Aller au contenu principal

Trailer pour A Shiver of Light - Merry Gentry T9

Un trailer a fait son apparition pour la sortie du prochain tome Merry Gentry "A Shiver of Light". Rappelons que ce tome 9 vient tout juste de sortir aux USA.

 

 

Source : Get and Sundry

Hors de Portée - tome 1 "Hors de Portée" de Georgia Caldera

Editions J'ai Lu

Sa spécialité ? Fuir toute relation. Et on peut dire que Scarlett est docteur ès « disparition au petit matin ». Inutile de lui parler relation sérieuse, confiance et stabilité, elle en est incapable. Si investissement il y a, c’est dans la société de décoration d’intérieur qu’elle vient de créer avec sa cousine, ancienne mannequin déjantée, et qui lui prend le plus clair de son temps. Pourtant, face à son nouveau client, le très entêté et séduisant M. Mufle-Connard, plus connu sous le nom d’Aidan Stern, le savoir de Scarlett ne lui sera d’aucun secours. Mais parviendra-t-il vraiment à guérir les blessures du passé ?

 

 

 

 

Avis d'Edelweiss : J’ai eu la chance de découvrir Georgia Caldera avec son 1er roman Les Larmes Rouges qui a reçu le prix Merlin 2012 (une petite merveilleuse par ailleurs!)

Son nouveau romain Hors de Portée change complètement de registre car nous passons d’un univers fantastique Les Larmes Rouges à un magnifique roman contemporain sentimental... et c’est une réussite !

Georgia Caldera m’a fait passer un agréable moment, pour dire, son roman je l’ai dévoré en un week-end !

Nous faisons la connaissance de Scarlett Delorme, 29 ans, décoratrice d’intérieur et chef de sa propre entreprise en collaboration avec sa cousine Louise, anciennement mannequin, dont leur rapprochement et le développement de leur agence à Paris n’a eu lieu qu’après le décès de la mère de Scarlett, quelques mois auparavant. 

Une rencontre avec un client exigeant et hostile un dénommé Aidan Stern, P-DG dans le système informatique, plus connu sous le pseudo « Mufle-Connard » va bouleverser l’univers tranquille et routinier de la jeune femme.

A première vue, Aidan est un homme merveilleusement beau et grand, doté d’une sublime prestance mais son visage aux traits stricts et durcis le rend vraisemblablement peu agréable, distant et antipathique lors de son entretien avec Louise pour le réaménagement de ses locaux. Il souhaite finalement n’avoir à faire qu’à la dirigeante de l’agence, Scarlett…

 

Malgré son imposante apparence, Aidan est un homme sensible, patient et au bon fond, dont le vécu l’incite à garder sa carapace rigide pour ne montrer aucune émotion, mais la charmante Scarlett dont les traumatismes du passé ne sont pas complètement guéris va le faire fondre en un rien de temps.

Bien qu’il dissimule de lourds secrets, il est prêt à risquer beaucoup pour entretenir une liaison durable avec elle, mais s’est sans se douter que ce fameux passé, un brin commun, fera de nouveau surface dans leur vie.

 

Scarlett est complexée par son petit mètre soixante mais assume en grande partie ses jolies rondeurs (et oui enfin une héroïne voluptueuse taille 42, merci Georgia Caldera !). Suite à une période douloureuse de son adolescence, elle fuit à Marseille pour se reconstruire et tire un trait sur les relations avec les hommes au-delà de quelques rendez-vous.

De retour à Paris, alors que son client lui propose un rendez-vous non pas d’affaire mais un tantinet inhabituel et très alléchant, elle ne peut refuser malgré sa réserve de ne pas souhaiter mélanger travail et vie privée.

S’en suis alors une relation tumultueuse et de plaisir charnels qui nous fait entrevoir leur démons spécifiques mais aussi leurs fragilités respectives face à l’amour et au besoin de l’autre à ce que « relation stable » signifie aux yeux du très possessif Aidan et que Scarlett cherche à fuir à tout prix : jalousie, rancœur, avenir incertain, mensonge, douleur et abandon…

On s’attache rapidement à nos deux personnages tourmentés, à leurs facettes touchantes et aux moments d’affection réciproque.

Leur histoire est très bien développée, on reste en haleine jusqu’à la dernière page, on s’attend à des passages ordinairement cohérents qui bien entendu naissent en tournant les pages mais pour autant nous surprennent de fil en aiguille et apportent une petite touche d’originalité et de caractère, à la fois simple et très raffiné.

Le mystère de leur relation marche sur une corde raide mais le personnage secondaire qu’est Louise se trouve être récurrent, rassurant et de bon conseil pour ce couple qui suscite l’étonnement voire l’antipathie autour d’eux.

C’est un très bon livre que je conseille vivement à tous ceux qui on envie de sourire à certaine réplique, de verser une larme dans les moments mélancoliques mais surtout pour découvrir une histoire captivante d’une auteure qui a du talent.

 

 

Fièvre de Lune de Karen Marie Moning

Editions J’ai Lu

“La Lune sanglante a apporté avec elle une sombre et sinitre créature. Cette dernière sillonne les rues de Dublin à la recherché de nouvelles victimes, ne laissant derrière elle que chaos et désolation, notamment parmi mes proches.

Armée de ma lance et épaulé par Jericho, je m’apprête à affronter cet ennemi terrifiant : le faë unseelie le plus ancien et le plus dangereux qui soit…”

 

 

 

 

Avis d’Arcantane : Fan de la série Fièvre, j’avais vraiment hâte de découvrir les aventures de Mac en BD.

Pour commencer, je peux vous dire que c’est un très bel ouvrage de 184 pages pas si cher (comparé au nombre de pages, cela vaut le coup)

Fièvre de Lune est composé en plusieurs parties :

- L’introduction de Karen Marie Moning très émouvante et expliquant la création de ce roman graphique.  On apprend aussi la triste nouvelle que l’illustrateur Al Rio qui avait commencé ce roman, est décédé et que Cliff Richards a repris le flambeau par la suite.

- L’histoire graphique où l’on suit Mac à la poursuite du Fear Dorcha, le grand méchant de l’histoire et que Mac avait déjà rencontré par le passé.

- La 3ème partie est assez intéressante car elle est consacrée sur les coulisses de la série où l’auteure nous livre ses impressions sur sa célèbre série d’urban fantasy ainsi que ses doutes lorsqu’elle a commencé à écrire Les chroniques de MacKayla Lane.

- La dernière partie est dédiée aux croquis des personnages  avec une description minutieuse par l’auteure pour que les dessins soient les plus proches de la série.

 

Après une première lecture, j’ai apprécié  ce 1er roman graphique sur Mac car il retrace bien la série Fièvre. Les dessins des personnages correspondent à ceux que l’on a l’habitude de voir dans les comics américains (soit des nanas à forte poitrine et des hommes qui auraient pris trop de steroids et qui sont tous hyper virils et musclés) cependant cela pourrait gêner certains lecteurs qui ne sont pas habitués à ce type de dessins.

Mac m’a plu tout de suite mais je ne suis pas fan de la représentation de Barrons en dessin, il fait trop “bourrin”, il ne correspond pas à l'image que j'ai de lui. J'ai beaucoup plus apprécié les croquis faits par Al Rio que l’on découvre à la fin de Fièvre de Lune.

J’ai beaucoup aimé les quelques clins d’oeil comme la référence au The Dani Daily ou le tee shirt de Mac : "I'm a Juicy girl". J’ai eu l’impression de replonger dans la série.

Par contre, je ne voyais pas du tout l’épée de lumière de Dani comme elle est représentée : on dirait un sabre laser à la manière de Star Wars !

 

Quand à l’histoire, elle est assez intéressante et nous embarque à la poursuite du Fear Dorcha, un terrible unseelie qui prend des parties physiques des ses victimes. Mac doit l’arrêter (avec l’aide de Barrons) si elle veut sauver Dani et Kat, ses amies victimes de cet unseelie.

Au final, c’est une histoire qui se lit assez vite et qui donne envie de relire les chroniques de MacKayla Lane. Elle devrait norlmalement séduire les fans de MacKayla Lane.

 

Les Montgomery et les Armstrong - tome 1 "Au-delà des mots" de Maya Banks

Editions J'ai Lu

Coup de tonnerre dans les Highlands : pour rétablir la concorde entre deux puissants suzerains, le roi ordonne le mariage d'Eveline Armstrong et Graeme Montgomery. Ce dernier est atterré. Epouser la fille de son pire ennemi, une gamine qu'on dit retardée ? Inconcevable ! Seulement, on ne désobéit pas au roi. Crame se soumet et ne tarde pas à découvrir que son épouse, loin d'être idiote, est simplement sourde suite à un accident. Et elle est si belle qu'il a soudain hâte de l'emmener dans son lit. Mais saura-t-il la protéger contre la haine meurtrière de son clan ?

 

 

 

 

Avis d'Edelweiss : Une jolie romance historique très sympathique à lire qui est inspirée du handicap du mari de Maya Banks : la surdité.

C’est un peu un « Roméo & Juliette » des Highlands.

En effet, deux clans rivaux se retrouvent dans l’obligation de marier leur fille unique, Eveline Armstrong avec le Laird Graeme Montgomery, par ordre du Roi Alexandre. Si le mariage n’a pas lieu, des représailles et une guerre pourraient voir le jour.

Difficile à accepter, d’autant plus que la vengeance et la haine abritent leurs esprits suite à la bataille et la mort des deux suzerains précédents. Alors, quand la rencontre se suit face à l’annonce du mariage, les Armstrong couvent une peur bleue pour l’avenir de leur fille au sein du clan ennemi, qui suite à un accident de cheval est devenue muette comme une tombe et recroquevillée dans son coin face à la solitude qui l’entoure.

C’est sans penser que Graeme Montgomery prétend ne jamais lever la main sur une femme surtout simple d’esprit voire « idiote », telle qu’elle a été décrit depuis ses 3 dernières années et qui plus est, ne pourra jamais faire son devoir conjugal et lui offrir une descendance. Alors forcement, la réticence et l’embarras pour ce Laird très respecté est permise… mais c’est sans se douter de la beauté de sa jeune fiancée.

De retour avec son mari, Eveline fait tout pour se faire accepter par son nouveau clan mais surtout par son mari face à la méchanceté des domestiques et guerriers. Suite à une humiliation de trop, on découvre que sa nouvelle épouse n’est pas du tout muette mais uniquement sourde, bien qu’elle gère encore mal les intonations de sa voix.

Maya Banks décrit parfaitement les sentiments d’Eveline à l’égard de son nouveau statut. C’est une jeune femme courageuse, pleine de bonté et d’amour à donner. Elle est consciente de ce qui l’entoure et sait clairement qu’elle n’est pas insensible aux yeux de son mari, qui la désir tant sa beauté est stupéfiante. Quant à Graeme, il s’agit là d’un homme à la carrure époustouflante du guerrier-type, doté de sensibilité et de tendresse. Il respecte les femmes surtout sa femme dont les sentiments s’accroissent de jour en jour, en particulier quand il prend conscience qu’il peut communiquer avec elle.

Leur relation est touchante. On découvre beaucoup de détailles au sujet d’Eveline et de sa supercherie qui occasionne des catastrophes et des vindictes.

Cette romance comporte donc une histoire d’amour avec un début houleux, une pathologie difficile à porter, un peu d’action, de combats et de châtiments pour cause de vengeance et une dévotion familiale à toute épreuve.

C’est un livre qui se lit avec plaisir et me donne envie de découvrir le prochain tome, bien que la fin de l’histoire n’inspirait pas forcement à une suite pour ma part…

 

La Chronique des anciens - tome 4 "L’héritière de l’Oracle" de Thea Harrison

Editions J’ai Lu

A la mort de sa soeur aînée, Grace hérite de l’Oracle de Louisville. Ce don très précieux, seules certaines femmes de la famille Andreas ont le privilège de le posséder, ainsi q’une Force unique se transmettant de génération en génération. Mais en plus de cette lourde tâche qui lui incombe, Grace a la resposabilité de Max et Chloé, ses petits neuveux. Aussi, quand un certain Khalil débarque sans crier gare pour s’installer chez eux, Grace est sur ses gardes. Ce djinn à la puissance inégalable n’est-il pas des plus dangereux ? Pourtant, le mal peut prendre bien des forms, et Khalil semble être le seul à pouvoir les en protéger…

 

 

 

 

Avis d’Arcantane : Je dois dire que ce 4ème tome m’a réconcillié avec la série. Déçue du précédent (voir Chronique du tome 3), je ne savais pas réellement à quoi m’attendre avec ce nouveau tome. Telle a été ma surprise de retrouver l’ambiance qui m’a fait aimé le début de cette série !

Grace et Khalil ne sont pas des inconnus car ce sont des personnages qui apparaissent à la fin du tome 3. Et c’est dans la continuité de la série que l’auteure a décidé de consacrer un tome pour leur histoire d’amour.

Ce que j’ai réellement apprécié dans ce volume est qu’on quitte un peu les histoires avec les Wyrs (les 3 premiers tomes leur étaient consacrés avec le Seigneur des Wyrs, Dragos, puis deux de ses sentinelles : Tiago et Rune ). Avec ce tome 4, l’auteure  s’attaque à d’autres créatures surnaturelles telles que les djinns et nous fait découvrir leur monde et leur culture.

Parallèllement, on apprend aussi à découvrir l’Oracle à travers Grace, l’héroine et sa vie devenue très difficile car même si elle est l’Oracle et respectée par les créatures surnaturelles, Grace a du mal à s’en sortir financièrement depuis l’accident de voiture qui a tué sa soeur et son beau frère, lui laissant à sa charge ses 2 petits-neveux. Et voilà que débarque Khalil, un redoutable djinn qui decide de rester et veiller sur elle.

Dès lors, ils vont devoir chacun s’habituer à la présence de l’autre et faire des compromis s’ils veulent s’entendre. Peu à peu l’attraction entre eux se fait de plus en plus forte et leur propre décision va chambouller leur vie à tout jamais.

 

C’est une très belle romance que nous offre l’auteure et qui se dévore très rapidement. Thea Harrison a su décrire une très belle histoire d’amour tout en continuant à avancer dans le monde des Wyrs et à faire évoluer l’intrigue. J'ai pris réellement plaisir à lire la romance entre Grace et Khalil et les voir se taquiner.

J’ai hâte de lire la suite qui présage encore de sacrés rebondissements chez les Wyrs (notammenet une certaine prophétie qui inclut Dragos) et qui aura sûrement une certaine répercussion chez les autres surnaturels.

J’espère que Grace et Khalil feront des apparitions dans les prochains tomes de la série car c’est un couple fort attachant.

Syndiquer le contenu