Aller au contenu principal

After - Saison 1 d’Anna Todd

Editions Hugo Roman

Tessa est une fille ambitieuse, volontaire et réservée, qui aime à penser qu’elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal : celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Au moment d’entrer à la fac, son avenir semble tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux… Mais ça, c’était avant qu’un mec étrange la bouscule dans le dortoir.

Ce mec étrange, c’est Hardin, le bad boy sexy de la fac : cheveux ébouriffés, tatouages apparents, lèvre et sourcil percés et « ce p… d’accent anglais ! ». Il est grossier, provocateur et cruel, bref il est la personne la plus détestable que Tessa ait jamais croisée. Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd littéralement tout contrôle et ne peut s’empêcher de l’embrasser. Un baiser qui va tout bouleverser. Cet homme ingérable au caractère sombre fait naître en elle une passion incontrôlable. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque, à moins qu’Hardin soit le plus grand des menteurs…

 

Avis d’Arcantane :

On en a beaucoup entendu parler ces derniers temps dans la presse lors de sa sortie en France: « Le phénomène littéraire venu du web avec 1 milliard de téléchargements sur Wattpad ! » Avec une accroche comme cela, j’étais assez curieuse de voir cette fameuse série et donc ce 1er tome.

Avant tout autre chose, After est une romance New Adult destinée aux lecteurs à partir de 16/17 ans. Je ne le conseillerai pas aux jeunes lecteurs car il y a beaucoup de scènes de sexe (même si elles ne sont pas trop détaillées) et le langage est assez familier et parfois cru.

C’est une véritable surprise car je ne savais pas trop à quoi m’attendre lorsque j’en ai entendu parler et je partais un peu avec un apriori déjà par le tapage médiatique (comme pour Fifty Shades que je n’ai pas trouvé sensationnel) et aussi par son nombre de pages, un vrai pavé (600 pages pour une romance c’est quand même beaucoup). Et finalement, cela passe bien. Il faut aussi savoir que la jeune auteure Anna Todd écrivait chapitre par chapitre et le publiait à chaque chapitre sur le web, ce qui ne donne pas cette impression de longueur pour le lecteur américain. Mais en le compactant pour en faire un livre, il est vrai que cela peut paraître gros et long. Moi-même, j’ai trouvé par moment qu’il y a avait des longueurs mais dans l’ensemble, on s’y fait.

C’est la relation des 2 protagonistes principaux qui rend le roman aussi captivant. Le lecteur est totalement plongé dans la relation toxique qu’entretiennent Tess et Hardin.

Theresa est une jeune fille que l’on pourrait qualifier de coincée et raisonnable. Elle planifie tout dans sa vie et il n’y a aucun imprévu. Elle est douce et naïve, tout le contraire d’Hardin qui est un garçon impulsif, bagarreur, fêtard et surtout manipulateur. Chacun vit dans un monde totalement opposé.

Pourtant malgré leurs différences, ces deux-là vont commencer un jeu de séduction et vont être attirés l’un vers l’autre.

Leur relation n’est pas forcément saine, je la qualifierai même de toxique. De véritables montagnes russes : un coup « je t’aime », un coup « je te hais », on se sépare, on se réconcilie… Bref l’héroïne passe beaucoup de temps à pleurer à cause d’Hardin. Il faut dire que le jeune homme n’est pas le parfait petit-ami et se conduit en véritable connard auprès de Tessa. On se demande même comment elle fait pour rester après tout ce qu’il lui fait et pourtant elle se sent vivante auprès de lui et tombe amoureuse de lui (Ah l’amour !!!). Hardin fait ressortir tout le côté provocateur/conflictuel de Tess alors que c’est tout le contraire avec Tess qui apporte une certaine stabilité au bad boy.

Je dois dire que l’héroïne m’a beaucoup énervé par son comportement un peu trop naïf et va à la recherche de problèmes. J’étais un peu surprise aussi avec le jeu de la bouteille « défi ou vérité ». Je dois être trop vieille mais j’ai l’impression qu’ils sont un peu trop vieux pour jouer à ce genre de jeu en étant en fac.

Bien qu’Hardin soit un véritable salopard, on sent qu’il cache beaucoup de choses et qu’il a un côté sensible derrière son air dur, il va peu à peu se dévoiler à travers sa relation avec Tess et s’ouvrir aux autres (mais pas trop non plus ;-) )

Par moment After m’a fait penser un peu à Beautiful Disaster de Jamie McGuire (Editions J’ai Lu) même si l’histoire n’est pas la même mais on suit certains schémas typique de New Adult.

C’est beau, triste et énervant de suivre leur relation de couple mais au final on a du mal à lâcher ce roman. Il a un côté addictif.

La fin est toutefois prévisible (je n’étais pas réellement étonnée) mais j’ai bien aimé comment cela avait été amené.

En résumé, une très belle découverte avec ce 1er tome de la série. After a du potentiel et je suis sûre nous réserve pas mal de surprise par la suite. Hugo Roman fait fort et c’est « quitte ou double » en faisant un tirage avec 180 000 exemplaires. C’est un coup risqué car aucune maison d’édition dans ce style de roman n’avait encore tenté ce coup de Poker. Mais à la lecture de ce 1er volume, je suis sûre qu’After aura le succès escompté auprès du lectorat et a largement sa place parmi les titres à succès d’Hugo Roman !

Et pour ceux qui sont déjà accro, sachez que les tomes suivants sortent en février, mars et avril. Pas énormément de temps à attendre !

After we collided - saison 2 : Février 2015

After we fell - saison 3 : mars 2015

After ever happy - saison 4 : avril 2015

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>

Plus d'informations sur les options de formatage

Saisissez les caractères contenus dans l'image ci-dessus. (vérifier en utilisant un son)
Entrez le texte que vous voyez dans l'image ci-dessus. Si vous ne pouvez pas le lire, soumettez le formulaire et une nouvelle image sera générée. Insensible à la casse.