Aller au contenu principal

Tout ce que je veux pour Noël, c'est toi de Phoenix B. Asher

Editions Hugo Roman Poche
 
Depuis qu'il est revenu à Wolf Creek, Axel vit en ermite. Toujours accompagné d'un chien loup à faire trembler les plus intrépides, il passe ses journées isolé au milieu des bois, dans la maison de son grand-père qu'il rénove.

Alors qu'il finit par se rendre en ville, le destin lui réserve une drôle de surprise. Il se retrouve nez à nez avec Rome, son amour d'adolescence.
Après le décès de son mari militaire en Afghanistan, Rome est brisée. Si elle affronte le quotidien, c'est pour son fils, Eli, petit garçon singulier mais non moins attachant.
Contre toute attente, leurs retrouvailles permettent à chacun de panser ses blessures. Malgré les années écoulées, leur complicité est intacte. Ce qui n'est pas sans les perturber. Et ce ressenti risque de s'accentuer encore lorsqu'Eli les pousse à passer Noël ensemble.

 

 

Avis de Christy :

J'aime beaucoup découvrir les romans de Noël que nous propose Hugo New Romance et "Tout ce que je veux pour Noël, c'est toi" ne fait pas exception.
Le résumé m'intriguait et la lecture fut très agréable.
 
Après une déception amoureuse qui l'avait poussé àse retrancher dans la maison de son grand-père, dans une petite ville du Wisconsin, Axel décide de mettre fin à son isolement. C'est par hasard qu'il croise la route de Rome, une jeune femme qui vient elle aussi d'emménager en ville avec son fils. Ils ne s'attendaient pas du tout à ce que leurs chemins se croisent à nouveau, plus de treize ans après s'être brutalement quittés.
Leurs retrouvailles vont leur rappeler ce qu'ils ont partagé étant adolescents avant que la vie ne les sépare.
 
"Tout ce que jeveux pour Noël c'est toi" est un roman avec lequel j'ai passé un très bon moment de lecture. Nous faisons la connaissance de deux personnages qui s'étaient beaucoup aimés, le temps d'un été, alors qu'ils étaient adolescents. Rome avait dû déménager jusqu'en Floride pour suivre sa mère et n'avait pas pu dire au revoir à Axel. Une dizaine d'années a passé et Rome a perdu son mari, militaire, en Afghanistan. Depuis, elle élève tant bien que mal, seule, son fils de 8 ans, autiste, atteint du syndrome d'Asperger. Axel, lui, doit reprendre l'entreprise familiale mais un scandale l'a forcé à prendre ses distances, le temps que l'affaire se calme, de sa famille et à se retrancher dans la maison de son grand-père.
Les retrouvailles avec Rome vont leur permettre à tous les deux de se souvenir des bons moments qu'ils avaient passés ensemble et les sentiments qu'ils éprouvaient à l'époque l'un pour l'autre. Si Axel est très heureux d'avoir retrouvé son amie et de pouvoir l'aider quand elle en a besoin, Rome a du mal à accepter de devoir compter sur quelqu'un d'autre. À force de persuasion, Axel va de nouveau entrer dans la vie de la jeune femme. Eli, le fils de Rome, va très vite accepter Axel et la présence à ses côtés de Shadow, son loup apprivoisé. Bientôt, les deux amis vont devenir inséparables. Rome a du mal à accepter le fait que le bonheur pourrait frapper de nouveau à sa porte. La présence de son mari la hante toujours et elle a l'impression de le trahir en fréquentant Axel.
De plus, elle sait que ce dernier finira par retourner au Texas, dans sa vie qu'il a quitté. Rome ne veut donc pas s'attacher et finir par souffrir, encore.
On ressent ses doutes, sa peur à chaque moment qu'elle passe avec Axel. La jeune femme est toujours dans la retenue. Axel a également des doutes quant à sa présence à côté de Rome. Il est pourtant sûr de ses sentiments. Il sait ce qu'il veut mais le fantôme de l'ex-mari de Rome est difficile à combattre. Il a peur de ne pas être à la hauteur.
 
J'ai aimé cette relation qui prend son temps pour se construire. Les personnages sont dans la retenue, ont des craintes quant à leur histoire. Ils hésitent beaucoup mais on sent qu'ils tiennent l'un à l'autre. Mais ils ont des réticences à se tromper et à être amenés à souffrir. Surtout qu'au milieu de leur histoire, il y a Éli. Axel sait que pour Rome, son fils et son bien-être seront toujours sa priorité. Cette romance est parfaitement décrite et fait la part belle aux sentiments et émotions de ses personnages. On s'attache à eux. Ils se montrent très humains dans leur hésitation et dans leurs choix. On sent que l'étincelle entre eux est toujours présente malgré le temps qui a passé .
 
C'est une lecture idéale en cette fin d'année que nous propose Phoenix B. Asher avec de la douceur, des émotions et des personnages attachants qui espèrent un avenir meilleur pour eux. Un très beau moment de lecture !
 
Plus d'infos : Hugo Roman
 

S.T.A.G.S "Partie de Chasse" de M.A. Bennett

Editions Bayard

Meurtrière. Mais sans avoir l’intention de tuer.
J’ai donc des circonstances atténuantes.
Et avant que vous ne perdiez toute compassion, je n’ai pas donné la mort de mes propres mains. Nous étions en groupe. Comme dans une chasse à courre.
D’abord, je dois vous parler de mon lycée. Tout part de là. STAGS est la plus vieille école d’Angleterre. La partie la plus ancienne date de 683…
Et puis, bien sûr, il y a Henry de Warlencourt.
Vous avez peut-être entendu parler de lui sur le Net ? Ou alors vous avez vu sa photo aux infos ? Personne n’aurait pu imaginer quel monstre il était.
Moi non plus.
Jusqu’à ce que je reçoive l’Invitation…

 

Avis de Syb :

Saint Aidan the Great School est une école. Mais pas n’importe quelle école. C’est un lycée prestigieux où sont envoyés les enfants de personnes influentes, de personnalités à la tête de pays et de bourgeois fortunés.
Greer McDonald, elle, n’a rien à voir avec ces enfants là. Elle a reçu une bourse d’études pour entrer dans ce lycée, et son père, cameraman de documentaires animaliers, n’est en aucune mesure comparable à ces gens là.
Tout le lycée, c’est à dire même les profs, est dirigé par un groupe de « populaires » qu’ils vénèrent par dessus tout. Ils se font appeler les « médiévaux ». Ils ont la liberté de tout faire et personne ne peut les contredire. Malgré l’uniforme ridicule de l’établissement, ils rayonnent au milieu de la cour à côté du vieux puit.
Seulement, vous l’aurez deviné, ces médiévaux sont aussi malveillants qu’ils en ont l’air. S’ils décident que toute forme de technologie est considérée comme « sauvage », personne n’osera se balader un téléphone à la main. S’ils décident que seuls les médiévaux ont la permission de porter des collants rayés, tous les autres élèves respecteront leur décision et ne tenteront jamais de les contrarier. Pourquoi ? Parce que pas une seule âme vivante de Saint Aidan the Great School n’a jamais rêvé de faire partie des médiévaux. C’est un cercle fermé qui n’accepte que rarement de nouveaux membres.Rarement…
 
Greer est rejetée des autres élèves du lycée. Les médiévaux l’ont en plein dans le viseur. Harcèlement, ricanement, moqueries, tout est bon pour l’isoler. Et bien sûr, personne n’irait à l’encontre de la volonté des médiévaux pour adresser la parole à Greer. Mais un matin, à son grand étonnement et à celui de sa camarde de chambre, elle reçoit une invitation de la part d’Henry de Warlencourt, le chef des médiévaux. Sa colocataire, lui parlant pour la première fois, lui apprend qu’elle a été invitée à un week-end de chasse, tir et pêche, durant lequel elle aura la possibilité de faire ses preuves pour entrer dans le cercle des médiévaux.
C’est une tradition qui est perpétuée par les membres du groupe chaque année durant un week-end. Greer ne comprend plus. Elle a été rejetée durant tout le premier trimestre, pourquoi Henry voudrait-il d’elle dans le groupe des médiévaux ?
Cependant, après mûre reflexion, elle accepte et se rend dans l’immense propriété de la famille de Warlencourt. Elle y retrouve deux de ses camarades : Chanel et Shafeen qui, eux non plus, ne font pas partie du monde des médiévaux.
Chanel, Shafeen et Greer ne sont pas au bout de leurs surprises car durant leur séjour, chasse, tir et pêche les transformeront en quelque chose qu’ils ne voulaient pas être : des meurtriers. L’un des médiévaux ne sortira pas vivant de ce week-end.
 
Ce thriller a pris un tournant que personne n’aurait pu deviner. J’avais beau réfléchir à tous les stratagèmes possibles, cette fin me laisse toujours sans voix. Une ambiance et des personnages froids nous font glacer le sang et l’écriture fluide mélangée à une intrigue prenante nous fais dévorer ce livre avant d’avoir pu dire « chasse ».
L’humour du personnage principal et son esprit vif étonnera le lecteur jusqu’au dernier chapitre. Rien qu’à y repenser, j’en ai encore des frissons ! Un sentiment d’inquiétude nous fait tourner les pages encore et encore grâce au personnage d’Henry qui est décrit comme étant un psychopathe. Jusqu’au dernier moment, on s’attendrait presque à ce que tout ça ne soit que des rumeurs mais ce côté manipulateur nous fait tomber dans son piège en même temps que les différents personnages. D’ailleurs le trio que forment Greer, Chanel et Shafeen n’a fait que rajouter un réconfort au lecteur alors que le personnage principal avait l’air seule, piégée dans la propriété d’Henry et sans aide alentour.
 
J’ai beaucoup aimé ce livre et je le recommande. J’ai très peu de remarques à lui faire cependant je pense que le côté psychopathe d’Henry aurait pu être encore plus approfondi. Malgré les éloges que je viens de lui faire, je trouve quand même que les autres médiévaux avaient l’air bien plus sanguinaires que lui. Son comportement serin et accueillant faisait tâche et le retournement de sa personnalité était un peu tombé comme un cheveux sur la soupe. Il lui manquait un petit quelque chose. Sinon c’était une excellente lecture ! A lire un week-end d’automne, seul(e), dans une cabane perdue dans les bois !
 
Plus d'infos : Bayard

Scottish Rhapsody de Delinda Dane

Editions Hugo Roman

Erynn Wallace avait depuis longtemps oublié que l'Écosse coulait dans ses veines. Grandir à Londres auprès d'une mère anglaise ne l'a sans doute pas aidée à se souvenir de ses racines...

Quand, à la mort de son grand-père, elle revient dans sa ville natale, elle ne pensait pas se sentir aussi dépaysée. Les gens, l'accent, les coutumes... elle a tout oublié. Et ce n'est pas Lachlan Cameron qui risque de la mettre à l'aise...

L'héritier du clan des Cameron semble même la traiter avec un dédain particulier. Il ne voit en elle qu'une opportuniste, venue rafler son héritage avant de repartir chez l'ennemi. Que lui importe l'avis de cet inconnu, certes séduisant, mais parfaitement désagréable ?

Disons qu'il serait beaucoup plus facile de l'ignorer si, pour préserver le domaine de ses ancêtres, elle n'était pas contrainte de l'épouser...

 

Avis de Christy:

En 2020, j'avais découvert la plume de Delinda Dane avec son roman "Stairway to Heaven" pour lequel j'avais eu un coup de cœur.

Je me suis donc lancée dans la lecture de "Scottish Rhapsody" avec grand plaisir.

Nous faisons la connaissance d'Erynn, une jeune Londonienne originaire d'Ecosse, qui se voit contrainte de retourner auprès de son père, suite au décès de son grand-père, qui les a laissés avec une montagne de dettes. Pour conserver la maison familiale et leurs terres, Erynn n'a plus le choix: elle doit épouser Lachlan, l'héritier du clan Cameron pour effacer les dettes.

Erynn n'est pas vraiment ravie de ce mariage arrangé d'autant plus qu'elle ne connaît pas son futur époux, mais elle va faire ce sacrifice pour son père. Lachlan a la réputation d'être un rustre qui n'attire pas la sympathie, toujours de mauvais caractère. Erynn emménage dans le château de Lachlan qui ressemble à un labyrinthe tant il est immense. Elle va passer son temps à se perdre et à chercher son chemin.

Erynn est un personnage auquel on s'attache très vite. J'ai aimé qu'elle dise ce qu'elle pense, qu'elle ne se laisse pas faire. Ses réparties font souvent mouche. J'ai adoré ses multiples échanges avec la grand-mère de Lachlan. Les répliques d'Erynn m'ont beaucoup fait rire. Les deux femmes ne peuvent pas se voir et chacune de leurs scènes ensemble allège quelque peu l'ambiance. Lachlan, quant à lui, ne se préoccupe pas de son épouse dont il n'a clairement rien à faire, à part lui chercher des noises et lui faire peur avec sa cicatrice qui lui barre le visage.

Lachlan est un personnage sombre. Il se montre froid et distant avec Erynn. On le sent hanté par ce qu'il s'est passé il y a quelques mois et dont il porte une cicatrice sur le visage. Il se montre pourtant doux et patient avec sa nièce. Personne au château ne semble apprécier la présence d'Erynn. Encore moins la grand-mère de Lachlan qui profite de chaque occasion pour la critiquer. Heureusement, Erynn a un fort caractère et ne laisse jamais tomber, quitte à affronter tout le monde dont son mari.

J'ai adoré ce roman que j'ai lu d'une traite ou presque. On plonge dans la culture écossaise, aux côtés d'Erynn, qui n'y connaît pas grand-chose car elle a grandi avec sa mère, à Londres, avec les clans, leurs coutumes, leur histoire et surtout les paysages sauvages. C'est un roman moderne qui reprend des thèmes classiques, comme les histoires familiales, le deuil ou le mariage forcé, pour les remanier de telle façon à ce qu'il sonne très actuel.

Erynn et Lachlan vont passer leur temps à se lancer des piques car ils ne s'entendent tout simplement pas. Ce mariage qui leur a été imposé ne ravit ni l'un ni l'autre. La cohabitation entre eux est parfois compliquée mais ils doivent sauver les apparences lorsqu'ils sont en public.

La plume de l'auteure est remplie d'émotions et on suit avec avidité la vie de nos deux personnages. Ils vont passer leur temps à se chercher, à se tourner autour. On sent pourtant que Lachlan et Erynn ont tendance à se rapprocher au fil du temps, à apprendre à se connaître. Le changement arrive progressivement. Les secrets se dévoilent. Les sentiments s'en mêlent pour notre plus grand plaisir. Les émotions n'en ressortent que plus fortes. Nous sommes charmés par le côté sombre et abîmé de Lachlan et par le côté pétillant d'Erynn.

J'ai aimé la relation qui va se nouer entre nos deux personnages si différents au départ. Rien ne va se faire dans la précipitation et cela sonne juste malgré le contexte de leur rencontre. J'ai adoré le côté "enemies to lovers" qui se voit bouleversé par des sentiments qui apparaissent au fil du temps. L'alternance des points de vue nous permet de constater que nos protagonistes pensent et cela crée un rythme soutenu à notre lecture. Les pages défilent toutes seules sous nos yeux. Pendant ce temps, nous nous attachons aux personnages, à leur univers. L'Écosse donne un cadre des plus passionnants et mystique à cette histoire.

En bref, j'ai tout simplement adoré ce roman se déroulant en Ecosse, avec deux personnages attachants mariés contre leur gré. Leur relation est tout simplement parfaite et remplie d'émotions qui ne nous laisse pas indifférents. Nous n'avons pas envie de quitter Lachlan et Erynn et ce magnifique pays.

Ce roman est une vraie réussite que je vous conseille !

Plus d'infos : Hugo Roman

Au péril de nos coeurs de Maloria Cassis

Editions Hugo Roman

Lorsqu'elle arrive dans les gorges du Verdon, Norah s'attend à passer un séjour agréable pour célébrer l'enterrement de vie de jeune fille de sa meilleure amie.

Marco, lui, est arrivé au camping à reculons, traîné de force par son pote d'enfance alors qu'il n'avait au- cune envie de venir. Il apprécie encore moins le rap- prochement avec les voisines de leur emplacement de camping. Quoi que... S'il était honnête avec lui- même, il reconnaîtrait certainement que Norah ne le laisse pas indifférent.

De son côté, la jeune femme compte bien profiter de ses vacances et commence à flirter avec lui.

Alors que le groupe part randonner dans les gorges, l'histoire de Marco et Norah prend une tournure inattendue. C'est non seulement leurs cœurs mais également leurs vies qui se retrouvent en péril. En réchapperont-ils ?• Une auteure soutenue par la communauté Fyctia (+150.000 inscrits).

• Une New Romance implantée en France, dans les gorges du Verdon. En conditions de survie, après une randonnée qui vire au drâme.

 

Avis de Christy :

Maloria Cassis est une auteure de romance que j'aime particulièrement. Après sa série "Cooper Training", ses romans "Sans faute" ou "Comme une ombre au tableau", voici "Au péril de nos coeurs", son nouveau roman paru chez Hugo Roman.

Encore une fois, elle nous offre un récit impossible à lâcher avant la fin, des personnages attachants et beaucoup d'émotions.

Nous faisons la connaissance de deux nouveaux personnages, Norah et Marco.

La jeune femme est partie en compagnie de ses meilleures amies, Elif et Flavie, pour un séjour d'une semaine dans les Gorges du Verdon. Elles sont toutes les trois réunies pour fêter le futur mariage d'Elif.

Marco, quant à lui, est aussi en vacances avec son meilleur ami, Yohan, et son cousin qu'il s'est incrusté avec eux, Tristan.

Le hasard va faire que les deux groupes d'amis ont deux emplacements côte à côte dans le camping.

Je ne vais pas vous en dire plus sur l'intrigue pour vous laisser découvrir ce roman.

D'une plume fluide et addictive, Maloria Cassis a réussi à m'embarquer dans son roman d'une bout à l'autre. Impossible pour moi de lâcher "Au péril de nos coeurs" avant la fin.

On rentre très facilement dans le roman et on a vraiment l'impression de partir en vacances en compagnie de ces deux groupes d'amis.

On ressent la chaleur de l'été, la fraîcheur de l'eau et d'autres sensations… Nous vivons l'aventure avec les personnages.

Evidemment, nous sommes dans une romance et Marco et Norah vont très vite se rapprocher.

 Dès les premiers instants ensemble, on sent une alchimie naître sous nos yeux. Ils n'arrivent pas à se quitter des yeux, à rester loin l'un de l'autre. Entre eux, c'est rapide et puissant.

Mais ils savent tous les deux qu'une histoire qui naît pendant les vacances n'a bien souvent que peu d'avenir.

Un événement va arriver pendant leur séjour et tout bousculer.

Je dois dire que je n'ai rien vu venir de ce point de vue là. Je n'avais pas lu le résumé proposé par l'éditeur avant me lancer dans la lecture. La surprise n'en fut que plus grande.

Je dois avouer que j'ai adoré ces moments riches en émotions et en surprise. J'ai eu peur pour Norah et Marco, auxquels je m'étais attachée, à de nombreuses reprises. J'ai retenu mon souffle pendant certaines scènes.

Marco et Norah sont deux personnages attachants que nous apprenons à connaître au fil des pages. Tous les deux ont vécu des choses qui les ont marqués et qui les fragilisent encore aujourd'hui. Cela aura des conséquences sur leurs choix et les décisions qu'ils devront prendre.

J'ai adoré suivre l'histoire de Marco et Norah. Leur histoire personnelle est touchante. On ne peut qu'être ému en voyant tout ce qu'ils ont subi. Maloria Cassis a parfaitement réussi à retranscrire les émotions de ses personnages. Cela ne les rend que plus humains.

Il en va de même pour la description des paysages, ceux du Verdon en particulier, qui donnent envie d'aller visiter les lieux.

En bref, "Au péril de nos coeurs" fut une lecture avec laquelle on passe un très bon moment. J'ai dévoré ce roman en quelques heures.

On s'attache aux personnages, à leur passé, à leurs émotions…  On frissonne aussi à certains moments.

C'est une très belle histoire qui donne envie de repartir en vacances.

Foncez !

Plus d'infos : Hugo Roman

chercheur d'Or de Nathalie Sulivane

Editions Hugo Roman Poche

Lorsque Lia monte dans l'avion qui va lui permettre de survoler les montagnes d'Alaska, avec des clients à la recherche d'un site idéal pour leur projet touris- tique, elle ne se doute pas qu'elle ne rentrera pas à Miami aussitôt après.

Un problème météorologique inattendu entraîne le crash du petit appareil et la laisse, seule et blessée, dans la neige de cette contrée extrême.

Stanford vit reclus dans un chalet perché dans les montagnes, avec pour seule compagnie, Alpha, son loup apprivoisé. Pendant l'été, il est chercheur d'or et il vit coupé du monde le reste de l'année. Il est le seul à pouvoir porter secours à Lia, l'unique survi- vante de l'accident.

Il la recueille chez lui. Pour l'hiver... Car il n'a aucun moyen de contacter les secours ni de reconduire la jeune femme vers la civilisation avant la belle saison. Lia commence sa convalescence, partagée entre le traumatisme de l'accident et la beauté sauvage de la nature qui l'entoure... et va apprendre à connaître cet homme mystérieux, solitaire ainsi que son compagnon, Alpha...

 

Avis de Christy :

“Chercheur d’or” estun roman que j’avais très envie de découvrir en ce mois d’octobre, surtout quand j’ai lu qu’il était question de nature sauvage dans les montagnes d’Alaska.

Lia est une jeune architecte passionnée par son travail. Elle se rend en Alaska en compagnie de son patron et de son nouveau client pour un tout nouveau projet dans les montagnes encore inexploitées. Mais le mauvais temps aura raison de leur avion, qui s'écrase, loin de toute civilisation, dans la neige.

Seule survivante, Lia ne doit sa survie qu’à la présence solitaire de Stanford et de son compagnon, Alpha, un loup qu’il avait recueilli bébé. Stanford vit en reclus dans les montagnes, dans un chalet, depuis plusieurs années, depuis un drame survenu alors qu’il était sauveteur. Il connaît l’Alaska comme sa poche, en ayant toujours en tête que la montagne, si elle est belle à tout moment de l’année, peut également se montrer cruelle et dangereuse. L'arrivée de Lia va bouleverser le quotidien de Stanford lorsqu’il la recueille chez lui.

Je suis entrée dans le récit très facilement, dès les premières pages, portée par la plume fluide de Nathalie Sulivane que je découvrais ici.

Très vite, on s’attache aux personnages qui ont une vie très différente l’une de l’autre. Alors que Lia, une jeune femme énergique, passionnée par son travail vivait sous la chaleur de Miami, entourée de sa famille, Stanford, lui, est solitaire, aimant le calme les grands espaces et la nature de cet Alaska sauvage. Tous les deux vont devoir cohabiter pendant plusieurs mois, le temps que la neige fonde et qu’ils puissent descendre dans la vallée, dans la première ville proche. En effet, Stanford ne possède aucun moyen de communication. Lia ne peut prévenir personne de son accident et du fait qu’elle est en vie. Une situation qui la peine beaucoup.

Les premiers moments de cohabitation ne sont pas faciles pour elle. Elle est assez effrayée par la présence d’Alpha, ce loup qui ne quitte pas Stanford. Elle ne connaît pas grand-chose à cet Alaska froid et hostile. Comme Lia, nous allons découvrir le quotidien de Stanford.

J’ai beaucoup aimé les deux points de vue et leurs vies si différentes entrer en collision avec l’arrivée de Lia. Cela crée une bonne dynamique dans le roman. Les émotions sont omniprésentes dans le récit. L’auteure nousoffre quelques beaux moments de frayeur, à cause de la nature qui peut se montrer si hostile à l’égard de Lia ou de Stanford. J’ai eu peur pour eux.

J’ai également aimé le fait que ces personnages commencent à se rapprocher au fil du temps. Stanford va avoir du mal à se confier sur les raisons de sa présence ici, mais il va tout faire pour faciliter l’adaptation de Lia. Chaque geste ou action de sa part est touchant même s’il n’a pas forcément les mots pour dire ce qu’il ressent. Pour Lia, le fait de ne plus avoir accès à la civilisation ne va pas être facile tout de suite. Au fil des semaines, elle va apprivoiser ce nouveau monde. Elle va en profiter pour se poser des questions sur sa vie et ses envies. Lia va tout faire pour que Stanford arrive à se confier à elle.

L'histoire qui va se nouer entre eux est tout simplement touchante. Le récit sonne vrai. Les personnages se montrent humains avec leurs forces et leurs faiblesses. Nous ne sommes pas dans la précipitation, tout se crée doucement alors que Lia et Stanford passent des moments ensemble.

J’ai beaucoup aimé lire ce quotidien presque au jour le jour où tous les deux apprennent à se connaître. Le roman se dévore tout seul. Les pages s’enchaînent très vite pour notre plus grand plaisir. Il se passe toujours quelque chose qui nous tient en haleine. La nature est ici très présente et nous donne envie de découvrir tous ces paysages sauvages. Nous allons de découvertes en découvertes au fil des pages et nous avons nous aussi envie de nous rendre sur place pour aller admirer les paysages à tous les temps de l’année.

Je dois aussi vous avouer que j’ai eu un coup de cœur pour Alpha, ce loup qui n’a pas eu une vie facile avant de rencontrer Stanford alors qu’il était tout bébé. Depuis ce temps, le loup lui est resté fidèle. Il est devenu un confident et un allié précieux à de nombreuses reprises. Son attachement à Stanford est magnifique. Nous aimerions tous avoir un tel compagnon! J’ai aimé la place qu’il tient dans le récit. J’ai eu peur pour lui, comme pour les autres personnages principaux à un certain moment. Et j’ai adoré le final qui lui est consacré, j’ai eu les larmes aux yeux face à tant d’amour.

En bref, “Chercheur d’or” est un roman que j’ai dévoré d’une traite. J’ai adoré le fait que les personnages prennent le temps de se connaître au fil du temps et de leur cohabitation forcée. On s’attache à eux mais aussi à la nature sauvage de l’Alaska qui nous est décrite ici.Une très belle découverte que je vous conseille pour cet hiver!

Plus d'infos : Hugo Roman

Syndiquer le contenu