Aller au contenu principal

Lectures

warning: Creating default object from empty value in /home/anitabla/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 33.

Une femme sous la menace de Nora Roberts

Editions J'ai Lu

À 16 ans, Elizabeth Fitch est une jeune fille modèle à l'avenir tout tracé : élève surdouée, elle s'est toujours pliée aux ordres de sa mère, une femme froide et autoritaire. Jusqu'au jour où elle décide de se rebeller. Avec son amie Julie, elle s'offre une soirée dans la discothèque la plus branchée de la ville, propriété du puissant clan Volkov. La folle nuit finit tragiquement quand Liz assiste à un règlement de comptes entre membres de la mafia russe. Devenue un témoin gênant, elle est obligée de disparaître.

Douze ans plus tard, Abigail Lowery s'est installée à la périphérie d'une petite ville au fin fond de l'Arkansas. Elle vit en recluse, travaillant en free-lance, et piratant régulièrement le réseau Volkov qui a échappé à la justice et continue de la traquer. Mais cet équilibre précaire se trouve menacé quand Brooks, un séduisant trentenaire, chef de la police locale, décide d'en savoir plus sur cette jolie femme si discrète...

 

Avis d'Edelweiss : Grande admiratrice de Nora Roberts, je me suis lancée dans ce roman à la fois policier et sentimental.

Elizabeth est une enfant surdouée de 16 ans, étudiante en fac de médecine. Elle est en réalité la « marionnette » de sa mère. La pauvre petite n’a pas la vie facile, elle suit à la lettre avec obéissance les recommandations de sa mère pour ne pas la décevoir. On apprend que sa mère lui force la main à devenir comme elle, médecin. Les choix vestimentaires, alimentaires et fréquentations lui sont triés sur le volet.

Lors d’une dispute avec sa mère, Elizabeth décide de prendre son courage à deux mains pour devenir « Liz » le temps d’une semaine, une adolescente de 16 ans dévergondée faisant enfin ce qui lui plaît.

Lors d’une sortie en boite qui tourne au drame, elle assiste impuissante au meurtre de son amie Julie par des membres de la mafia russe. Etant devenue un témoin sous protection et traquée par les hommes de mains de Volkov, pour sa survie, Liz est obligée de disparaître…

Beaucoup de choses s’enchainent par la suite, on fait un bond de 12 ans dans l’avenir. Liz se fait appeler Abigail Lowery, informaticienne, discrète et réservée dans une nouvelle ville d’Arkansas, elle devient la nouvelle énigme du chef de la police, Brooks Gleason.

Bon, forcement, la nouvelle venue est jolie et séduisante et celui dont elle porte un intérêt l’est aussi.

Le couple se forme on s’en doute très facilement. Leur différence et l’alchimie font de paire.

Brooks, un homme au grand cœur et généreux, dont le devoir est de protéger son prochain et Abigail, timide et rigide qui ne connaît rien aux sentiments et au comportement humain.

L’enquête se poursuit posément en tournant les pages, on découvre le parcours établi par la jeune fugitive et se qu’elle manigance en cachette.

Le suspens est présent, l’action est bien menée et détaillée mais souvent prévisible et sans véritable danger. Pour autant on s’attache à l’histoire, à son côté réaliste. L’intrigue et bien cousue du début à la fin et on veut découvrir le fin mot rapidement.

C’est un livre divertissant qui se lit d’une traite, comme à son habitude je ne suis pas déçue par sa plume !

 

 

Cinq pas sur terre de Vanessa Terral

Editions du Petit Caveau

Jabirah se réveille dans une cave, malade et incapable de faire un geste. Une femme ne tarde pas à la rejoindre. Elle dit s’appeler Muriel et être une engeôleuse d’esprits, une sorte de médium dont le but est de protéger l’harmonie entre les ombres et les humains.

Cette illuminée propose à sa prisonnière un marché qui ressemble plutôt à un chantage : la servir, en échange de quoi elle lui rendra son suaire.

Paraît-il que Jabirah est une mâchonneuse de linceul, un vampire nouveau-né dont le corps va pourrir si elle n’ingère pas régulièrement des bouts de son drap mortuaire, et cela jusqu’au dernier fil. Quant à ce que Muriel demande en retour… Bah, il s’agit de trois fois rien !
Simplement tuer un engeôleur fou qui veut réveiller le passé de la Ville rose.

 

Avis d'Edelweiss : Vanessa Terral, revisite ici le mythe du vampire et lui donne une nouvelle dimension. Je dirais « ça passe ou ça casse » de mon côté malheureusement « ça casse ! ».

Elle réétudie un mythe ce qui lui vaut beaucoup d’audace. Cela semblait prometteur, avoir un geôlier pour guide dans sa transformation afin d’ingérer petit à petit son linceul pour ne pas voir son corps pourrir et se désintégrer. Le sang n’étant pas le premier repas absolu du vampire pour sa transformation et survie. Le vampire serait en fait capable de voir les esprits qui l’entourent.

Dès le début on entre en scène obscur, angoissante pour Jabirah, jeune maghrébine, découvrant qu’elle est enfermée dans une cave entrain d’étouffer. Elle va découvrir qu’elle est morte et son geôlier, une dénommée Muriel va l’initier dans sa mutation vampirique.

Malheureusement, tout se relâche au fil de la lecture malgré des détails appréciables sur l’accident de voiture qui l’a conduite à ce destin, sur la façon d’éduquer le vampire qu’elle est devenue et sa mission à accomplir durant son stage de goule (c'est-à-dire qu’elle n’est ni humaine ni entièrement vampire). Je n’ai pas du tout accroché dès les premières lignes pour la simple raison qui est visuelle, en effet, rien que la police d’écriture m’a posé problème alors quand je me suis mise à le lire ça n’a pas arrangé les choses. Le langage employé par l’auteure trop familier à mon goût (entre les « poufiasse », « merde », « j’vais te buter », « wesh » ou « je lui fais un bras d’honneur ») j’ai été littéralement déçue pour ce roman français fantastique.

 

Pour ma part, je ne lirais pas la suite car il s’agit là que d’un premier tome.

Les Cavaliers de l'Apocalypse - tome 2 "Famine" de Larissa Ione

Editions Bragelonne 

La fin des temps approche. Les cavaliers de l'Apocalypse devront choisir de préserver leur humanité et combattre aux côtés du Bien ou au contraire embrasser leur destinée et déchaîner l'enfer sur Terre. L'amour est une émotion défendue à l'immortelle Limos. Promise à Satan, celle qui deviendra Famine si elle se range aux côtés du mal, est terrifiée par la réaction de ses frères s'ils apprennent la trahison qu'elle a commise des siècles auparavant. La cavalière se retrouve seule face à ses démons lorsque l'enfer engloutit Arik Wagner. En effet, ce militaire humain a eu le culot de l'embrasser... et d'éveiller son désir. Une tentation qui risque de déclencher l'Apocalypse si Limos décide d'y céder.

Avis de Poison

Pour commencer je voudrai parler du livre en lui-même. Le premier opus, Guerre, avait une couverture française métallisée dorée et je reconnais que j'attendais de voir comment l'éditeur allait garder cette trame visuelle.

Or, déception, là pas de métallisée, par ce particularité. Du coup la couverture parait terne à côté de ce que l'on attendait. Je sais que question budget, c'était un coup non négligeable, néanmoins on aurait aimé plus de continuité dans le choix.

 

Du côté de l'intrigue, l'auteur va traiter l'histoire de Limos, la Cavalière qui a été élevée par sa mère et promise au Seigneur des Enfers. Limos qui peut devenir Famine si son sceau se brise. Pour empêcher cela, elle doit rester pure pour son mari et ne pas éprouver de désir - car si l'objet de son désir crie son nom sous la torture, elle sera ramener derechef aux enfers.

Mais Limos est pleine de secrets, des secrets honteux, des secrets dangereux, mais surtout des secrets qui peuvent changer le monde.

 

Si je trouvais la cavalière amusante, je ressors un peu frustrée de cette histoire. En effet, j'aurai aimé en savoir plus plus sur l'histoire de Famine et sur ses années passées parmi les démons. Quitte à avoir un ensemble plus long, un roman plus dense, je pense vraiment que ces souvenirs auraient pu apporter un plus et démarquer le roman de tous les autres (de la saga ou simplement du même genre).

 

En revanche, j'ai préféré le personnage d'Arik à celui de Cara. Arik est un soldat et par définition un combattant. Il survit à l'inimaginable et est extrêmement droit et fier. C'est un personnage intéressant que l'on voyait graviter dans les intrigues de l'auteur sans réellement en savoir plus. 

Il peut ici se dévoiler un peu plus, même si comme pour Limos cela reste un peu superficiel et la curieuse que je suis aurait aimé en avoir encore plus.

 

Du côté du fil rouge de la saga, Apocalypse or not, je suis de plus en plus intriguée par des deux derniers cavaliers. On sent que l'auteur prépare quelque chose et on ne peut qu'être impatient de découvrir de quoi il retourne. 

Les égarement de Peste et le comportement de Mort son intriguant.

 

 

Une dernière chose, cette jeune femme a intérêt à regagner la demeure de Mort sous peine d'une paire de claques !

 

Requiem pour Sascha - tome 1 "Lacrimosa" d’Alice Scarling

Editions Milady

Orpheline, nonne, allumeuse, musicienne, tueuse de vampires...

 

Mes amis m’appellent Sascha, mes ennemis ne me connaissent pas.

Cela dit, je ne sais pas vraiment non plus qui ou ce que je suis. Ça ne m’a jamais empêchée de profiter de la seule chose positive que cette vie a bien voulu me donner : mon pouvoir, posséder le corps de n’importe qui d’un simple contact. Ce don étrange me permettait d’éliminer les suceurs de sang, ceux qui ont brisé mon existence.

Jusqu’au jour où j’ai rencontré Raphaël. Énigmatique, létal, irrésistible, totalement immunisé contre mon pouvoir… et en mesure de me fournir la vengeance qui m’échappe depuis tant d’années.

 

 

Avis d’Arcantane :

Requiem pour Sascha était une série que j’attendais depuis son annonce, il y a quelques mois. J’avais vraiment hâte de la lire et étais très curieuse de découvrir ce qu’Alice Scarling allait bien pouvoir nous concocter. Tout d’abord, l’idée de base me plaisait : une héroïne qui a un pouvoir mais totalement différent de ce qu’on peut lire dans les séries de bit-lit et cie. Déjà un bon point pour l’auteure car ce n’est jamais facile de créer une histoire dans ce genre. J’ai toujours peur lorsque je commence une nouvelle série de me dire : c’est du déjà vu !  A force de lire sur le même thème, j’ai l’impression de découvrir les mêmes histoires. Il n’y a plus d’originalité et c’est toujours le risque lorsqu’on commence une nouvelle série de bit-lit !

Rester à voir ce que cela allait donner avec Requiem pour Sascha.

Et après lecture de ce 1er tome, je suis sous le charme !

Mais commençons déjà par le début. Sascha est une jeune fille comme toutes les autres, elle a des amis, une relation un peu tumultueuse avec son petit ami et chante dans un groupe de métal. Bref, une fille banale à l’exception qu’elle possède un pouvoir : celui de posséder les gens par un simple contact. Son pouvoir elle s’en sert principalement pour vivre (payer ses factures) et tuer les vampires !

Chanteuse et tueuse de suceurs de sang voilà son quotidien !

Jusqu’au jour où tout va basculer lorsqu’elle rencontre le ténébreux Raphaël qu’elle prend pour un vampire. Son premier réflexe est de prendre possession de son corps dans l’intention de le tuer mais grosse erreur de s’attaquer à lui et Sascha va l’appendre à ses dépends. Dès lors, cette rencontre avec ce beau guerrier va bouleverser ses tranquilles petites habitudes…

Attention Sascha n’est pas ce qu’on pourrait considérer comme une héroïne forte telle qu’on pourrait retrouver dans les séries comme Anita Blake ou Cat&Bones. Bien au contraire, Sascha n’est pas super puissante physiquement (et elle le sait) mais a assez  d’intelligence pour pouvoir s’en sortir face à ses ennemis.  Et c’est ce qui fait en partie son charme car le lecteur peut s’identifier à cette héroine. J’ai tout de suite aimé Sascha de par son tempérament et son humour même si par moment elle peut paraître énervante en s’apitoyant sur elle-même (elle a la larme facile), elle reste une battante malgré toute la merde qui lui tombe dessus. Sa vie s’écroule sans qu’elle puisse faire réellement quelque chose et elle continue malgré tout à essayer d’aller de l’avant.

Ce qu’on peut apprécier c’est que dès le début, elle a ses faiblesses : une solitude qui la pèse avec un lourd secret. Elle ne se sent pas réellement intégrée même si elle essaye de tout faire pour vivre normalement et cela la ronge.

Certains lecteurs vous diront que le début de ce 1er tome est chiant, cela peut être vrai par moment. On suit pour une bonne partie, la vie de Sascha en tant que chanteuse, sa relation avec son groupe et ses seuls amis. On découvre petit à petit sa vie. C’est un peu long au début et on se demande bien quand cela va enfin bouger. La 1ère partie m’a donné une impression de tourner en rond comme si l’héroïne se cherchait et n’arrivait pas à se décider, d’ailleurs on le ressent dans sa relation avec Nicolas, son colocataire.

Mais passé cette partie (au moins 150 pages), vous allez changer d’avis avec la suite, tout s’enchaine avec de sacrés rebondissements. Une multitude de questions viennent s’ajouter au fil de la lecture : Qui est réellement Raphaël ? Pourquoi Lazarus cherche-t-il Sascha ? Va-t-elle découvrir ses origines ? Que va nous réserver Sascha ? …

A force de plonger dans les ténèbres à la poursuite des méchants vampires, l’auteure nous plonge dans un nouvel univers auquel je ne m’y attendais pas. Après avoir découvert ce qu’est Raphaël, je commençais à avoir des doutes sur la véritable nature de Sascha mais je dois dire qu’Alice a su bien amener cette partie et nous bluffe !

La fin finit aussi en beauté qu’on ne peut que maudire l’auteure de nous faire attendre comme cela ! C’est inhumain ! (J’entends déjà le rire d’Alice en nous disant : Ah ah, je vous ai bien eu, vous ne l’avez pas vu venir celle là !). On enrage un peu et il faudra prendre son mal en patience pour découvrir ce qui va arriver à notre chère Sascha. La suite ne sortira que le 20 août prochain, allez encore quelques mois à tenir !

En résumé, Lacrimosa est une très bonne surprise (certes un peu longue à démarrer) mais devient une petite bombe explosive qui n’attend que d’être lu ! Encore une série de Bit-lit qui risque de faire des étincelles !

Les autres héroïnes n’ont qu’à bien se tenir : Sascha est en place d’être la digne héritière de Maeve Regan !

 

PS : Une petite mention à Milady pour la mise en forme de cette série. J’ai adoré le style des chapitres qui rappelle la police utilisée pour le titre de ce 1er tome.

 

N’oubliez pas que vous pouvez tenter de gagner un des exemplaires mis en jeu sur le site d’ABFA ainsi que le MP dédicacé : Lien

 

La Prophétie des Anges - tome 1 "Attraction Céleste" de Virginie Goevlinger

Editions Valentina

Abigaëlle O’Donnel est une adolescente possédant un don particulier : elle peut voir le passé, le présent et le futur des personnes qui l’entourent, mais elle peut également capter leurs sentiments…

Mais ce don ne s’arrête pas là. Bien plus important et dangereux encore, elle découvrira que sa vie n’a rien de monotone, lors de sa rencontre avec un garçon au visage d’ange qui va bouleverser sa vie à jamais…

 

 

 

 

 

Avis d'Edelweiss : La prophétie des anges : Attraction céleste T1 est un roman fantastique jeunesse.

Il retrace l’histoire d’Abigaëlle « Abi » 17 ans en dernière année de lycée qui vit dans la petite ville d’Edmonton avec ses parents adoptifs. Elle rencontre cette année deux nouveaux élèves Gabriel et Dimitrius qui ne lui restent pas indifférents. Pour cause, Abi à un don depuis toute petite qu’elle développe en cachette de ses 3 amis d’enfance Tom, Sarah et Lily : Elle peut voir le passé, les sentiments actuels et l’avenir des personnes qui l’entourent.

Abi est une enfant intelligente mais solitaire de par son don qui l’épuise plus qu’il ne l’aide. La solitude et ses seuls amis sont ses repères habituels pour mener sa petite vie tranquille sans trop être bousculé par ses émotions et ses phénomènes étranges. Elle est considérée comme « la toquée » du lycée par le clan des « Pom-pom girls » mais pour autant on la laisse tranquille jusqu’au jour où elle tombe amoureuse du nouvel élève, Gabriel, très beau garçon ténébreux mais surtout mystérieux et énigmatique pour tous.

Le lycée est le lieu où la souffrance de chacun a fait son apparition un jour. Cette année sera malheureusement celle d’Abi, entre doute, amour, haine, vengeance et accablement on peut retrouver dans ce roman les expressions : « L’amour rend aveugle » mais encore « La vengeance est un plat qui se mange froid » ou « Craignez la colère de la colombe ».

L’histoire est touchante et attrayante également, elle plaira aux jeunes lecteurs mais le style d’écriture pourrait paraître un peu facile et répétitif par moment pour ceux dont le lycée est loin derrière eux. Malgré tout, on arrive facilement à se mettre dans la peau d’Abi et ses nouvelles émotions ressenties en présence de Gabriel.

C’est un très bon roman, l’auteure est convaincante, on évolue avec les personnes au fil des lignes, on les comprend, les envies puis les peine tant la douleur du désespoir est délicatement décrite dans l’intrigue. On est surpris par ce côté fantastique qui débarque dans l’histoire, cet univers angélique et mythologique.

Le livre est plus une romance dont l’action se produit uniquement à la fin. Elle est riche en rebondissements et révélatrice des secrets cachés depuis la naissance d’Abi et je dois avouer avoir très envie de lire la suite vu la manière dont elle clôt son chapitre.

 

Syndiquer le contenu