Aller au contenu principal

Phobos - Tome 1 de Victor Dixen

Collection R

Six prétendantes.

Six prétendants.

Six minutes pour se rencontrer.

L'éternité pour s'aimer.

Il veulent marquer l'Histoire avec un grand H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l'oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Elle veut trouver l'amour avec un grand A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...

Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

 

Avis de Christy :

J’avais beaucoup entendu parler de ce roman dès sa sortie, cela va bientôt faire un an, mais hélas, je n’avais pas eu le temps de me consacrer à cette lecture, malgré l’attrait et les nombreuses critiques positives que j’avais lues.

C’est maintenant chose faite et  je peux vous dire que j’ai adoré “Phobos”!

Tout commence alors que la navette Cupido, du programme spatial Genesis, est sur le point d’être lancée dans l’espace avec à son bord, 6 jeunes femmes et 6 jeunes hommes, en direction de la planète Mars.

Durant les six mois que va durer le voyage, les 12 adolescents qui vivent séparés les uns des autres (les filles séparées des garçons) vont devoir apprendre à se connaître et à s’aimer, sous l’oeil avide des caméras qui les filment vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Sur le principe du speed-dating, les candidats auront six minutes pour se rencontrer et se séduire. Ils sont les candidats du 1er speed-dating, une première dans l’histoire de l’humanité, en vue de créer la première colonie d’humains sur Mars.

Tout le long du roman, nous suivons Léonor, l’héroïne principale, depuis son entrée dans la navette spatiale. Comme les millions de spectateurs qui suivent les candidats, grâce aux caméras, nous apprenons au fil des pages à connaître cette jeune femme, qui jusqu’alors n’a pas eu une vie facile. Elle a été abandonnée toute petite et a dû apprendre à s’en sortir toute seule.

Et alors que le roman aurait pu s’arrêter là et ne suivre que Léonor et sa vie en direction de Mars, Victor Dixen, l’auteur, nous permet de suivre également les personnes sur Terre, tel que Serena, la présentatrice et la productrice de l’émission et du programme Genesis, mais également Andrew Fisher, le fils d’un employé de ce même programme.

Ces trois personnages sont donc liés (il ne peut pas en être autrement) à Genesis.

L’auteur nous dévoile aussi les personnalités de ces deux derniers personnages: Serena dont l’ambition ne semble connaître aucune restriction et Andrew qui est à la recherche de réponses, notamment sur son père.

Je n’en dirais pas plus pour ne pas dévoiler l’intrigue et vous laisser, si ce n’est déjà fait, découvrir ce roman.

J’avoue que j’ai dévoré littéralement ce roman. Ce titre se dévore comme un excellent film, on veut savoir ce qu’il se passe pour les personnages, en savoir plus sur les décisions qu’ils prennent… On fait des aller-retours entre la Terre et la navette, l’auteur sachant parfaitement mettre nos nerfs à vif et cultivant le suspense avec un très fort machiavélisme. Sans temps mort, ce roman a su parfaitement me faire retenir mon souffle pendant de nombreuses périodes.

J’ai apprécié d’apprendre à connaître les personnages au fur et à mesure des pages. On s’attache à eux, on cherche à découvrir quel est leur lien, comment ils interagissent ensemble… Tout cela est captivant.

Le seul point négatif que je pourrais trouver au roman, et qui m’a parfois gênée, est que l’on suit uniquement les filles dans la navette. Nous n’avons qu’un aperçu des garçons. Nous ne savons pas comment ils réagissent aux speed-dating, ni ce qu’ils pensent des rencontres ou même de leur vie pendant le voyage. Nous ne nous attachons donc pas particulièrement à ceux-ci car nous ne connaissons pas leur personnalité ni leurs sentiments.

Pourtant, la fin arrive trop vite à mon goût. Et c’est avec regret que l’on referme cette aventure si captivante.

En bref, j’ai tout simplement adoré cette aventure martienne qui a su me passionner du début à la fin. J’ai hâte de découvrir la suite et enfin savoir comment les choses vont évoluer pour les personnages!

L’année où je t’ai perdu de Emily Martin

Editions Hugo Roman - collection New Way

Harper est la spécialiste des grosses bourdes. On peut même dire qu'elle y excelle ! L'année passée, elle s'est faite virer de son équipe de natation, a gagné la réputation de la pire garce du lycée, puis est devenue le mouton noir officiel de sa famille. Mais sa pire erreur est sans doute d'avoir perdu son meilleur ami, Declan.

Après six mois d'absence et de silence, Declan revient dans leur ville natale pour y passer l'été. Tout chez lui semble différent : il est plus grand, plus fort, et surtout plus séduisant que jamais... Harper aussi a changé, surtout depuis qu'on a diagnostiqué un cancer à sa mère.

Declan ne veut plus avoir affaire à Harper. Pourtant, il est le seul à qui elle aurait voulu se confier. Mais alors que le destin les rapproche à nouveau, ils devront décider ce qu'ils peuvent sauver dans leur histoire...

 

Avis d'Edelweiss :

Encore une fois, je suis heureuse de découvrir un livre des éditions Hugo New Way.

« L’année où je t’ai perdu » d’Emily Martin est un livre représentatif de l’influence que l’on peut subir au lycée quelle soit émotionnelle ou physique. Il raconte l’histoire d’une jeune fille et de son premier amour ainsi que les amitiés sincères mais redoutables qu’elle s’est créée.

L’adolescence est un cap difficile à passer surtout quand on ne sait pas ce que l’on désire vraiment dans la vie.

Ce livre débute directement pendant les vacances d’été, juste avant la rentrée en terminale. Pour comprendre l’histoire, l’auteure nous informe tout au long de la lecture par des flashback sur l’année précédente qui a marquée et donnée bien des maux à la jeune Harper Sloan.

Harper a un meilleur ami, Cory, qui lui a un meilleur ami, Declan, qui à eux trois formait un clan restreint et soudé depuis 6 ans. Mais Declan est parti depuis plusieurs mois et le monde d’Harper est maintenant saccagé.

C’est une jeune fille indécise et par ces indécisions, elle se retrouve souvent mêlée aux conflits actuels du lycée. Elle est spécialiste des bourdes mais surtout influençable en fin de compte par sa meilleure amie, Sadie. Une faiblesse qui la traîne généralement dans des soirées trop arrosées et où les problèmes sont inévitables.

Harper a une sensibilité à fleur de peau mais ne le montre à personne. Elle a commis bien des erreurs qu’elle n’arrive pas elle-même à se pardonner et se réfugie finalement aux bras de garçons qu’elle n’apprécie pas particulièrement puis dans l’infâme chaleur de l’alcool.

Son besoin d’attention est évident et suite au bouleversement que sa famille doit affronter depuis peu, Harper se retrouve confronter à ses mauvais choix et étouffe.

Je suis assez mitigée par son comportement, j’ai un peu de mal à cerner ses réactions car soit finalement on ressent ce qui lui arrive par une mélancolie et un chagrin qui va la conduire jusqu’à l’auto-destruction à petite dose, soit son comportement se caractérise par la gaminerie et l’insouciance ou peut-être un peu de tout en même-temps…

Quand Declan refait son apparition pour les vacances, Harper y voit une façon de se repentir mais de revivre tous ses longs mois de souffrance discrète et de désir insatisfait avec cette question qui rode au fond d’elle : « comment réparer ce qui a été cassé ? ».

Declan est un bel homme d’une gentillesse et d’une sagesse remarquable. Il est certes encore tourmenté par ce qu’il a vécu mais son amitié comme son amour pour Harper prend le dessus. Il est présent pour elle à tout moment malgré cette séparation qui a causé bien des dégâts et des larmes à chacun et dont il cherche encore à en comprendre la raison. Leur relation est unique et singulière, hésitante et silencieuse mais tendre et affective également.

C’est un très bon livre qui parle de tourment et d’amour incompris d’une adolescente qui a commis une erreur et qui en paie cher le prix. Un été de rencontres, de représailles et de combat familial mais surtout d’absolution et d’honnêteté que nous livre Emily Martin. 

Alex Craft Tome 4 "Grave visions" de Kalayna Price

Edition Roc (en anglais)

If you want to hear voices from the dead in Nekros City, you call Alex Craft. She's a Grave Witch with reasonable rates and extraordinary powers, who specializes in revealing the secrets of the dead. But now she's the one fighting to keep her own secret. She's not human—and her newly discovered heritage is causing havoc for her both in the human realm and in Faerie. But her status as an unaffiliated fae also makes her an ideal candidate to investigate a new street drug that has surfaced in several of the spaces between the human and fae worlds.

 

This glamour-infused drug causes hallucinations that turn real—at least for a while and often with deadly consequences. Searching for the source of this drug—and its purpose—lands Alex front and center in the conflict brewing in Faerie and she must find answers before she's dragged so deep she loses her freedom.

 

Avis de Poison :

Quel bonheur de retrouver Alex !! Une héroïne d'urban fantasy comme on les aime, et une intrigue passionnante. Ce tome 4 s'est fait désirer, mais on adore ! Et j'ai encore plus hâte de lire le suivant maintenant (prévu pour 2017).

L'auteur s'attaque ici à un problème qu'elle mettait de côté jusqu'à présent : l'affiliation d'Alex. L'héroïne esquivait la question, mais l'auteur s'y attaque enfin et Alex a jusqu'à la fin du tome pour se décider. Cela fait plaisir de voir que l'auteur n'hésite pas à prendre des décisions importantes pour l'héroïne.

Côté intrigue, on s'attaque à de la drogue ici. J'ai deviné pas mal d'éléments de l'enquête en lisant l'histoire, mais elle n'en reste pas moins intéressante et plaisante à lire. Oui on peut deviner un certains nombres de points - entre autre qui est coupable - mais cela reste un tome 4 qui se dévore sans ennui.

Mon regret concerne les relations d'Alex avec John. La figure paternelle qu'il représente n'est ici que jugement, critique et réprobation. Cela me rappelle Anita Blake, et ça me déçoit un peu. Elle devrait s'ouvrir à lui pour que cette relation au moins, soit au beau fixe. Je veux dire, elle s'entend mieux avec son père biologique, un comble quand on y pense !

Enfin, tout ce que je veux que vous reteniez c'est que ce tome est super ! Alex Craft est une héroïne courageuse, avec ses faiblesses, et qu'on adore suivre au gré de ses aventures. Elle fait des erreurs, n'est pas invincibles, mais garde un grand cœur et fait preuve de beaucoup de courage.

L'intrigue est plaisante, bref un très bon tome 4. Vivement le 5 !

 

PS : pour ceux qui veulent acheter le livre, voici les dimensions :

12€ : Dimensions 129 x 198 x 21mm | 245g

7€ : Dimensions 108 x 173 x 25mm | 454g

The Scorpion Rules Tome 1 de Erin Bow

Editions Lumen
 
La première règle, pour assurer la paix ? Faites-en une affaire personnelle... Très personnelle.
Autrefois régnait la guerre, mais une intelligence artificielle nommée Talis a pris le pouvoir. Quatre cents ans plus tard, le monde est en paix. Le prix à payer ? Le sang d'enfants innocents. Si un gouvernement entre en conflit, l'héritier du trône, élevé dans l'une des nombreuses prisons-monastères de Talis, est mis à mort. Greta, princesse de la Confédération panpolaire, installée au Nord de ce qui était autrefois les États-Unis, est l'une de ces Enfants de la Paix. Si elle parvient à atteindre son dix-huitième anniversaire, elle est sauvée.
Mais lorsqu'elle rencontre Elian, otage tout juste débarqué de la toute nouvelle Alliance du Cumberland, tout change. Chargé de chaînes, le jeune homme ne cesse de défier l'intelligence artificielle qui contrôle leur vie dans ses moindres détails et son audace est sévèrement punie.
Son esprit de révolte, son complet mépris des règles contaminent peu à peu la jeune fille, qui découvre que la résistance est possible. Jusqu'au jour où le pays natal d'Elian déclare la guerre à celui de Greta et envahit le petit havre de paix où vivaient jusque-là les jeunes otages, qu'il fait, à son tour, prisonniers. La réaction de Talis promet d'être terrible... à moins que Greta ne trouve un moyen de sauver sa vie et celle d'Elian.
« Fresque dystopique à en tomber à la renverse, qui se dévore le coeur dans la gorge » (School Library Journal), pimentée « de moments d émotion qui sont autant de coups de poing pour le lecteur » (Publishers Weekly), The Scorpion Rules, salué par une critique et une blogosphère unanimes aux États-Unis, réinvente les codes de la dystopie. Ne passez pas à côté de ce grand roman !
 
Avis de Solyane :
Premier tome de la série "Les Prisonniers de la Paix" (nom apparaissant sur le site de Goodreads) est paru le 7 avril 2016, chez Lumen éditions (publié en septembre 2015 dans sa version originale). L'éditeur a préféré garder le titre original. Ce titre semble faire référence à un personnage particulier du roman et, plus exactement, aux motivations qui le déterminent. Mais, revenons-en à l'histoire proprement dite. Cette dernière est une dystopie dans un univers où la technologie est limitée au minimum et où les enfants des dirigeants deviennent des otages, plus précisément des enfant de la Paix. Ils paieront de leur vie tout début de conflit. Tel est leur destin. 
L'histoire est divisée en chapitres dont chacun porte un titre et mentionne en quelques mots, voire moins, l'essence de ce dernier. C'est le fil conducteur de l'intrigue qui va se produire dans un huis-clos, la plupart du temps,  avec l'intervention de plusieurs protagonistes extérieurs et internes au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire. Les apparences sont plus que trompeuses.
Lorsqu'on lit la quatrième de couverture, on a des éléments fragmentaires des événements. L’enchaînement est beaucoup plus complexe qu'on pourrait le penser. Des secrets vont être dévoilés. Bien que l'histoire tourne principalement autour de Greta, on va apprendre à mieux connaitre cette princesse mais aussi tous les autres personnages qui lui sont proches.
 
Lorsque je me suis lancée dans la lecture de cette histoire, j'ai été intriguée par trois choses : le titre, la couverture qui est magnifique (bien que j'aime beaucoup la nouvelle couverture américaine, qui s'harmonise avec le deuxième tome) et le synopsis.
Etant fan de dystopie, je me suis jetée sur le roman. et dès le premier chapitre, je me suis prise une claque. Je ne m'attendais pas à ce type d'événement dès le début. Je suis peut-être naïve, mais bon. De plus, j'ai eu du mal sur les deux - trois premiers chapitres à concevoir l'univers mais j'ai continué car j'étais intriguée par les différents protagonistes ainsi que la vie qu'ils vivaient. Le style de l'auteur étant très fluide, j'ai enchaîné les chapitres les uns derrière les autres sans même y penser. Je me suis même retrouvée en train de pleurer sur certains passages, voire à trembler ou bien, à être interloquée. L'univers décrit par l'auteur est peut-être plus proche de nous qu'on le pense. C'est un auteur à suivre, qui percute votre manière de penser, qui vous donne à réfléchir avec ses maximes. Enfin, je suis très contente que ce livre est une suite, ce qui n'était pas prévu à la base

Le second tome, "The Swan Riders", sera publié le 20 septembre 2016 en version originale. J'espère qu'on aura la possibilité de le lire en français mais je n'en doute pas. Que va devenir Greta ? C'est une des questions que je me pose. Vivement la suite. D'ailleurs, si vous voulez en apprendre plus sur ce monde, n'hésitez pas à visiter le site de l'auteur. Vous aurez des informations supplémentaires ainsi qu'une carte (http://www.erinbow.com/#!blog/c1ghw).

Driven – Tome 3.5 : Raced de K. Bromberg

Collection Hugo Roman

Pour Colton, le quotidien ne se conçoit qu’à fond la caisse, mais il a fallu que Rylee Thomas lui enseigne ce que piloter voulait dire. Sauvage, arrogant, blessé, orgueilleux, direct, rebelle, égocentrique, ensorcelé, courbé, imprudent. Tu penses me connaître ? Essaye-encore.

RACED n’est pas une réécriture complète de la trilogie. Ce récit complémentaire explore les scènes clef de l’histoire ainsi que de nouvelles scènes entièrement inédites, toutes écrites du point de vue de Colton. Voyez ce qu’il pense, partagez ses tourments, riez avec lui dans son aventure alors qu’il l’emporte sur ses démons et accepte ce qu’aimer implique. Ce roman court a été créé pour les lectrices les plus ferventes de la série, mieux vaut le dévorer après avoir lu Driven, Fueled et Crashed.

 

Avis d’Arcantane :

Comme l’indique le quatrième de couverture, Raced n’est pas une réécriture de la trilogie du point de vue de Colton mais plutôt des chapitres inédits de certaines scènes vues par le héros.

K. Bromberg explique que ce tome est fait à la demande des fans qui souhaitaient connaître les pensées de Colton. Elle a donc décidé de réécrire certaines scènes les plus demandées par ses lecteurs. Une chose est sûre, c’est très bien réussi.

Au début de chaque chapitre, l’auteur remet la scène dans le contexte avec quelques explications, ce qui nous permet de nous remettre dans l'ambiance de la série sans avoir à relire les trois précédents tomes.

En lisant Raced, je me suis totalement replongée dans la série. J’ai vraiment adoré chaque chapitre, même si on connaît déjà l’histoire, j’ai trouvé les passages très intéressants et certains même bouleversants. Colton est toujours aussi fougueux, intrépide et très complexe mais aussi charmeur et drôle. Il n’est pas évident de se mettre à la place d'un personnage masculin aussi charismatique, pourtant, K. Bromberg le fait avec brio. Après cette lecture, je me suis encore plus attachée à Colton. J’ai aimé en apprendre plus sur le fond de ses pensées et avec ce tome, on prend vraiment conscience de l'ampleur de ses sentiments pour Rylee.

Je dois dire que ce tome était trop court, j’aurais aimé avoir encore plus d’extraits avec Colton mais je suis contente que K. Bromberg l’ait fait pour son lectorat, cela apporte un plus à cette série.

Si vous avez aimé cette série, alors vous allez adorer ce petit tome sur Colton ! Ce tome est aussi addictif que les précédents !

A lire d'urgence !

Plus d’infos : Hugo Roman

Syndiquer le contenu