Aller au contenu principal

Ceux qu’il nous faut retrouver de Joan He

Editions Lumen

Les dominos sont en place depuis des siècles déjà... Un tremblement de terre et ils vont tous tomber.

Piégée sur une île déserte depuis trois ans avec pour seule compagnie une petite androïde, Cee ne se rappelle plus rien de sa vie d'avant. Rien... si ce n'est qu'elle a une sœur qui l'attend là-bas, quelque part de l'autre côté de l'océan. Elle le sent dans la moelle de ses os : il lui faut à tout prix échapper à cette île pour aller la retrouver. Mais comment ?

Un monde plus loin, Kasey Mizuhara vit dans une cité dans les nuages, conçue pour protéger l'humanité des désastres naturels qui se succèdent sur terre. Fille des deux fondateurs de la ville flottante, elle pleure la disparition de sa sœur Celia, adorée de tous, fascinée par le monde extérieur, qui a pris trois mois plus tôt un bateau et mis le cap vers le large, sans plus jamais donner signe de vie. Mais soudain, un matin, la présence de Celia est repérée quelque part en ville. Kasey s'enfonce dans les entrailles du monstre, bien décidée à percer les secrets de son aînée – il faut dire qu'elle n'en manquait pas – pour pouvoir enfin la serrer de nouveau dans ses bras.

 
Avis de Syb :
Célia est une jeune femme marginale qui ne supporte plus la vie dans l’eco-cité dont ses parents sont les fondateurs. Elle veut découvrir la nature, elle est attirée par l’Océan comme par un aimant. Kasey, sa sœur, c’est tout l’inverse. Très terre à terre, la science est sa destinée. Elle est la plus mature des deux filles Mizhuara mais elle admire sa sœur comme une idole. Depuis l’accident qui a tué leur mère, les deux jeunes filles bien qu’elles aient été très proches, s’éloignent et ne se comprennent plus.
Un événement parvient alors, Célia prend le large sur un petit bateau et n’est plus jamais revue. Personne ne sait ce qui lui est arrivé mais Kasey est déterminée à retrouver et sauver sa sœur perdue avec toute l’aide qu’elle pourra trouver. Elle rencontre Actinium au cours de ses recherches, avec qui elle va élucider le mystère de Célia, en plein milieu de ce qui semble être l’apocalypse due à des radioactivités. Pendant ce temps, on suit la vie insulaire de Cee. Seule sur son île accompagnée de son petit robot, elle n’a qu’une idée en tête : retrouver sa sœur Kay, qui l’attend quelque part dans le monde.
Des rebondissements à n’en plus finir nous plongent dans un avenir qui ne semble pas si improbable avec des mégaséismes à répétition, laissant des millions de migrants à l’abandon.
Voilà un subtil mélange de politique et d’écologie accompagnée de l’histoire prenante des deux jeunes sœurs.
Le lecteur est plongé dans une atmosphère futuriste bien plus que réaliste. Cependant, la longueur du roman m’a fait décrocher vers la moitié. J’ai dû me forcer à lire la fin. C’est pourtant dommage, je pense qu’en 300-450 pages, l’intrigue aurait pu être bouclée, étant donné que la trame principale est résolue vers la moitié du roman, et le lecteur n’aurait pas été déçu pour autant.
En conclusion, c’était une histoire que j’ai beaucoup appréciée. Je me suis attachée aux deux sœurs et l’écriture était prenante. Ce seul petit bémol ne m’a pas gâché ma lecture pour autant.
 
Plus d'infos : Lumen

Concours Amber Farrell T7

Bonjour à tous,

Il y a bien longtemps que nous n'avions pas organisé un concours sur le blog. Il faut dire qu'avec la pandémie, le moral n'était pas au beau fixe mais on s'est dit qu'on allait vous faire plaisir avec ce premier concours de l'année 2022 (et pas le dernier) !

Nous  avons le plaisir de vous proposer de gagner 1 exemplaire d'Amber Farrel T7 de Marck Henwick avec son étui et le bracelet Milady.
Le concours est ouvert du 06 au 20 mars 2022 minuit.
Ce concours est ouvert uniquement aux résidents de France métropolitaine et la Belgique.
Un grand merci à Milady et la librairie Polar & Co pour le livre et les goodies.

Pour participer : Lien

Concours TERMINE : bravo à Audrey S. (56)

Un mail lui a été adressé.

Parfois, je mens d'Alice Feeney

Editions Hauteville

« Je m'appelle Amber Reynolds. Il y a trois chose que vous devez connaître à mon sujet : je suis dans le coma ; mon mari ne m'aime plus ; parfois, je mens... ». Amber est inconsciente, dans un lit d'hôpital, prise au piège d'un esprit actif mais d'un corps inactif, capable d'entendre et de comprendre, mais incapable de communiquer avec les rares proches qui lui rendent visite ou le personnel soignant. Comment est-elle arrivée là ? Elle nous livre ses pensées, parfois confuses, alors qu'elle s'efforce de mettre en ordre les morceaux épars de sa vie, plongée dans son monde intérieur. Mais est-il possible de la croire alors qu'elle se déclare elle-même être un menteuse ? Un thriller psychologique aux rebondissements époustouflants.

 

Avis d'Edelweiss : 

« Parfois, je mens » est un roman à trois temps. Celui d’Avant « du passé », d’Aujourd’hui « dans le coma » et Alors « les semaines avant l’accident ».

L’écriture d’Alice Feeney est particulièrement addictive et fluide. Pourtant au premier abord on n’imagine pas une histoire comme celle-ci, bien loin d’être simple et ordinaire. 

Ce thriller psychologique est très bien rythmé et orchestré. J’ai été surprise de la tournure des événements. Pour me déstabiliser et m’embrouiller dans ma recherche du ou des coupables, il en faut beaucoup et ce fut le cas. Il y a une assiduité et une connexion incroyable dans le déroulement des mésaventures d’Amber, plongée dans le coma à la suite d’un accident.

Amber est une femme à la petite trentaine, épouse et journaliste de métier. Pourtant, elle n’est pas heureuse et cela se ressent. Les actes du quotidien peuvent parfois être éprouvants et dévalorisants. Que ce soit une remarque, un manque de confiance en soi, un geste déplacé ou encore un mensonge, la vie devient morose et suspicieuse. Ajoutez à cette histoire une amitié toxique et le tour est joué, vous tombez sous le charme de ce scénario digne des plus grands.

L’autrice nous montre la volonté de vivre de son personnage principal dans son huit clos. Comprendre ce qui lui est arrivé en écoutant les conversations autour d’elle est devenu son seul objectif. Chaque petite information est une pièce du puzzle qu’Amber essai de reconstituer. Alors qu’elle n’a plus accès à ses membres dans son lit d’hôpital, son cerveau carbure, son ouïe se développe et assimile le moindre détail la concernant.

Bien sûr, les questions fusent, les remarques désobligeantes envers elle se font entendre, la sensation de gêne ou de déjà-vu se ressent. Ce qu’on raconte sur elle est-il vrai? Amber prend son temps, essai de démêler le vrai du faux (tout comme nous d’ailleurs!) pour se remémorer ses propres souvenirs à l’évocation de sa vie relatée par autrui. Mais ses souvenirs sont là, bien présents et refont surface petit à petit avec un arrière-goût amer, et laisse le lecteur sans voix sur ses interrogations finales avec trois grandes vérités sur Amber qui ébranlent nos neurones.

L’ambivalence de la narratrice à raconter son histoire et à parfois mentir apporte une caractéristique assez particulière à l’intrigue. Le lecteur devient soupçonneux mais son univers est tellement éprouvant et si bien façonné dans ses réminiscences qu’on ne peut y voir autre chose que la douleur et la sincérité de ses propos.

Le cerveau d’Amber est-il toujours en bon état? Le doute est là et persiste car chaque nouveau chapitre est un appel aux révélations. Et ses éléments nous fascinent autant qu’ils nous déstabilisent.

Fabulation ou réalité ? Là se trouve le point fort d’Alice Feeney. La psychologie des personnages à âges différents est mise en avant et parfaitement soigné. Une sorte d’empathie nous envahit, de compassion face à l’amour inconditionnel qu’elle nous décrit et qui se révèle destructeur. Face à son incapacité à communiquer avec son mari et sa sœur, seuls intervenants réguliers dans le récit.

Je ne parlerai pas de ses personnages secondaires, car se serait trop en dire sur le déroulement de ce très bon thriller et il faut le lire pour découvrir qui est la victime, le bourreau ou le manipulateur dans cette histoire.

Amber nous offre son désarroi le plus total, le plus profond et nous tombons dedans sans hésitation. L’impuissance qu’elle souligne nous tire dans un cheminement mystérieux avec des notes d’espoir mais aussi d’ombres dans sa vie. Chaque personne à une facette cachée de tous, jusqu’au moment où elle se dévoile au grand jour pour nous laisser un final à se tordre le cou.

Je n’ai pas pu lâcher des mains ce roman, mon mari en a fait les frais le soir pendant un certain temps! Difficile d’entamer une autre lecture directement après celle-ci. Je me sentais obligée de tout lui raconter, à quel point ce roman m’a touché car automatiquement l’empathie prend le pas sur les machinations et l’autrice sait nous amener dans son filet pour ne pas en sortir indemne. 

On se sent piégé jusqu’au chapitre suivant qui nous éclaire de nouveau sur la personnalité d’Amber à des époques différentes. Mais le trouble persiste inévitablement jusqu’au déroulement final.

Maintenant, à vous de répondre à cette question : Qui est véritablement Amber Reynolds?

 

Citation :

 " Les gens ont tord de penser que le bien est le contraire du mal. Il ne s’y que son image inverse dans un miroir brisé . "

 "C’est une impression étrange de voir sa propre histoire à travers le regard d’une autre. Votre version de la vérité est un peu déformée car elle ne vous appartient plus. "

Plus d'infos : Hauteville

Lui & moi d’Alice Feeney

Editions Hauteville

Il y a toujours deux versions d’une même histoire…

Anna Andrews s’était juré de ne plus jamais remettre les pieds à Blackdown, ce village où elle a grandi et vécu un cauchemar qu’elle n’est pas près d’oublier. Pourtant, c’est précisément à Blackdown qu’on retrouve une femme sauvagement assassinée. Anna, correspondante pour la BBC, n’a d’autre choix que se rendre sur place pour couvrir l’affaire.

Elle est sous le choc en découvrant l’identité de la victime : il s’agit d’une de ses amies d’adolescence. L’inspecteur en charge de l’affaire, Jack Harper, connaît bien la victime, lui aussi, il est même le dernier à l’avoir vue en vie. Jack et Anna vont passer quelques nuits blanches à Blackdown. D’autant plus que le tueur ne s’arrête pas en si bon chemin : les meurtres se multiplient et Anna pourrait bien être la prochaine sur la liste…

 

Avis de Christy :

Dès que j’ai lu le résumé proposé par l’éditeur pour “Lui & moi”, j’ai été intriguée par cette histoire, promesse d’un suspense qui allait me captiver pendant ma lecture. Et je ne me suis pas trompée!

Dans les premières pages, nous faisons connaissance d'Anna Andrews. Depuis deux ans, elle est la présentatrice du journal télé à la BBC, après avoir été reporter. Elle occupe ce poste dont elle rêvait depuis longtemps. Mais aujourd’hui, Anna doit céder son fauteuil à la véritable titulaire du poste: Cat Jones qui était partie en congé maternité.

Anna voit son rêve basculer jusqu’au cauchemar. On lui assigne un nouveau rôle, celui de reporter sur le terrain, comme quelques années auparavant. Une nouvelle affaire tombe: on vient de découvrir un corps dans la petite ville de Blackdown.

Blackdown dont Anna avait juré de ne plus jamais remettre les pieds suite à de nombreux souvenirs douloureux dans son enfance. Mais elle n’a pas le choix.

Jack Harper est l’enquêteur principal de Blackdown. Assisté par Priya Patel, une jeune femme très impliquée dans son travail, il va mettre tout en oeuvre pour savoir ce qui est le meurtrier de Rachel Hopkins, cette femme retrouvée dans les bois. Cette femme que Jack fréquentait depuis quelque temps sans que personne ne soit au courant…

Anna veut à tout prix être journaliste pour le journal télé. Elle a travaillé dur pour cela, mettant de côté sa famille. Le drame qui lui est arrivé il y a quelques années l’a complètement bouleversée. À un tel point qu’Anna trouve désormais refuge dans l’alcool. Pour oublier ce qu’il s’est passé, ne plus y penser.

Revenir à Blackdown, une ville où elle a vécu, va la replonger dans son passé. Elle va devoir faire face à ses souvenirs et à ses démons.

Jack a aussi vécu un drame, dont il se sent toujours coupable. Il aurait préféré tourner la page sur ce qu’il a vécu mais l’enquête sur la mort de Rachel Hopkins va le ramener dans son passé. Il devra aussi se poser des questions sur ce qu’il savait vraiment sur cette femme.

Jack et Anna devront apprendre à faire front commun pour traverser cette épreuve.

Je ne vais pas vous en dire plus sur l’intrigue de “Lui & moi”, pour que vous puissiez, à votre tour, découvrir ce texte qui m’a tenu en haleine pendant toute ma lecture.

J’ai adoré la plume fluide de l’auteure, Alice Feeney que je découvrais ici. Elle est parvenue à maintenir mon intérêt d’un bout à l’autre de son roman.

J’ai émis des hypothèses, recherché des indices quant à l’identité du meurtrier, été sous le choc quant aux révélations… Une lecture qui n’a pas été sans émotions fortes.

Bref, j’ai mené ma propre enquête mais Alice Feeney est arrivée à me surprendre plus d’une fois.

Les rebondissements sont nombreux et rythment le récit. Il m’a été impossible de ne pas avoir envie de lire un chapitre après l’autre tant la tension était palpable, les indices nous parvenant au compte-goutte.

Car chaque chapitre nous donne le point de vue soit d’Anna, soit de Jack mais aussi de “Lui”, le meurtrier qui nous donne quelques explications quant à ses choix et ses motivations.

On ne s’ennuie pas une seule seconde. L’intrigue est vraiment bien menée avec un suspense qui nous empêche de poser notre livre. Les suspects sont nombreux, on doute de tout le monde, nous nous posons de nombreuses questions. C’est un thriller que j’ai adoré!

La force de ce récit réside également dans les personnages principaux que nous apprenons à connaître au fil des pages.

Ils ont leurs forces mais aussi leurs faiblesses, ce qui les rend tellement humains mais aussi attachants.

En bref, j’ai passé un excellent moment en compagnie de Lui & moi”, portée par la plume totalement addictive de l’auteure qui a su me manipuler d’un bout à l’autre.

Un excellent thriller que je vous conseille !

Plus d'infos : Hauteville

Education Meutrière de Naomi Novik

Editions Pygmalion

Bienvenue à la Scholomance, une école pour les surdoués de la magie où l'échec signifie la mort... au sens propre. Dans cet établissement, il n'y a pas de professeurs, pas de vacances et pas d'amitiés, sauf celles qui sont stratégiques. El Higgins est particulièrement bien préparée pour sa première année. Elle n'a peut-être pas d'alliés, mais elle possède un pouvoir assez puissant pour raser des montagnes. Elle semble donc de taille à affronter cette scolarité hors normes. Le problème ? Sa magie pourrait aussi tuer tous les autres élèves.

 

 

 

Avis de Poison :

J’aime beaucoup cette autrice qui réussit toujours à m’immerger dans ses histoires. A la fois originales, poétiques, je suis régulièrement embarquée dans les intrigues. L’autrice choisi de plus des personnages principaux relativement atypique, avec un caractère fort, et parfois éloigné de ce qu’on pourrait attendre d’une héroïne.

Cette histoire ne fait pas exception à la règle.

Nous sommes dans un monde où la magie, et les monstres, existe. Les magiciens tendent à rester entre eux, dans des enclaves, même si parfois la magie apparait chez les « normaux ». Cette magie repose pour beaucoup sur la croyance et la perception : si vous pensez que vous pouvez le faire, vous y arriverez surement. Si vous prenez le monstre sous vos yeux, pour un gros rat, idem.

Pour éduquer les jeunes à cette magie, à ce potentiel, une école a été créée : la Scholomance. Cette école est « en dehors du monde ». On ne peut y rentrer que le jour de la rentrée des premières années, et en sortir après le diplôme des terminales. Entre temps, pas de sorties, pas de contact avec l’extérieur. Les élèves sont livrés à eux-mêmes, sans adultes. C’est l’école et sa magie qui gère tout. Et quand le fait de ne pas travailler sérieusement risque de vous coûter la vie, aucun souci de discipline. Ici, même manger à la cantine peut être dangereux !

El, notre héroïne, est un peu à part. Sans ami, sans soutien, elle avance seule dans cette école. Depuis qu’elle est née, elle est mise à l’écart. Instinctivement les gens l’évitent, et les magiciens veulent la tuer ! Elle aurait le potentiel pour détruire le monde ou asservir l’humanité ! Ce que l’école lui rappelle souvent dans ses devoirs…

Mais malgré cela, sa mère a toujours cru en elle et l’a élevée dans l’espoir qu’elle trouve sa place un jour. Ce qui poussera la jeune fille à parfois prendre des décisions absurdes pour aider ses camarades. Mais elle reste agressive, peu engageante. Elle refuse de s’abaisser à ramper auprès des élèves les plus avantagés et tend à repousser les autres. Mais on comprend peu à peu pourquoi elle est comme cela. Et au final, même si elle n’a pas le CV d’une héroïne épique qui séduit les foules, je l’ai adoré. Son côté honnête, son pragmatisme, cela m’a plu.

L’histoire en soi n’est pas fouillée : il s’agit surtout de la fin d’année à l’école, mais ici on est vraiment sur un roman d’ambiance et de personnages. L’autrice a vraiment pris le temps de construire les lieux et l’école est un personnage à part entière en vérité ! Les personnages secondaires manquent peut-être un peu d’approfondissement, mais El et l’école ne leur laissent pas vraiment la place de se développer. Cela se ferait peut-être par la suite, mais ce qui est amorcé ici est déjà pas mal.

On est propulsé dans ce monde, sans réelles informations, mais la narratrice nous guide. Cela peut perturber le lecteur au début, mais j’ai eu la sensation qu’on comprenait rapidement comment tout cela fonctionnait. Si je n’ai pas eu trop la sensation de répétitions, excepté pour les plans de l’école qui sont accrochés un peu partout, on a compris merci, l’autrice prend le temps parfois de réexpliquer les différents concepts ou règles qui régissent ce micro-univers.

Le personnage principal, aussi antipathique qu’elle puisse sembler, m’a vraiment convaincue et mène bien l’histoire. C’est « brut » mais honnête, et on comprend bien. Je me demande où l’autrice veut nous emmener avec elle.

Je sais qu’à sa sortie VO, ce livre avait déclenché une polémique de « racisme ». Je dois avouer que je ne l’ai pas « vu » à ma lecture. Faits un peu gommés à la traduction ? Ou alors je suis aveugle et si quelqu’un a été heurté par sa lecture, j’aimerai bien qu’on me dise ce qui est gênant.

Au final, je dirai que j’ai adoré ma lecture, mais que ce ne sera pas un livre pour tout le monde : il n’y a pas de grande intrigue, l’héroïne est un peu « rugueuse » et on a beaucoup d’informations qui sont distillées tout au long de l’histoire. Pourtant, moi j’ai aimé et je lirai la suite avec plaisir.

Plus d'infos : Pygmalion

Lire un extrait : ICI

Syndiquer le contenu