Aller au contenu principal

Lectures

warning: Creating default object from empty value in /home/anitabla/www/modules/taxonomy/taxonomy.pages.inc on line 33.

Le Livre perdu des Sortilèges - tome 2 "L'Ecole de la nuit" de Deborah Harkness

Editions Orbit

Résumé :

Diana Bishop, jeune historienne héritière d'une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s'aimer. Quand diana a découvert l'Ashmole 782, un manuscrit alchimique, à la bibliothèque d'Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée.

Déterminés à percer le mystère du manuscrit perdu, et tentant d'échapper à leurs ennemis, Diana et Matthew ont fui à Londres... en 1590. Un monde d'espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana.

Et à l'inquiétante École de la nuit.

Avis de Mrs Symphonia :

Très contente de me plonger directement, après le premier, dans le second tome de la trilogie de Deborah Harkness, j’ai pourtant eu du mal à me mettre dans la lecture. Je voulais tellement savoir comment Diana et Matthew allaient s’en sortir dans le passé !

Mais c’est la faute à une Diana qui recommence son « j’ai des problèmes, mais je laisse les autres gérer ma vie » et du groupe d’ « hommes » qui compose l’école de la nuit, qui me tape grandement sur le système ! C’est un peu rapide comme raccourci, mais très franchement des chapitres 1 à 7 j’ai lutté…

Puis le rythme et l’ambiance Harkness reviennent !

Diana à enfin les moyens de se rendre compte des différences entre ses études sur le passé et le vivre ; ses pouvoirs vont continuer à se développer. Mais la personne qui change le plus c’est bien Matthew. J’en dis pas plus…

Tout comme dans le premier tome, l’auteur fait de ce roman, un petit bijou. Notamment grâce à sa faculté de nous plonger dans le 16ème siècle, mais pas que ! Nous voyagerons dans plusieurs pays, nous en apprendrons un peu plus sur la théologie et beaucoup d’autres choses encore !

Bien que j’aie préféré lire le premier tome, c’est un vrai plaisir de retrouver Deborah Harkness.

Le Livre perdu des sortilèges - tome 1 "Le Livre perdu des sortilèges" de Deborah Harkness

Edition Le livre de poche

Résumé : Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782. Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont. Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au coeur de la tourmente.Deborah Harkness est professeur à l’université de Californie du Sud. Best-seller international, Le Livre perdu des sortilèges est en cours d’adaptation cinématographique. Premier roman de l’auteur, il mêle avec brio passion et sensualité, réalisme et fantastique, quête ésotérique et suspense.

Avis de Mrs Symphonia : 

Bien loin du buzz qu'a fait le livre à sa sortie, c'est sans a priori que je l'ai attaqué (pioche et piolet, vu l'épaisseur !). Je suis bien contente de pouvoir enchainer avec le second tome, double dose d'une excellente lecture ! 

Deborah Harkness, nous plonge (oui, après la montagne, la piscine !) dans un roman étonnant, construit, fournis, développé, envoutant ! Quelles recherches elle a dû faire pour maintenir un tel niveau (Mireille Calmel et elle, ont dû côtoyer les mêmes bibliothèques) ! 

Ce roman, me sert d'initiation à l'alchimie, à l'histoire, à l'œnologie, à la science, à la magie. C'est un vrai concentré de tout cela, saupoudré d'une histoire d'amour, ancrée dans une réalité qui est loin d'être manichéenne. 

J'ai eu parfois envie de mettre des baffes à Diana (arrête de faire "la fille" et agît) et un coup de pied aux fesses de Matthew (non mais sans blague, nous sommes en 2012 mec !). Mais cette impression ne dure qu'un temps, car Deborah, va la développer et la fait évoluer ! Finalement, je reprends mes baffes, mes coups et je n'ai rien dit... J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre Diana et Matthew dont les caractères sont à l'image du roman, composés, ambivalents et qui ne pourraient être entiers sans les personnages, pas si secondaires que cela, à savoir famille et amis ! 

Je pense que le mieux, c'est de le lire pour vous faire une idée, parce que c'est un roman qui "change", peut-être qu'au final l'histoire n'est pas nouvelle, mais le style de l'auteur lui l'est ! Et c'est ce qui fait toute la différence avec ce livre.

Je vous abonne, je vais au tome 2. 

Graceling - tome 2 "Rouge" de Kristin Cashore

Couverture Rouge de Kristin CashoreEditions Orbit

 
Résumé :

Rouge n’est pas belle. Elle est sublime et elle peut contrôler les esprits, des qualités qui attisent la passion comme la haine. Aussi a-t-elle choisi de vivre à l’écart du monde. Mais des seigneurs rebelles ont rassemblé des armées et s’apprêtent à marcher contre le royaume des Dells. Rouge peut le sauver…à condition d’affronter les ombres du passé et des ennemis déterminés à l’anéantir. La beauté est une arme, et Rouge va s’en servir.

 

 
L'avis de Némésis :

Ce roman est le deuxième tome de la série « Les sept royaumes » mais pas d’inquiétude si vous commencez par celui-ci car chaque tome reste indépendant des autres donc aucun souci pour comprendre l’histoire.
 Néanmoins pour ceux qui, comme moi, les lisent dans l’ordre, vous allez adorer le prologue, quelle claque ! Je n’en dis pas plus pour que vous soyez surpris vous aussi en lisant cette partie.
 
Par rapport au premier tome, nous sommes toujours dans le même univers mais de l’autre côté des montagnes donc au revoir les Gracelings et bonjour les Monstres !
Rouge, notre héroïne, en est justement une. Sa beauté est hypnotique et elle peut s’infiltrer dans les esprits de ceux qui l’entourent pouvant ainsi les contrôler mais, contrairement à son père qui a usé et abusé de ce pouvoir, Rouge vit recluse et s’est imposée des règles très strictes.
Malheureusement pour elle, une guerre est sur le point d’éclater et le roi vient lui réclamer son aide.
Rouge n’a pas d’autres choix que de sortir de sa retraite et d’affronter la méfiance voire la haine que certains lui expriment (on dit « merci papa ! »).
 
Rouge s’appelle Rouge à cause de la couleur de ses cheveux. On a eu de la chance que ces derniers ne soient pas vert caca d’oie, on a évité la catastrophe sur ce coup-là.
Bref, ce personnage est très intéressant car c’est une jeune femme qui lutte contre elle-même du fait de son père auquel elle ressemble tant et qu’elle a aimée tout en sachant les choses horribles qu’il a commises. Elle se cherche mais je vous rassure, elle ne passe pas tout le roman en thérapie.
Malgré tout, ce trait de caractère lui donne de la profondeur sans pour autant qu’elle tombe dans le cliché de la déprimée sous prozac. Rouge possède bien des facettes et c’est un véritable plaisir de les découvrir petit à petit en même temps qu’elle.
L’autre personnage qui intrigue est le frère du roi, Brigan (oui je sais, l’auteur a un talent certain pour trouver des prénoms à ses personnages).
Si, aux premiers abords, il apparaît comme la réincarnation du nain grincheux, quand on commence à gratter un peu, on se rend compte que lui aussi est plus complexe qu’il n’y paraît.
 
Je trouve que c’est cela la grande force de l’auteur : savoir écrire des personnages à plusieurs facettes (non, ne vous fixez pas sur les prénoms dont elle les affuble), même ceux qui sont secondaires (Archer, Nash…).
Kristin arrive à créer une véritable richesse narrative rien qu’avec eux.
Ajoutez à cela une bonne intrigue et vous avez un livre vraiment prenant, pour preuve je l’ai dévoré en deux jours !
 
Pour une auteur qui débute (celui-ci est son deuxième livre), elle s’en sort vraiment bien et nul doute que je vais suivre ses prochaines sorties : en principe toujours dans ce même univers riche et coloré qu’elle a créé avec beaucoup de finesse.

Graceling - tome 1 "Graceling" de Kristin Cashore

Couverture Graceling Kristin CashoreEditions Le livre de poche

 

Résumé :

Dans les sept royaumes, on les appelle les Graceling, des êtres rares, dotés de pouvoirs incroyables.

Katsa, elle, peut tuer un homme à mains nues et son oncle, le roi des Middluns, l’oblige à assassiner pour son compte.

La rencontre de la tueuse avec le prince Po, un autre Graceling, va changer le cours de son existence...

 

L'avis de Némésis :

Oui, en ce moment, je saute d’un genre à l’autre et me voilà donc dans le monde coloré de la fantasy.

 

Graceling est le tout premier toman de Kristin Cashore et pour une première, elle s’en sort vraiment bien car j’ai beaucoup aimé.

Elle a su construire un univers cohérent avec des personnages bien intégrés.

Cela paraît bête dit comme cela mais je suis d’accord avec ce que nous explique l’auteur dans sa postface. La fantasy est un genre qui permet beaucoup de libertés (allez donc essayer de caser un dragon dans un polar) mais qui nécessite aussi beaucoup de sérieux et de rigueur pour ne pas que cela parte dans tout les sens et que le lecteur ne se retrouve pas avec un monde qui n’a ni queue ni tête ou bourré d’anachronisme.

Bref, Cashore s’en tire très bien sur ce plan.

 

Dans son monde, certaines personnes, que l’on reconnaît à leurs yeux vairons, ont des talents particuliers que le commun des mortels n’a pas : endurance hors du commun, cuisinier hors pair, archer qui ne rate jamais sa cible, une voix qui fait frissonner comme celle de David Bowie (fallait que j’arrive à le placer, désolée)…Ils sont appelés les Graceling et ils sont craints.

Katsa, nièce du roi Randa, en est une et elle sait se battre et tuer comme personne. Une aubaine pour son tonton qui en fait son arme de destruction massive.

Katsa n’aime pas celle qu’elle est mais sa vie va changer grâce à sa rencontre avec un autre Graceling et une étrange histoire d’enlèvement.

 

J’aime beaucoup Katsa : elle est forte, elle est crainte, elle se débrouille seule et ne baisse jamais la tête, une vraie nana !! Oui, c’est mon côté « girl power » qui remonte…

L’autre Graceling est le prince Po (je lutte intérieurement pour ne pas faire de blagues ridicules avec son nom). Jeune homme charmant et perspicace. Il complète à merveille Katsa (love is in the air…).

Nos deux héros sont entourés de personnages secondaires à la personnalité et au caractère bien définis.

Ceux qui ont vraiment retenu mon attention sont : Bitterblue pour son courage (oui c’est son vrai nom, les parents peuvent être cruels parfois) et, les rois Leck et Randa qui, chacun à leur manière, sont odieux et incarnent parfaitement l’abus de pouvoir et la cruauté.

Un des thèmes que je retiendrai de ce livre est la rédemption car elle s’affiche sur plusieurs niveaux et n’est pas présenté de manière lourdingue.

C’est un roman tout en nuance qui évite les jugements à l’emporte pièce. La fin illustre d’ailleurs très bien ce parti pris.

 

Une jolie découverte en cette fin d’année que je tenterai d’approfondir avec les deux autres romans de l’auteur qui ne sont pas des suites mais qui se déroulent dans le même monde.

 

*oh mon dieu, j’ai réussi à ne pas faire de blagues avec Po du genre aller faire popo, je suis trop forte !*

Maeve Regan - tome 2 "Dent pour dent" de Marika Gallman

Maeve Regan 24ème de couverture : Avant, ma vie était facile. Mais ça, c’était avant.
J’ai fui tous ceux que j’aimais pour les protéger et, depuis, j’ai l’impression de tourner en rond. Pour retrouver une vie normale, il va falloir que je mette la main sur mon père et sur mon frère, ces vampires psychopathes qui cherchent à me faire la peau. Jusque-là, j’ai fait chou blanc, ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé.
Bien sûr, les pouvoirs exceptionnels que je possède devraient m’être utiles pour mener à bien ma mission. Il y a juste un tout petit problème : je ne sais toujours pas m’en servir. Heureusement, je vais trouver de l’aide là où je n’en attendais pas. Si seulement les emmerdes pouvaient se tenir à distance, cette fois…

 

 

Avis de Tan

Note : J'ai été relectrice sur ce tome et ai donc pu influencer légèrement le résultat final. A l'inverse, les multiples lectures dans le détail ont très certainement changé ma perception du fond et de la forme. L'objectivité de l'avis qui suit peut donc légitimement être questionnée même si j'ai essayé de faire comme d'habitude.

 

Rage de dent, premier livre de Marika Gallman et de la série, avait pu laisser une impression mitigée. D'un côté, l'histoire semblait un peu trop convenue dans les grandes lignes mais, de l'autre, il y avait ce style travaillé et efficace qui le faisait sortir du lot. Le gros avantage de construire une série en un nombre bien défini de tomes, c'est que ça permet à l'auteur de maîtriser son bébé de A à Z. Elle sait parfaitement où elle va et elle le confirme à nouveau avec Dent pour dent. Maintenant que les bases de son univers sont posées, les choses sérieuses peuvent commencer.

 

La fin du tome 1 laissait le lecteur dans l'expectative. Quand, où et dans quel état allait-t-il retrouver Maeve ? Force est de constater que les choses ne vont pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles pour elle. Seule, hantée, torturée par ses idées sombres, en quête d'un vampire insaisissable qui pourrait enfin la mener à son père et à son frère, elle est à la limite de perdre cette rage qui lui sert de moteur. La vie a commencé à façonner la jeune femme et à la rendre plus mature, même si la route est encore longue et que le plus dur des marteaux ne suffit pas à faire rentrer certaines choses dans son petit crâne. Ce qui n'a pas changé par contre, c'est le côté "bavarde dans sa tête" de Maeve. Ça papote dur là-dedans et parfois tellement que le monde autour d'elle semble être en pause. Heureusement qu'un des personnages fait judicieusement quelques réflexions à ce sujet, laissant supposer que l'auteur est parfaitement consciente des moments d'absence prolongée de son héroïne.

 

Le tome 2 permet d'introduire un certain nombre de nouveaux alliés et ennemis et de faire revenir des têtes connues dont les noms ne seront pas donnés pour faire semblant de ménager le suspense. Dans l'ensemble, ils apparaissent comme mieux définis et maîtrisés qu'un Lukas du tome 1 pour ne citer que lui. Preuve que l'auteur progresse aussi de son côté. Certains personnages gagneront d'emblée le premier prix de popularité, d'autres resteront suffisamment mystérieux pour soulever pas mal de questions dans l'esprit du lecteur et lancer des pistes de réflexion pour la suite. Non non, toujours pas de noms à donner. Nouveaux visages mais aussi nouveaux lieux comme ce très surprenant Paradis perdu qui vaut à lui seul le détour. Question découvertes, il y a de quoi faire et l'univers de Maeve s'enrichit agréablement avec ce tome tout en devenant progressivement bien plus sombre.

 

Du point de vue de l'écriture, l'auteur assume totalement sa geekitude et son attrait pour la pop culture ; ses références ne feront pas tilt chez tout le monde mais raviront sans aucun doute ceux partageant le même "savoir". Elle poursuit également avec succès dans la voie de la formulation imagée et pleine de fraîcheur qui sait titiller les esprits. Rien de mieux pour briller en société que de ressortir cette magnifique couleur "plus turista que marron" qui ne manquera pas de faire son effet. Difficile aussi de rester de marbre devant l'humour ambiant dont un des meilleurs exemples reste la scène des acronymes qui fait la part belle au premier degré ras des pâquerettes aux dépens de l'héroïne.

 

Là où le premier opus donnait une impression d’énervement quasi-permanent, le tome 2 offre quelques scènes plus posées qui font un bien fou autant à Maeve qu'aux lecteurs. Dent pour dent réserve également son lot de scènes d'action et de retournements de situations dont l'auteur a déjà prouvé détenir le secret. On a beau savoir qu'il y a anguille sous roche, la surprise n'est pas toujours là où on l'attend. Mais parfois si. Mais parfois pas du tout. Un conseil : méfiez-vous de Marika Gallman, elle laisse beaucoup de petits cailloux derrière elle qui montrent le chemin mais aime les dissimuler sous de grosses touffes d'herbe pour que personne ne se rende compte de rien. Si vous n'êtes pas encore convaincus, relisez donc la scène finale absolument bluffante de Dent pour dent et essayez de faire le tri dans les informations fournies. Il est fort probable qu'une relecture de l'intégrale de la série sera nécessaire pour mieux se rendre compte du travail effectué lorsque l'ultime tome sera disponible. Et une chose est d'ores et déjà sûre : la fin n'arrivera jamais assez vite.

Syndiquer le contenu