ventes sur le net !

 

Quels auteurs ? Georgia Caldera, Sophie Dabat, Mathieu Guibé et Morgane Caussarieu entre autres.

 

Pour plus de détails, je vous invite à vous rendre sur le site internet : http://www.salon-fantastique.com/  du salon ainsi que leur Facebook : https://www.facebook.com/SalonFantastique

 

 

Les Vampires de Chicago - tome 9 "Mords un autre jour" de Chloe Neill

Editions Milady

Pleine lune et magie noire.

Une magie étrange et perverse frappe la Meute des Grandes Plaines. Gabriel Keene, le Meneur de la Meute, se tourne vers Merit et son Maître, Ethan Sullivan, pour leur demander de l’aide. Qui peut bien être assez puissant pour surpasser la magie des métamorphes ? Pour le découvrir, Merit devra percer bien des mystères et affronter des ennemis dont elle ne soupçonnait même pas l’existence.

 

 

 

 

Avis d’Arcantane :

A la fin du précédent tome, Ethan a tué (pour se défendre) Harold Monmonth, un puissant vampire venu d’Europe. C’est l’occasion rêvée, pour la Maire de Chicago, Diane Kowalczyk, de faire un exemple et d'inculper le maître vampire de meurtre. Afin d’échapper au maire, Ethan et Merit se réfugient chez les Breckenridge, puissante famille de métamorphes dont la propriété est hors de la juridiction du maire.

Lors de son séjour, les 2 vampires vont participer à l’un des plus grand festivals de métamorphes qui réunit la Meute toute entière. Mais le festival tourne court lorsque la Meute subbit une attaque. Pour appaiser les esprits, Gabriel Keene, leur chef, demande aux vampires d’enquêter sur ce phénomène et la disparition d’un de ses membres...

Décidément la vie de Merit et d’Ethan n’est jamais de tout repos. Le voilà dans une nouvelle enquête de disparition. Aidés de leurs fidèles amis (Catcher, Jeff...), ils vont découvrir que cela ne touche pas qu’une des communautés surnaturelles de Chicago mais beaucoup plus. Merit arrivera-t-elle à résoudre cette nouvelle affaire inquiétante de disparition tout en essayant de protéger le vampire qu’elle aime ?

 

Ce tome 9 est toujours aussi bon que les précédents tomes. L’enquête est finement bien menée. Toujours autant d’actions et d’émotions entre notre couple de vampires. On ne s'ennuie pas un seul instant dans l'histoire.

Mords un autre jour signe aussi le Grand retour de l’ancien maire de Chicago, Seth Tate. Je n'en dirai pas plus mais cela va nous réserver pas mal de surprises. Il est agréable aussi de revoir que la meilleure amie de Merit reprend confiance en elle et revient dans sa vie et celle de Catcher.

Personnellement je ne me lasse pas de cette série, les tomes sont toujours aussi dynamiques et attractifs. La relation entre Merit et Ethan continue d'être aussi passionnante.

Chloé Neill sait comment tenir ses lecteurs en haleine et rendre sa série captivante. Cela reste toujours un plaisir de lire une nouvelle aventure de Merit, sentinelle de Cadogan.

Avec ce tome, vous passerez un agréable moment.

Syndiquer le contenu