Aller au contenu principal

Joyaux Noirs - Tome 3 "Reine des Ténèbres" d'Anne Bishop

Editions Milady

Jaenelle Angelline est désormais reine : le Lignage corrompu ne pourra plus massacrer les siens et souiller ses terres. Malheureusement, nul n’est jamais à l’abri d’une intrusion… Sans aide, même Sorcière ne peut protéger son pays. Seul l’amour inconditionnel de Daimon pour Jaenelle pourrait renforcer la cour et asseoir le pouvoir de la Reine.
Or ce dernier s’est perdu dans la folie du Royaume Perverti. Pourtant, même s’ils étaient réunis, leurs forces suffiraient-elles à repousser leurs ennemis ? Jaenelle en doute. Elle ne pourra sauver ceux qu’elle aime qu’au prix d’un immense et terrible sacrifice…

Pour public averti, âmes sensibles s’abstenir...

 

Avis de Poison :

Voici le dernier tome de la trilogie et c’est un sacré final que nous avons là !!

Nous reprenons rapidement après les événements du tome précédent. Jaenelle a dévoilé son statut de Sorcière et constitué sa cour. A présent, ses amis vont prendre leurs responsabilités dans leurs Territoires respectifs pour étendre son influence.

Il y a un peu de légèreté offert par des retrouvailles émouvantes entre plusieurs personnages, ou même la formations de liens très mignons. Toutefois attention : nous n’avons pas de romance au sens traditionnel du terme – et cela ferait très bizarre dans cet univers. Nous sommes dans de la fantasy plutôt sombre, la romance n’est là que pour construire les relations entre les personnages et apporter un plus à l’intrigue. D’ailleurs, la plupart de ces moments sont éludés.

Cela ne manque pas vraiment, on a un aperçu de la situation globale et la tendresse est suffisamment présente pour que le lecteur soit satisfait. L’auteur réussit vraiment à bien doser sur ce point-là.

Côté antagonistes, l’auteur ne nous déçoit pas ! Comme dans les tomes précédents, ils sont prêts à tout. Ces méchants ne sont pas stupides, du moins pas ceux aux commandes. Et l’auteure met en place des plans réellement machiavéliques et qui sont efficaces avouons-le. J’aime vraiment l’attention qui a été porté à cette partie du récit. Même si globalement ce ne sont pas les personnages les plus développés ou que l’on suit le plus, ils sont importants et capable de faire des choses grandioses, terribles certes… (bon j’arrête ma référence avant de finir en plagiat).

Une fois de plus, la situation est très tendue et s’aggrave. Malgré sa puissance et ses alliés, qui sont loin d’être faibles ou en sous-effectif, Jaenelle semble particulièrement impuissante à contrer Dorothéa & co. Elle ne reste pas sans rien faire, mais donne vraiment l’impression de ne pas réussir à prendre l’avantage.

Mais ne croyez pas que l’on va se contenter de cella. Si le milieu du roman met les éléments en place, au net avantage du camp adverse, la fin est incroyable. Pleine de tension et d’actions folles.

Personne ne sera épargné et l’auteur n’hésite pas à s’en prendre à ses personnages. On verra de nombreux protagonistes mourir et trop souvent les méchants prendre l’avantage.

Mais la fin du roman est tellement chargée de suspens, qu’on tourne les pages avec avidité pour découvrir la suite. Je ne veux pas trop en dire sur les éléments qui clôture l’histoire si ce n’est que l’auteure va, à nouveau, mettre les personnages en danger et mettre tout le monde sur la sellette.

Une conclusion époustouflante pour une trilogie absolument folle. Sombre, riche, complexe. Des personnages nombreux mais attachants et assez bien présenté tout au long des romans pour ne pas être perdu. On va apprécier même les antagonistes qui sont cruels et affreux, mais tellement fourbes et retors qu’on va presque les admirer.

L’univers est bien plus vaste que cette seule trilogie, mais en soi elle conclut un arc de manière ultra satisfaisante et n’appelle pas vraiment à plus.

Cela ne plaira pas à tout le monde, en particulier pour l’aspect sombre et les nombreux sacrifices qui parsème le récit. Sorcière semble nettement moins gagner que ses opposants qui profitent du moindre avantage, très tôt dans sa vie.

Mais ce qui pourrait être le plus…pénalisant je dirais, ce sont les timeline. En effet, plus encore que dans les tomes précédent, l’auteure va faire des ellipses et les nombreux sauts dans le temps ne sont pas explicitement dit. Par exemple, on saura que plusieurs années ont passé lorsqu’on croisera un personnage qui nous dit qu’il/elle est marié(e) avec un enfant !

C’est perturbant et demande à chaque fois une adaptation et un effort du lecteur. Ce n’est pas si courant dans les romans, surtout lorsque c’est aussi brutal.

Mais malgré tout, je recommande chaudement cette série qui est ultra bien pensée et addictive.

Plus d'infos : Milady

 

La meilleure chose qui me soit (jamais) arrivée de Laura Tait et Jimmy Rice

Editions Hauteville

On n'oublie jamais son premier amour. Holly a beau se souvenir d'Alex, elle a décidé dix ans auparavant qu'il ne serait pas l'homme de sa vie. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir quelques doutes sur la capacité de son patron à remplir ce rôle. Alex, lui, veut repartir à zéro et s'investir dans son nouveau boulot. Il est presque certain que sa décision de s'installer à Londres n'a aucun rapport avec Holly qu'il n'a jamais pu oublier. Presque. Ces deux-là ne sont-ils pas condamnés à retomber amoureux ?

 

 

 

Avis de Christy :

Je dois avouer que j'étais intriguée par le résumé de “La meilleure chose qui me soit (jamais) arrivée”, qui nous proposait une belle histoire d’amitié, pleine de sentiments.

J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de ce roman.

Au lycée, Holly et Alex étaient les meilleurs amis du monde. Rien ne pouvait se mettre entre eux et ils pouvaient compter sur le soutien de l’autre. Mais ils ne savent pas que l’autre est amoureux.

Ils n’ont jamais réussi à avoir LA conversation où ils avouent ce qu’ils ressentent.

Finalement, Holly décide de faire le premier pas, mais rien ne va se passer comme elle l’avait prévu.

Dix ans plus tard, Holly est assistante personnelle à Londres, auprès de Richard, avec qui elle sort en secret depuis plusieurs mois. Personne n’est au courant de cette relation.

De son côté, Alex est devenu professeur d’anglais, très impliqué dans son travail et auprès de ses élèves. Il décide de changer de poste et de s’installer à Londres.

Holly et Alex vont finir par se recroiser…

Passé la gêne des premiers instants, leur complicité est toujours aussi forte et présente.

Qu’en est-il de leurs sentiments?

Les plumes des deux auteurs Laura Tait et Jimmy Rice sont agréables à découvrir et on suit avec avidité les péripéties de leurs personnages.

Holly est une jeune femme touchante qui voudrait que sa relation avec Richard, son patron soit officielle. Elle veut que tout le monde sache qu’ils sortent en couple. Malheureusement, Richard n’est pas du même avis. Holly souffre beaucoup de cette décision.

Elle retrouve le sourire grâce au retour dans sa vie d’Alex, son meilleur ami et surtout son premier amour lorsqu’ils étaient au lycée.

Alex est devenu professeur d’anglais dans une zone difficile où les élèves ne sont pas très impliqués dans leurs scolarité. Enseigner est pour lui une passion qu’il essaye de transmettre à ses élèves, peu réceptifs à ses leçons.

Les chapitres s’enchaînent assez rapidement, chacun portant sur Holly ou Alex, entre présent et passé car les auteurs reviennent sur ce qu’il s’est passé dix ans plus tôt entre nos deux héros et qui a conduit à ce qu’ils ne soient plus en contact.

Du coup, nous arrivons à rentrer dans les pensées d’Alex ou d’Holly, à comprendre leur point de vue et leurs sentiments.

“La meilleure chose…” est un récit qui se dévore. Toutefois, je m’attendais à ce que l’histoire d’amour entre les deux personnages principaux soit mise en avant mais ce ne fut pas le cas. Les auteurs ont fait le choix de porter leur récit sur une belle histoire d’amitié et de moments manqués.

Car pour les personnages, ce ne sera pas facile de mettre fin à une telle histoire pour une possible romance.

Ils ne savent pas ce que l’autre pense et de leurs sentiments respectifs. Sur le chemin, les embûches de la vie seront nombreuses, rien ne leur facilitant le dialogue à ce sujet. Cela semble n’être jamais le bon moment pour que leur histoire se concrétise enfin. Le récit nous dévoile la vie de chacun, avec les relations qu’ils nouent chacun de de leur côté. Ils évoluent au fil des pages, prennent conscience de la possibilité des sentiments de l’autre.

Les auteurs savent manier leurs plumes et se font un malin plaisir à ne pas faciliter les choses pour Holly et Alex. On ne s’ennuie pas une seconde et on souhaiterait que les personnages voient ce qui est devant leur nez depuis le lycée. On sent une sincérité dans les plumes des deux auteurs.

On s’attache aux personnages au fil des pages et on suit avec avidité cette histoire.

J’ai aimé la touche d’humour très british, qui rend les choses encore plus crédibles, grâce aux amis des personnages principaux qui les entourent au quotidien.

Mon seul regret, c'est de ne pas pouvoir découvrir la suite de leur histoire. J’aurai aimé en savoir beaucoup plus à la fin.

J’ai aimé la sincérité des personnages. Ils disent ce qu’ils pensent même si cela doit blesser l’autre. La maladresse de leurs paroles peut entraîner quelques conflits.

Quand ils sont ensemble, leur complicité est évidente pour tout le monde, sauf pour les principaux intéressés.

Les non-dits sont toutefois nombreux et empêchent Holly et Alex d’avancer dans leurs vies.

Les plumes des deux auteurs font que le roman se dévore tout seul et on ne s’ennuie pas une seconde.

“La meilleure chose…” est une histoire d’amitié que j’ai beaucoup apprécié et que j’ai pris plaisir à découvrir. On s’attache à Holly et à Alex qui se cherchent pour enfin, peut être s’avouer ce qu’ils ressentent. Un bon moment de lecture que je vous conseille.

Plus d'infos : Hauteville

Les étoiles du Nord - Tome 3 "Etincelles" de Sarina Bowen

Auto-édition

Skye Copeland, présentatrice à la télévision, est en congé forcé après avoir malencontreusement dessiné un zizi sur la carte de la circulation routière.

Elle doit prendre le temps d’y réfléchir. Comme si c’était sa faute si le tracé, ce jour-là, avait la forme d’un sexe masculin !

Skye ne trouve pas ça drôle du tout. Elle a besoin de ce travail. Et c’est la seule raison pour laquelle elle a accepté de couvrir une histoire dans le coin qu’elle déteste le plus au monde, cet enfer sur terre connu sous le nom de Vermont.

Ce sera rapide. Un bref aller-retour. Un peu comme... enfin, bref. Skye a l’intention de faire un saut incognito dans la ville qui, autrefois, a essayé de l’anéantir, de recueillir les informations nécessaires et de retourner chez elle – et dans les bonnes grâces de son producteur. Aussitôt dit, aussitôt fait.

L’ennui, c’est que tout se déroule de travers dès l’instant où elle franchit les limites du comté. Sa belle-sœur cherche à échapper à un dangereux trafiquant de drogue, et le policier responsable de l’affaire n’est autre que Benito Rossi, l’homme qui a brisé son cœur d’adolescente.

Ses yeux bruns la bouleversent toujours. Elle est bien déterminée à lui renvoyer en pleine face ce qu’il a fait douze ans plus tôt, mais c’est sans compter sur les étincelles d’autrefois, toujours aussi vives entre eux.

Gare à l’explosion !

 

Avis de Christy :

S’il y a bien une série que j’aime découvrir à chaque tome, c’est bien celle du Grand Nord de Sarina Bowen, portée par des personnages attachants et des histoires touchantes.

"Étincelles" ne fait pas exception.

Dans ce nouveau tome nous faisons plus ample connaissance avec Skylar, surnommée Skye.

Elle est de retour dans le Vermont après une absence de douze ans pour y retrouver sa demi-soeur, Rayanne. Mais son retour ne se fait pas avec plaisir car la jeune femme avait juré de ne plus jamais remettre les pieds dans cette région où elle avait beaucoup souffert dans son adolescence.

Skylar est maintenant une journaliste travaillant à New York. Elle ne s’y sent pas vraiment à l’aise car son travail n’est pas reconnu par ses patrons. D’autant plus qu’une vidéo assez drôle de Skye est devenue virale sur Internet.

Ses patrons lui ont donc proposé de prendre des vacances, le temps que l’affaire se tasse. Skye en profite pour rendre service à Rayanne pendant son séjour de quelques jours.

L’arrivée de Skye dans le Vermont ne se passe pas comme elle l’avait prévu et Rayanne reste introuvable.

Et Skye finit par tomber sur Benito, le frère jumeau de Zara (du tome “Renouveau”)...

Il a été son premier amour douze ans auparavant, mais aussi la première personne à lui briser le cœur.

Il est maintenant temps pour eux de se retrouver et de mettre les choses à plat.

J’ai adoré cette nouvelle intrigue que l’auteure, Sarina Bowen, a choisi de nous raconter ici. Dès les premières pages, on s’attache à Skye qui n'a pas eu une enfance ordinaire et bien solitaire, sous le joug de la peur constante de Jimmy Gage, son beau-père et le père de Rayanne.

Skye en porte encore les traces en n’ayant jamais eu de relations suivies avec un homme. Elle a perdu toute confiance en la matière. Pourtant, elle est arrivée à s’en sortir toute seule, à force de travail. C’est un personnage que j’ai beaucoup apprécié, de par sa force de caractère. Elle ne se laisse pas faire malgré les épreuves.

Elle va ainsi se lancer sur les traces de Rayanne pour savoir où elle se trouve et essayer de tirer les choses au clair.

Benito est devenu un policier passionné par son métier. Il ne lâche rien avant d’avoir eu les réponses à ses questions et surtout d’avoir mis les méchants derrière les barreaux. En ce moment, il est sur une grosse affaire de vente de drogues qui a causé de nombreuses overdoses dans la région et dans laquelle Jimmy Gage pourrait bien être mêlé.

Benito n'a jamais pu oublier Skye après son départ précipité du Vermont. Il a toujours une pensée pour elle et s’interroge sur ce qu’elle est devenue. À son retour, il va donc tenter de la reconquérir.

Si l’auteure met l’accent, entre passé et présent, sur la relation entre Sky et Benito, l’histoire est également pimentée d’une main de maître par une enquête policière des plus captivantes qui m'a fait retenir mon souffle à de nombreuses reprises tant le suspense était prenant à suivre page après page.

Car on suit Benito dans son enquête pour mettre au trafic de drogue. À de nombreuses reprises, on sent la tension augmenter d’un cran. On ne sait pas ce que l’auteure nous réserve à la page suivante. L’écriture fluide de Sarina Bowen nous fait dévorer son roman en quelques heures. On ne s’ennuie pas une seconde.

J’ai aimé la relation qui va se nouer entre Benito et Skye. Car leurs retrouvailles sont assez explosives. Ils se sont quittés brutalement, sans la moindre explication, ce qui crée quelques tensions.

L’alternance entre le passé et le présent va nous permettre de comprendre ce qu’il s’est passé douze ans plus tôt. On ressent leur émotions et leurs pensées grâce à l’alternance de points de vue. Ils vont devoir apprendre à se connaître de nouveau car ils ne sont plus ceux qu’ils étaient au lycée.

La passion et les étincelles sont présentes lorsqu’ils se retrouvent ensemble. On ne peut que craquer pour leur histoire. L’alchimie entre nos deux personnages est tellement évidente quand on lit ce roman.

J’ai aimé revoir certains personnages de la série, dont Zara et Audrey. La première à d’ailleurs une place importante dans l’intrigue. Nous allons avoir une autre vision de Zara qui ne va pas forcément plaire à tout le monde.

En bref, j’ai tout simplement adoré ce nouvel opus. L’auteure sait toujours se renouveler dans les récits qu’elle nous propose, en ajoutant ici une pointe de suspense à sa romance. On s'attache aux personnages dès le départ, dans cette histoire impossible à lâcher avant la fin.

Vivement un prochain tome!

Plus d'infos : Sarina Bowen

Shayne Davies – Tome 1 "Moi, rousse et fauchée" de Jackie May

Editions Milady

Nora Jacobs ne détient que la moitié de l'histoire…

Métamorphe renarde, Shayne Davies a bien du mal à se faire respecter dans un monde occulte dominé par des créatures bien plus puissantes et effrayantes qu’elle : loups-garous, vampires, sorciers, démons et faes. Même à la maison, on ne voit en elle que la sale gosse de la meute. Shayne n’a qu’une envie : prouver qu’elle est de taille à jouer dans la cour des grands. Aussi ne cesse-t-elle de tanner Nick Sublime afin d’obtenir un poste à l’Agence Fédérale de l’Occulte. Sublime s’y oppose catégoriquement, mais il ne faut jamais dire jamais. Lorsque de mystérieux criminels occultes volent un stock de matériaux explosifs, l’Agence hérite d’une sombre affaire dont personne ne veut. Non seulement les principaux suspects sont des démons, mais voilà que le FBI leur colle un agent dans les pattes pour chapeauter l’enquête. Et, comme si ça ne suffisait pas, un maître vampire connu pour sa récalcitrance détient ce qui pourrait bien être la clé de l’affaire : un séduisant inspecteur de police humain.

Cette histoire est un désastre garanti.

Félicitations, Shayne, te voilà engagée !

 

Avis d’Arcantane :

J’avais beaucoup apprécié la première série Nora Jacobs publiée il y a quelques mois chez Milady. J’avais découvert cette nouvelle plume (écriture à quatre mains comme pour l’auteure Illona Andrews) et j’étais curieuse de lire le spin-off de la série. L’héroïne de cette nouvelle série est une jeune femme métamorphe : Shayne Davies.

Pour information, il n’est pas nécessaire d’avoir lu la série Nora Jacobs même si on est dans le même univers. Le 1er tome de Shayne Davies se déroule durant le 1er tome de Nora Jacobs.

Contrairement à Nora Jacobs, le style d’écriture est différent et dès les premières pages, on plonge dans la tête de l’héroïne et son côté loufoque. Le récit à la première personne joue beaucoup et j’ai eu dès les premières pages, l’impression, avec son humour, de retrouver une certaine faucheuse d’une autre série (Charley Davidson). Ici le ton est donné dès le départ et l’on sait que l’humour sera la patte de l’auteure mais elle n’en’oublie pas moins l’intrigue qui reste bien ficelée.

Shayne est une renarde qui vit la plupart dans sa voiture. Sa spécialité est comme les renards : fouiner.

Elle n’hésite pas à harceler l’agent Nick Sublime pour travailler pour l’agence des surnaturels en tant qu’enquêtrice. Son vœu va être exaucé suite au meurtre d’un démon qu’elle fréquentait pour sa propre enquête et la voilà plongée dans une enquête officielle avec l’aide d’une agente du FBI et d’un simple inspecteur de police. Cette investigation va l’amener droit vers le terrain des démons et il n’est pas bon de s’y frotter de trop près !

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé ce premier tome. On sent que malgré son tempérament complètement barré, Shayne est une personne qui veut faire ses preuves et montrer qu’elle n’est pas simplement qu’une simple renarde ! Et quoi de mieux que d’intégrer la fameuse Agence Fédérale de l’Occulte ! Chose difficile car personne ne la pense à la hauteur de la tâche (surtout à cause de son côté emmerdeur) mais cette première enquête est peut-être l’occasion de prouver sa valeur ! Les choses se mettent petit à petit en place au fil des pages.

Trois personnages sont mis en avant dans cette histoire :

-Shayne Davies, l’héroïne de la série. J’adore son tempérament et malgré ses airs de folle furieuse, Shayne est une personne avec un bon fond qui veut aider et prouver sa valeur. Son côté excentrique m’a bien fait rire mais la jeune métamorphe peut être sérieuse et lorsqu’elle est en plein cœur de l’action, Shayne est courageuse et nous montre sa force en ne renonçant pas face à la menace.

Le personnage de l’agent du FBI, Hillerman, m’a intrigué dès le départ car elle connaît très bien les surnat’ et son passé laisse présager qu’elle les a affrontés et ce sentiment de curiosité s’est accentué au fil de la lecture quand elle se dévoile certains détails sur elle. Et tout comme l’héroïne, j’ai été frustrée par son comportement à la fin et nous dévoile son véritable mobile.

Le troisième et dernier personnage est le jeune inspecteur humain. Contrairement à l’agent Hillerman, Brenner est 100% humain et n’a jamais été confronté aux surnaturels sauf à la mort de sa jeune sœur. Il n’arrive pas à oublier ce tragique drame. C’est un personnage marqué à jamais et qui ne sait plus comment se situer dans sa vie. Sa rencontre avec Shayne va lui permettre de comprendre les surnaturels ne sont pas tous des monstres. Il va peu à peu reprendre confiance en lui grâce à notre héroïne et lui fait une confiance aveugle. C’est un personnage que l’on retrouve par la suite. Le binôme Shayne/Brenner fonctionne assez bien quoiqu’on ait envie de lui foutre des claques par son côté paumé.

Quant à l’intrigue, je l’ai trouvé structurée et aboutie, les pièces du puzzle s’emboitent parfaitement au fil des pages. Mon seul reproche serait que par moments cela me paraissait long. Beaucoup d’actions vers la seconde partie du livre où l’on avance bien dans la résolution de l’enquête. J’ai aimé que l’auteure développe la partie démon, chose qu’on ne voit pas dans la précédente série.

Tout comme les Nora Jacobs j’attends de lui la suite pour me faire une opinion globale de la série. En tout cas ce premier tome est assez prometteur. J’ai passé un bon moment avec ce premier tome.

A suivre donc…

Plus d’infos : Milady

The Wish Serie - Tome 1 "Evie d'Audrey Carlan

Editions Hugo Roman

Faire des voeux est une perte de temps, une chose à laquelle je me suis pliée quand j'étais enfant mais que j'ai abandonnée depuis.

On ne peut pas rêver de quelque chose et, pouf, ça apparaît comme par magie. Si vous voulez quelque chose dans la vie, vous devez travailler dur et vous sacrifier pour cela. Ma mère était le genre de femme qui volait d'une aventure à l'autre, laissant le destin décider de son prochain geste. Ma soeur est exactement la même.

Moi, pas du tout. J'ai travaillé jusqu'à l'os pour devenir un gestionnaire financier prospère, me faire un nom et mener une belle vie indépendante.

Même si chaque lettre de ma mère me dit de prendre des risques, de laisser le vent me porter vers les désirs de mon coeur, je fais exactement le contraire. L'envie d'errer et de faire des voeux

est ce qui a tué ma mère et m'a laissée sans ma soeur pendant une décennie. Il n'y aurait pas de voeux pour moi. La dernière fois que j'ai fait un voeu, j'avais huit ans. Ce rêve ne s'est pas réalisé...
 
 
Avis de Christy :

J’avais beaucoup aimé le tome 1 de la nouvelle série d’Audrey Carlan, qui s’intitule “Wish” et qui était consacré à Suda Kaye Ross.

Ici nous faisons plus ample connaissance avec Evie, la sœur aînée de Kaye.

L’intrigue de ce tome se déroule quelques mois après le retour de Kaye dans sa famille. Celle-ci est désormais mariée à Camden. Ils forment un couple très heureux et soudé.

Il vous faut donc lire les livres dans leur ordre de parution afin de ne rien manquer.

Nous avions découvert que leur mère décédée il y a plus de 10 ans leur avait laissé à chacune une lettre différente à lire tous les ans à leur date anniversaire.

C’est à cause de la première lettre que Kaye a tout quitté pendant 10 ans, pour faire ses propres expériences, pendant qu’Evie était restée à l’attendre.

Une absence qui a été lourde de conséquences pour Evie qui s’est sentie abandonnée par sa sœur dont elle était très proche. La jeune femme a été très fragilée, d’autant plus qu’elle l’était déjà à cause de l’absence, pendant toute son enfance, de sa mère, partie, elle aussi voyager à travers le monde.

Nous découvrons ici la personnalité et les pensées d’Evie. Elle s’est toujours sentie très seule, rejetée par sa famille. Ce sentiment d’abandon n'a fait que croître au fil des ans.

Evie est tout le contraire de sa sœur. Elle est introvertie, plus craintive et ayant peur de souffrir d’une nouvelle perte. Elle ne veut pas s’attacher à un homme ou à qui que ce soit, de peur qu’il ne finisse par la quitter. Elle n’ose pas montrer ce qu’elle ressent. Evie s’est ainsi très investie dans son travail, dans son entreprise qu’elle a bâtie toute seule. Elle s’est fait un nom et une réputation dans le milieu financier, ce qui l’amène à être très indépendante et surtout à ne pas faire face à ses sentiments qu’elle a mis de côté.

J’avais beaucoup aimé le personnage de Kaye dans le tome 1 et je dois dire que je me suis sentie moins proche d’Evie pendant ma lecture. Son histoire et ses pensées m’ont touchée mais j’aurais aimé qu’Evie se montre plus courageuse dans son quotidien, face aux peurs qui l'assaillent continuellement pour la moindre chose ayant attrait aux autres.

Toutefois, Evie va évoluer au fil des pages, ce que je trouve très intéressant à suivre. Elle va grandir sous nos yeux.

Evie est très différente de sa sœur, Kaye, tant par le caractère mais aussi physiquement. Elle est blonde aux yeux bleus, ce qui lui a valu quelques embêtements de la part des autres enfants de la réserve.

Evie est très proche de la culture amérindienne, et notamment de son grand-père, qui les a élevées, elle et sa sœur.

La jeune femme doit encore faire face aux préjugés de certains membres de la tribu qui continuent à ne voir qu’une étrangère, une blanche.

Evie est amoureuse depuis son enfance de Milo, un homme très grand, beau et sexy, qui ne l’a laisse pas indifférente mais elle n'a jamais réussi à lui avouer ses sentiments, de peur de souffrir. Elle pense qu’il va finir par la quitter, comme tous ceux qu’elle aime, sa mère et sa sœur notamment.

La relation qui va se nouer entre notre héroïne et Milo est assez rapide. Ce qui m'a beaucoup surprise, je dois dire. Je pensais que les choses allaient évoluer plus doucement entre eux, qu'ils allaient apprendre à se connaître.

Milo ne veut pas perdre de temps. Il lui déclare ses sentiments très vite car il veut qu’elle sache ce qu’il ressent. Mais il va devoir se montrer compréhensif, patient et à l’écoute des peurs de la jeune femme. Elle devra d’abord surmonter ses angoisses avant de s’engager dans une relation sérieuse.

Les moments qu’ils vont passer ensemble vont faire monter la température. Leur relation est puissante et très passionnée.

Comme dans le tome précédent, nous n’avons que le point de vue d’Evie, nous permettant de nous attacher à elle. Nous sommes à ses côtés dans chaque événement du quotidien, ce qui nous permet de comprendre ce qu’elle ressent et de voir son évolution au fil du temps.

Une évolution qui ne pourra se faire que grâce au soutien de Kaye, de Milo mais aussi de son grand-père et des lettres de sa mère.

Elle pourra compter sur eux à chaque étape. On ressent combien ils sont tous soudés les uns aux autres.

J’ai aimé le fait que l’auteure ait davantage intégré la culture amérindienne dans cette intrigue, beaucoup plus que dans le premier tome, ce qui m’avait un peu déçue. C’est une partie très intéressante, vue avec le point de vue d’Evie, métisse, qui a vécu toute sa vie en ayant ces deux cultures ancrées en elle. Nous découvrons une culture, le peuple, ses traditions à divers moments, bien souvent chargés en émotions.

Ces dernières sont très présentes dans le roman et la plume de l’auteure retranscrit parfaitement ce que les personnages ressentent, mais il m’aura manqué ce petit plus qui m’aurait fait m’attacher davantage à Evie, même si j’ai dévoré ce second tome en quelques jours.

J’avais deviné certains éléments dont l’identité de la troisième personnalité que nous allons découvrir prochainement . Je suis curieuse de savoir ce que l’auteure nous réserve comme surprise car la fin du tome consacré à Evie est riche en révélations sur les secrets d’une famille très complexe.

Vivement la suite, à paraître début février 2021!

Plus d'infos : Hugo Roman

Syndiquer le contenu