Aller au contenu principal

Shayne Davies – Tome 1 "Moi, rousse et fauchée" de Jackie May

Editions Milady

Nora Jacobs ne détient que la moitié de l'histoire…

Métamorphe renarde, Shayne Davies a bien du mal à se faire respecter dans un monde occulte dominé par des créatures bien plus puissantes et effrayantes qu’elle : loups-garous, vampires, sorciers, démons et faes. Même à la maison, on ne voit en elle que la sale gosse de la meute. Shayne n’a qu’une envie : prouver qu’elle est de taille à jouer dans la cour des grands. Aussi ne cesse-t-elle de tanner Nick Sublime afin d’obtenir un poste à l’Agence Fédérale de l’Occulte. Sublime s’y oppose catégoriquement, mais il ne faut jamais dire jamais. Lorsque de mystérieux criminels occultes volent un stock de matériaux explosifs, l’Agence hérite d’une sombre affaire dont personne ne veut. Non seulement les principaux suspects sont des démons, mais voilà que le FBI leur colle un agent dans les pattes pour chapeauter l’enquête. Et, comme si ça ne suffisait pas, un maître vampire connu pour sa récalcitrance détient ce qui pourrait bien être la clé de l’affaire : un séduisant inspecteur de police humain.

Cette histoire est un désastre garanti.

Félicitations, Shayne, te voilà engagée !

 

Avis d’Arcantane :

J’avais beaucoup apprécié la première série Nora Jacobs publiée il y a quelques mois chez Milady. J’avais découvert cette nouvelle plume (écriture à quatre mains comme pour l’auteure Illona Andrews) et j’étais curieuse de lire le spin-off de la série. L’héroïne de cette nouvelle série est une jeune femme métamorphe : Shayne Davies.

Pour information, il n’est pas nécessaire d’avoir lu la série Nora Jacobs même si on est dans le même univers. Le 1er tome de Shayne Davies se déroule durant le 1er tome de Nora Jacobs.

Contrairement à Nora Jacobs, le style d’écriture est différent et dès les premières pages, on plonge dans la tête de l’héroïne et son côté loufoque. Le récit à la première personne joue beaucoup et j’ai eu dès les premières pages, l’impression, avec son humour, de retrouver une certaine faucheuse d’une autre série (Charley Davidson). Ici le ton est donné dès le départ et l’on sait que l’humour sera la patte de l’auteure mais elle n’en’oublie pas moins l’intrigue qui reste bien ficelée.

Shayne est une renarde qui vit la plupart dans sa voiture. Sa spécialité est comme les renards : fouiner.

Elle n’hésite pas à harceler l’agent Nick Sublime pour travailler pour l’agence des surnaturels en tant qu’enquêtrice. Son vœu va être exaucé suite au meurtre d’un démon qu’elle fréquentait pour sa propre enquête et la voilà plongée dans une enquête officielle avec l’aide d’une agente du FBI et d’un simple inspecteur de police. Cette investigation va l’amener droit vers le terrain des démons et il n’est pas bon de s’y frotter de trop près !

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé ce premier tome. On sent que malgré son tempérament complètement barré, Shayne est une personne qui veut faire ses preuves et montrer qu’elle n’est pas simplement qu’une simple renarde ! Et quoi de mieux que d’intégrer la fameuse Agence Fédérale de l’Occulte ! Chose difficile car personne ne la pense à la hauteur de la tâche (surtout à cause de son côté emmerdeur) mais cette première enquête est peut-être l’occasion de prouver sa valeur ! Les choses se mettent petit à petit en place au fil des pages.

Trois personnages sont mis en avant dans cette histoire :

-Shayne Davies, l’héroïne de la série. J’adore son tempérament et malgré ses airs de folle furieuse, Shayne est une personne avec un bon fond qui veut aider et prouver sa valeur. Son côté excentrique m’a bien fait rire mais la jeune métamorphe peut être sérieuse et lorsqu’elle est en plein cœur de l’action, Shayne est courageuse et nous montre sa force en ne renonçant pas face à la menace.

Le personnage de l’agent du FBI, Hillerman, m’a intrigué dès le départ car elle connaît très bien les surnat’ et son passé laisse présager qu’elle les a affrontés et ce sentiment de curiosité s’est accentué au fil de la lecture quand elle se dévoile certains détails sur elle. Et tout comme l’héroïne, j’ai été frustrée par son comportement à la fin et nous dévoile son véritable mobile.

Le troisième et dernier personnage est le jeune inspecteur humain. Contrairement à l’agent Hillerman, Brenner est 100% humain et n’a jamais été confronté aux surnaturels sauf à la mort de sa jeune sœur. Il n’arrive pas à oublier ce tragique drame. C’est un personnage marqué à jamais et qui ne sait plus comment se situer dans sa vie. Sa rencontre avec Shayne va lui permettre de comprendre les surnaturels ne sont pas tous des monstres. Il va peu à peu reprendre confiance en lui grâce à notre héroïne et lui fait une confiance aveugle. C’est un personnage que l’on retrouve par la suite. Le binôme Shayne/Brenner fonctionne assez bien quoiqu’on ait envie de lui foutre des claques par son côté paumé.

Quant à l’intrigue, je l’ai trouvé structurée et aboutie, les pièces du puzzle s’emboitent parfaitement au fil des pages. Mon seul reproche serait que par moments cela me paraissait long. Beaucoup d’actions vers la seconde partie du livre où l’on avance bien dans la résolution de l’enquête. J’ai aimé que l’auteure développe la partie démon, chose qu’on ne voit pas dans la précédente série.

Tout comme les Nora Jacobs j’attends de lui la suite pour me faire une opinion globale de la série. En tout cas ce premier tome est assez prometteur. J’ai passé un bon moment avec ce premier tome.

A suivre donc…

Plus d’infos : Milady

The Wish Serie - Tome 1 "Evie d'Audrey Carlan

Editions Hugo Roman

Faire des voeux est une perte de temps, une chose à laquelle je me suis pliée quand j'étais enfant mais que j'ai abandonnée depuis.

On ne peut pas rêver de quelque chose et, pouf, ça apparaît comme par magie. Si vous voulez quelque chose dans la vie, vous devez travailler dur et vous sacrifier pour cela. Ma mère était le genre de femme qui volait d'une aventure à l'autre, laissant le destin décider de son prochain geste. Ma soeur est exactement la même.

Moi, pas du tout. J'ai travaillé jusqu'à l'os pour devenir un gestionnaire financier prospère, me faire un nom et mener une belle vie indépendante.

Même si chaque lettre de ma mère me dit de prendre des risques, de laisser le vent me porter vers les désirs de mon coeur, je fais exactement le contraire. L'envie d'errer et de faire des voeux

est ce qui a tué ma mère et m'a laissée sans ma soeur pendant une décennie. Il n'y aurait pas de voeux pour moi. La dernière fois que j'ai fait un voeu, j'avais huit ans. Ce rêve ne s'est pas réalisé...
 
 
Avis de Christy :

J’avais beaucoup aimé le tome 1 de la nouvelle série d’Audrey Carlan, qui s’intitule “Wish” et qui était consacré à Suda Kaye Ross.

Ici nous faisons plus ample connaissance avec Evie, la sœur aînée de Kaye.

L’intrigue de ce tome se déroule quelques mois après le retour de Kaye dans sa famille. Celle-ci est désormais mariée à Camden. Ils forment un couple très heureux et soudé.

Il vous faut donc lire les livres dans leur ordre de parution afin de ne rien manquer.

Nous avions découvert que leur mère décédée il y a plus de 10 ans leur avait laissé à chacune une lettre différente à lire tous les ans à leur date anniversaire.

C’est à cause de la première lettre que Kaye a tout quitté pendant 10 ans, pour faire ses propres expériences, pendant qu’Evie était restée à l’attendre.

Une absence qui a été lourde de conséquences pour Evie qui s’est sentie abandonnée par sa sœur dont elle était très proche. La jeune femme a été très fragilée, d’autant plus qu’elle l’était déjà à cause de l’absence, pendant toute son enfance, de sa mère, partie, elle aussi voyager à travers le monde.

Nous découvrons ici la personnalité et les pensées d’Evie. Elle s’est toujours sentie très seule, rejetée par sa famille. Ce sentiment d’abandon n'a fait que croître au fil des ans.

Evie est tout le contraire de sa sœur. Elle est introvertie, plus craintive et ayant peur de souffrir d’une nouvelle perte. Elle ne veut pas s’attacher à un homme ou à qui que ce soit, de peur qu’il ne finisse par la quitter. Elle n’ose pas montrer ce qu’elle ressent. Evie s’est ainsi très investie dans son travail, dans son entreprise qu’elle a bâtie toute seule. Elle s’est fait un nom et une réputation dans le milieu financier, ce qui l’amène à être très indépendante et surtout à ne pas faire face à ses sentiments qu’elle a mis de côté.

J’avais beaucoup aimé le personnage de Kaye dans le tome 1 et je dois dire que je me suis sentie moins proche d’Evie pendant ma lecture. Son histoire et ses pensées m’ont touchée mais j’aurais aimé qu’Evie se montre plus courageuse dans son quotidien, face aux peurs qui l'assaillent continuellement pour la moindre chose ayant attrait aux autres.

Toutefois, Evie va évoluer au fil des pages, ce que je trouve très intéressant à suivre. Elle va grandir sous nos yeux.

Evie est très différente de sa sœur, Kaye, tant par le caractère mais aussi physiquement. Elle est blonde aux yeux bleus, ce qui lui a valu quelques embêtements de la part des autres enfants de la réserve.

Evie est très proche de la culture amérindienne, et notamment de son grand-père, qui les a élevées, elle et sa sœur.

La jeune femme doit encore faire face aux préjugés de certains membres de la tribu qui continuent à ne voir qu’une étrangère, une blanche.

Evie est amoureuse depuis son enfance de Milo, un homme très grand, beau et sexy, qui ne l’a laisse pas indifférente mais elle n'a jamais réussi à lui avouer ses sentiments, de peur de souffrir. Elle pense qu’il va finir par la quitter, comme tous ceux qu’elle aime, sa mère et sa sœur notamment.

La relation qui va se nouer entre notre héroïne et Milo est assez rapide. Ce qui m'a beaucoup surprise, je dois dire. Je pensais que les choses allaient évoluer plus doucement entre eux, qu'ils allaient apprendre à se connaître.

Milo ne veut pas perdre de temps. Il lui déclare ses sentiments très vite car il veut qu’elle sache ce qu’il ressent. Mais il va devoir se montrer compréhensif, patient et à l’écoute des peurs de la jeune femme. Elle devra d’abord surmonter ses angoisses avant de s’engager dans une relation sérieuse.

Les moments qu’ils vont passer ensemble vont faire monter la température. Leur relation est puissante et très passionnée.

Comme dans le tome précédent, nous n’avons que le point de vue d’Evie, nous permettant de nous attacher à elle. Nous sommes à ses côtés dans chaque événement du quotidien, ce qui nous permet de comprendre ce qu’elle ressent et de voir son évolution au fil du temps.

Une évolution qui ne pourra se faire que grâce au soutien de Kaye, de Milo mais aussi de son grand-père et des lettres de sa mère.

Elle pourra compter sur eux à chaque étape. On ressent combien ils sont tous soudés les uns aux autres.

J’ai aimé le fait que l’auteure ait davantage intégré la culture amérindienne dans cette intrigue, beaucoup plus que dans le premier tome, ce qui m’avait un peu déçue. C’est une partie très intéressante, vue avec le point de vue d’Evie, métisse, qui a vécu toute sa vie en ayant ces deux cultures ancrées en elle. Nous découvrons une culture, le peuple, ses traditions à divers moments, bien souvent chargés en émotions.

Ces dernières sont très présentes dans le roman et la plume de l’auteure retranscrit parfaitement ce que les personnages ressentent, mais il m’aura manqué ce petit plus qui m’aurait fait m’attacher davantage à Evie, même si j’ai dévoré ce second tome en quelques jours.

J’avais deviné certains éléments dont l’identité de la troisième personnalité que nous allons découvrir prochainement . Je suis curieuse de savoir ce que l’auteure nous réserve comme surprise car la fin du tome consacré à Evie est riche en révélations sur les secrets d’une famille très complexe.

Vivement la suite, à paraître début février 2021!

Plus d'infos : Hugo Roman

Les liens du Sang : Paris - l'Intégrale de Laure Arbogast

Autoédition

À 17 ans, Camille apprend l’existence sous les pavés parisiens de la Ville Souterraine. Ce réseau de 300 km de galeries est régi par l’Armée de l’Ombre, une société secrète dont les membres, des sorciers dotés de pouvoirs surnaturels liés aux Quatre Éléments, chassent les vampires depuis des siècles.

Le grand frère de Camille en ferait-il partie ? Quel lourd secret cache-t-il, qui les a éloignés depuis 4 ans alors qu’ils étaient inséparables ? Le père de Camille, décédé depuis des années dans des circonstances suspectes, était-il aussi chasseur de vampires ? C’est ce qu’elle devra découvrir à tout prix pour avoir une chance d’échapper à cette ombre menaçante qui la traque…

Sa découverte du monde souterrain est compliquée par l'attirance qu'elle éprouve pour trois garçons bien différents et à l’attitude ambiguë. Lequel aime-t-elle vraiment ? Qu’est-elle prête à sacrifier pour chacun d’eux ? Son choix pourrait la conduire à sa perte…

L’étau se resserre autour de Camille et ses alliés ne sont pas forcément ceux qu’elle croit… Parviendra-t-elle à percer le mystère de ses origines ? Se rapprochera-t-elle de son frère ? Et surtout, dans sa quête de la vérité, se laissera-t-elle happer par sa part d’ombre qui grandit peu à peu ?

 

Avis d'Edelweiss :

Je tenais d’abord à remercier l’autrice, Laure Arbogast, pour m’avoir gentiment envoyé son livre après avoir échangé quelques mots ensemble sur les réseaux sociaux. 

Il s’agit de mon premier roman de cette autrice, qui m’était encore méconnue... et c’est bien dommage car sa trilogie « Les liens de sang » est véritablement à découvrir.

Je me suis lancée dans cette lecture car voilà très longtemps que je n’avais lu d’histoires sur les vampires. J’aime le genre « fantastique » il va de soi, mais a trop fortes doses mon impression est de m’y perdre parfois. Personnellement, j’ai trouvé cette histoire prenante, j’ai lu tout d’une traite, en très peu de temps.

L’histoire est accrocheuse, le résumé par contre en dit trop à mon goût. Le but n’étant pas de vous racontez l’histoire mais de suscité la curiosité dans cette chronique en vous donnant mon ressenti qui en ressort positif.

C’est donc ma première histoire sur des Cataphiles, à Paris qui plus est  (Parisienne dans l’âme héhé !). J’ai adoré l’aspect sombre de ce roman dans les entrailles de mon « beau Paris ». Ce monde de la nuit avec ses souterrains enchevêtrés que nous n’imaginons même pas sous nos pieds, sous ces monuments ou endroits connus de tous.

À nous l’imagination !

Ce monde est très bien abordé, sans en faire trop pour autant ce qui a permis à l’autrice de laisser une place importante à la romance.

Et nous avons ici un trio amoureux.

Camille est une très belle jeune femme de 17 ans, intelligente et chanteuse à ses heures creuses. Nous avons donc accès à la playlist de la trilogie et aux paroles de ses chansons (en anglais, je ne suis pas très à l’aise et tout n’est pas traduit donc merci d’utiliser comme moi Google traduction). Il faut savoir que le chant est un moyen d’expression de leurs sentiments. J’ai trouvé cela très chouette et d’une belle justesse de découvrir leurs états d’âmes soufflés à la guitare.

Camille est le personnage principale de l’histoire. Ses liens de sang comme l’indique le titre du roman est un mystère en suspension. Alors à chaque chapitre une épreuve ou un réponse nous est révélée. Il n’y a pas de perte de temps dans ce roman pour naviguer d’un point à un autre dans de trop grandes illusions. Aucun chapitre sans intérêt ou d’un trop plein descriptif. L’autrice vient au bout de ses idées plutôt rapidement avec efficacité en occultant les longueurs.

On pourrait par moment s’énerver du comportement de Camille et ses déboires amoureux mais rendons-nous bien compte de son jeune âge. À 17 ans on aime fort, on aime vite et parfois même sans savoir ce qu’est aimer vraiment. Comme Camille, on apprend en commettant des erreurs, en se sentant inutile, indésirable jusqu’à comprendre enfin l’état émotionnel dans lequel s’imprègne véritablement l’amour. La durée, la souffrance, le combat pour le gagner ou le retrouver. Les sensations multipliées, le sourire béat aux lèvres. Camille est certes jeune mais elle prouve sa valeur aux yeux des autres dans la forte et l’impulsivité de l’instant face aux difficultés rencontrées. Sa témérité a du mérite. Elle désire quelque chose et fait tout pour l’obtenir tout en tirant des leçons bonnes ou malheureuses.

Du côté des garçons c’est assez ambiguë. Trois caractères différents donc trois personnalités distinctes. Un est de passage, le second réapparaît à un moment opportun quant au troisième il fait partie de sa vie de tous les jours.

Je ne tiens pas à spoiler ou raconter le déroulement les concernant je vous laisse le plaisir de vous y plonger.

Le côté fantastique du livre, concernant les vampires et leurs pouvoirs jouent un rôle primordial dans les sentiments des personnages. Dons des quatre éléments, (terre, eau, air, feu) dons qui changent ou manipulent les gens jusqu’à le fin mot de cette aventure. 

À nous de trouver le vrai du faux.

J’ai apprécié cette agence incognito de « l’armée de l’ombre » ainsi que ce centre de formation énigmatique qui reste à mes yeux pas assez détaillé sur l’enseignement ou ce que subissent les futurs soldats de l’AO puisqu’ils en ressortent complément transformés et hermétiques.

Laure Arbogast écrit avec fluidité et sans s’emcombrer de détails surfaits. La lecture se fait très facilement. Ce sont des livres d’un format tout à fait correct.

Mais ce n’est pas tout, car en terminant cette « intégrale à Paris » je viens de comprendre que la suite était sortie fin d’année dernière pour nous apporter plus d’explications et de détails sur les dernières révélations sur Camille mais aussi certainement clôturer l’histoire de chaque personnage rencontrés au fil de la lecture.

Il s’intitule « Rédemption » et mes petits yeux s’y poseront prochainement! 

Citation :

"- Non, dit- il en serrant sa petite main dans la sienne. Je ne te quitte pas. Je pars.

- Quelle différence ?

- On se quitte quand on ne s’aime plus. Moi, je pars parce que je t’aime."

Plus d'infos : FB de Laure Arbogast

Biker Girls - Intégrale 2 : Tome 1 "Biker Brit" et Tome 2 "Biker Boss" d'Audrey Carlan

Editions Hugo Roman - Poche 

TOME 3 BIKER BRIT

Holly Hatfield est bibliothécaire, elle est fougueuse et intelligente et parle avec un accent britannique très sexy. Elle porte des jupes crayon, des chemisiers en soie et des talons aiguilles. Elle est ultra-classe, mais son attitude est toujours stricte.

Elle a peur de l'engagement et se méfie des hommes qui lui ont toujours menti et l'ont toujours trompée. Theodore " Tank " Bradshaw est un ex-marine et il s'occupe de la sécurité du Hero's Pride. Il doit son surnom au fait qu'il a conduit des tanks lorsqu'il servait en Afghanistan et qu'il est très costaud.

C'est un grand amateur de femmes qui l'aident à chasser les démons auxquels il est confronté.

Holly et Tank se rencontrent et se découvrent une certaine attirance l'un pour l'autre, mais

seulement en tant que " sex friends ". Aucun des deux ne cherche une relation sérieuse.

Mais lorsqu'un club de motards rival débarque en ville et commence à jouer sur le territoire

de Tank, celui-ci est obligé de se dévoiler.

TOME 4 BIKER BOSS

Tammy Hamilton débarque de Californie pour venir en aide aux autorités locales

contre une bande de criminels qui s'en prennent au Hero's Pride. En général, les bikers s'occupent de ce genre de choses eux-mêmes, mais là, ce sont les femmes du club qui sont visées, et ils se résolvent à travailler avec les forces de l'ordre pour découvrir qui est derrière ces attaques incessantes.

L'agent Hamilton se fait passer pour la femme du biker Derek " Champ " Layton, qui dirige le gymnase et la ligue de boxe de la ville. En tant qu'ex-boxeur professionnel, il sait comment protéger ce qui lui appartient. Au fur et à mesure que Tammy et Champ se rapprochent, il a de sérieuses réserves à l'idée de laisser sa femme sous couverture servir d'appât et n'hésite pas à
en faire sa femme pour de bon.

 

Avis de Christy :

J’avais découvert la plume d’Audrey Carlan il y a quelque temps déjà et je me suis dernièrement plongée dans la première intégrale de “Biker girls” qui regroupait les deux premiers tomes de la série. Malgré quelques petites choses qui m'avaient dérangé, j’avais quand même apprécié ma lecture.

Je n’ai pas attendu pour me plonger dans la lecture de la seconde intégrale.

Sur le même principe que précédemment, cette nouvelle intégrale regroupe les tomes 3 et 4 de "Biker girls” dans lesquels nous découvrons deux nouveaux couples.

Dans “Biker Brit”, il s’agit de l’histoire d’Holly et de Tank.

La jeune femme Holly est la meilleure amie d’Anya (du tome 2) et une libraire au style vestimentaire chic. Elle ne garde pas une bonne estime des hommes qu’elle a fréquenté. Holly est maintenant sur la retenue dans ses relations. Elle est ainsi très indépendante, franche dans ses propos.

Tank est un homme à l’allure imposante, d’où son nom. Il est chargé de la sécurité de The Hero’s Pride, son MC. Il a l'habitude d’enchaîner les conquêtes car les femmes sont pour lui un moyen d’oublier ce qu’il peut se passer dans sa tête et qui le perturbe beaucoup.

Dès le départ, les choses sont claires entre eux. Il est juste question de prendre du bon temps, tous les deux et surtout ne pas s'impliquer émotionnellement.

Tous les deux ont vécu des épreuves dans leur passé qui font qu’ils ne recherchent pas une relation sérieuse. Les mondes dans lesquels ils évoluent au quotidien sont assez éloignés l’un de l’autre.

Pourtant, au fil du temps, ils vont apprendre à se connaître, à se confier et surtout dominer ce qui pourrait leur faire peur.

L’alchimie entre eux est évidente dès les premières pages. Ils se plaisent et cela se ressent lorsqu’ils sont l’un avec l’autre.

Sur le même modèle que les histoires précédentes, nous avons ici un couple qui apprend à connaître l’autre et qui cède assez rapidement à leur attirance.

L’auteure, Audrey Carlan, réussit à introduire à partir ce tome un fil conducteur qui relance notre intérêt pour la série et pour nos bikers.

Pourtant, j’aurais aimé que l’auteure développe davantage la personnalité des personnages, les épreuves de leurs passés qui ont clairement un impact sur leurs vies aujourd'hui et leur relation qu’ils peuvent avoir.

On reste dans ces sujets uniquement en surface, sans rentrer dans le détail.

J’ai aimé le fait que soit introduit ici, dans le tome 3 la notion d’un danger qui pèse sur le club. On sent la tension qui augmente au fil des pages et qui fait son apparition. Car les femmes du club sont soudain prises pour cible par des hommes mystérieux, apparemment membres d’un autre MC concurrent. L’ambiance est tendue. On veut comprendre le pourquoi d’une telle violence. Peu d’explications sont données ici. C’est le début d’une enquête très intéressante à suivre...

Du coup, cette tension fait que Tank et Holly vont se rapprocher d’un cran et prendre conscience qu’ils vont avoir besoin l’un de l’autre.

 

Dans “Biker Boss”, nous retrouvons toujours nos personnages avec la menace qui pèse sur le club et plus particulièrement sur les membres féminins. Elles sont en grand danger.

C’est pourquoi Tammy s’est proposée d'infiltrer les Hero’s Pride en tant que “chérie” de Champ.

Tammy travaille pour la police depuis de nombreuses années. Elle a dû s’investir beaucoup et cette nouvelle mission va lui permettre de faire voir de quoi elle est capable.

Elle joue maintenant le rôle d’appât pour apprendre qui est derrière les attaques.

Mais sa rencontre avec Champ va bouleverser ses plans.

Derek “Champ” était un champion de boxe avant que sa carrière ne bascule. Il s’occupe désormais du gymnase et de la salle de boxe de la ville. Champ va se montrer très protecteur à l’égard des femmes du MC et particulièrement de Tammy.

Il va immédiatement être attiré par elle pour sa force de caractère et sa détermination.

Si la relation qui se noue entre eux est d'abord pour les besoins de l’enquête de Tammy, la frontière entre travail et plaisir va être très floue. Champ va tout faire pour convaincre Tammy de la force de son attirance même si la jeune femme est d’abord assez réticente à mettre en danger sa mission.

Mais c’est bientôt la passion entre eux. On sent bien que leur attirance est la plus forte.

Encore une fois, Audrey Carlan nous offre une histoire addictive qui se dévore d’une traite. On suit avec avidité la relation qui prend naissance sous nos yeux ainsi l’enquête pour découvrir qui est derrière les attaques visant les femmes du MC.

L’histoire est passionnante, plus centrée sur l’action même si les scènes érotiques sont toujours aussi présentes que dans les tomes précédents.

J’ai aimé le personnage de Tammy, bien plus que les autres héroïnes car elle ne se laisse pas faire et ne se laisse pas marcher sur les pieds par les hommes qui l’entourent. C’est le personnage le plus charismatique de la série.

L’auteure revient sur ce qu’il s’est passé dans sa vie pendant plusieurs années. Ces moments sont forts en émotions. On ne peut que s’attacher à Tammy. Pourtant, j’ai trouvé qu’elle se laisse trop facilement convaincre par Champ après tout ce qu’elle a vécu.

Je dois avouer que les passages de son passé m’ont profondément touché et que Tammy m'a impressionnée par la force de son caractère et du fait qu’elle veuille tourner la page de cette partie de sa vie.

Ici le fil conducteur des deux derniers tomes voit sa conclusion. J’aurais aimé toutefois que les choses ne se terminent pas de cette façon, un peu trop “facilement”. C’était un peu trop rapide à mon goût. Il en va de même pour la relation qui se noue entre Tammy et Champ en quelques jours seulement.

On aurait aimé plus d’approfondissements dans les personnalités des personnages et certaines scènes ou thèmes abordés ici.

J’ai cependant passé un excellent moment avec ce 4ème tome.

Comme dans les tomes précédents, j’ai dévoré “Biker Brit” et “Biker Boss”. Les histoires sont courtes. La plume fluide de l'auteure fait que l’on lit les deux romans d’une seule traite pour savoir ce qu’il va se passer ensuite pour nos personnages. J’ai eu une pointe d’inquiétude à certains moments, la tension augmentant au fil des pages.

Le danger qui menace le MC permet à Audrey Carlan de nous présenter un nouveau personnage, très important pour la 4ème et dernière histoire. Cela éveille notre curiosité.

Je trouve cependant dommage que la personnalité des personnages, leurs histoires personnelles ne soient pas plus développées, mises en avant, au contraire de présence des nombreuses scènes érotiques, qui pimentent parfois un peu trop le récit.

C’est avec plaisir que nous retrouvons les les autres personnages des tomes précédents qui continuent de vivre leur vie en parallèle du couple phare.

En bref, cette seconde intégrale se dévore en quelques jours, portée par la plume fluide de l’auteur qui nous emmène dans les histoires naissantes de couples de bikers, avec suspense, émotions, érotisme et humour.

Les personnages se sont révélés attachants et l’on prend plaisir à découvrir l’univers et leurs histoires malgré la rapidité des événements.

“Biker girls” fut une belle découverte que je vous conseille si vous aimez les romans se déroulant dans l’univers des bikers.

 

Plus d'infos : Hugo Roman

 

 

The Wish Serie - Tome 1 "Suda Kaye" d'Audrey Carlan

Editions Hugo Roman
 
Toutes les petites filles font des voeux en regardant les étoiles.

Quand j'étais petite, j'ai fait tellement de voeux que j'en ai perdu le compte. La plupart d'entre eux concernaient tous les endroits que je voulais voir et les choses que je voulais faire. Je voulais

surtout être comme ma mère. Elle nous a appris, à ma soeur Evie et à moi, à vivre chaque moment comme si c'était le dernier. Mais quand notre mère est morte, elle nous a laissé à toutes les deux une pile de lettres à ouvrir à chacun de nos anniversaires. La première lettre m'a été donnée le jour de mon dix-huitième anniversaire et ces mots ont changé le cours de ma vie pour toujours. Elle me disait de voler librement, de tout laisser derrière moi et de vivre la vie dont j'avais toujours rêvé. Malgré mon chagrin, j'ai suivi son conseil. Pendant dix ans, j'ai suivi les traces de ma mère. Littéralement.

Ses lettres m'ont indiqué où aller, jusqu'à ce que la lettre de mon vingt-huitième anniversaire me dise de rentrer chez moi et de poser mes valises. Mais rentrer chez soi est plus facile à dire qu'à faire après dix ans d'absence...

 
Avis de Christy :

Il y a quelques jours, je découvrais la série “Biker girls” d’Audrey Carlan.

Changement d’univers avec la nouvelle série de l’auteure, qui s’intitule “Wish”, que j’avais hâte de découvrir.

Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance de Suda Kaye, une jeune femme de 18 ans. Avec sa sœur aînée, Evie, elles viennent de perdre leur mère, Catori, décédée d’un cancer.

Celle-ci leur a laissé des lettres à découvrir régulièrement dans les années qui vont suivre.

Dans la première lettre, Catori conseille à Suda Kaye d’être libre et de vivre de nombreuses aventures. Kaye, alors amoureuse de son petit copain, Camden, décide de tout quitter et part à la découverte du monde.

Un voyage qui durera 10 ans, ponctué de quelques lettres de sa mère, remplies de conseils et autres pensées.

Maintenant, à 28 ans, Kaye ressent le besoin de rentrer chez elle, auprès de sa sœur.

Contrairement aux autres séries d’Audrey Carlan, davantage tournées vers l’érotisme, cette nouvelle série nous propose de faire connaissance de femmes fortes et modernes.

Avant de me lancer dans le tome consacré à Suda Kaye, j’avais lu sur les réseaux sociaux des avis négatifs. Je dois dire que je ne suis pas du tout du même avis. J’ai beaucoup aimé ce premier tome.

Suda Jaye est de retour chez elle après une absence de dix ans qu’elle a passée à voyager dans différents pays autour du monde, à faire diverses expériences.

Son retour chez elle ne va pas se faire sans heurts, à la fois auprès de sa sœur et auprès de son petit copain de l'époque. Tous les deux vont s’interroger sur les raisons d’un tel retour et surtout, s’il est définitif, que Kaye ne va pas ressentir de nouveau le besoin de s’éloigner encore une fois.

La relation entre Kaye et Evie est très forte, comme seule une relation entre soeurs peut l’être. Elles sont proches, se confient souvent l’une à l’autre. Elles peuvent compter sur l’autre. Du coup, Evie n’hésite pas à la confronter quand elle a quelque chose à lui dire, quitte à lui faire du mal. Par contre, en cas de besoin, elle est là pour l’aider.

Elles se sont manquées pendant l’absence de Kaye. Evie en a beaucoup souffert car Kaye est la seule famille qui lui reste.

Dès le départ, Audrey Carlan nous raconte l’histoire entre Kaye et Camden. Leur histoire d’amour dure depuis quatre ans alors qu’ils n’ont alors que 18 ans. On ressent la force de leurs sentiments. Ils sont amoureux. La voie est toute tracée pour eux. Camden va reprendre l’affaire familiale, ils vont sûrement se marier et avoir des enfants. Kaye aime profondément Camden, mais comme sa mère, elle ressent l’envie de voyager, de découvrir autre chose. C’est pourquoi elle décide de partir.

Une décision qui peut sembler égoïste mais dont Kaye avait besoin pour savoir qui elle est et pour devenir ce qu’elle souhaite.

Son retour va bouleverser Camden. D’autant plus que celui-ci est désormais fiancé.

On ressent qu’il y a toujours des sentiments pour Kaye, mais leurs retrouvailles ne seront pas simples.

Dans ce premier tome, nous n’avons que le point de vue de Kaye, de son adolescence à nos jours. Le personnage évolue au fil du temps et on s’attache à elle. Elle va devoir faire face aux choix faits dix ans plus tôt.

C’est un personnage fort, moderne, qui n’hésite pas à vivre de nombreuses expériences, quitte à aller à contre sens de ce que son entourage attendait d’elle. C’est un personnage qui voit en la moindre chose quelque chose de positif.

J’ai aimé le fait que l’intrigue ne se déroule pas dans une grande ville américaine, mais dans le Colorado, plus terre à terre, dans une petite ville aux dimensions humaines. Ce qui donne une histoire plus crédible, plus vivante.

Kaye et Evie ne ressemblent pas aux autres personnages de romance. Elles ont grandi quasiment toutes seules, alors que leur mère parcourait le monde, dans une réserve.

Leurs origines amérindiennes nous amènent à découvrir ce peuple, leur langage et traditions. Dommage que ce côté-ci ne soit pas plus développé car je trouve que cette idée était intéressante.

Par contre, je dois avouer que je ne m’attendais pas aux premières scènes érotiques du roman qui arrivent de façon très explicite dans le texte, alors que rien jusque-là n’en présageait la présence. Même si elles semblent utiles pour décrire une relation qui est en train de se construire, elles m’ont semblé un peu trop détaillées.

La plume fluide de l’auteure fait que l'on lit ce premier tome d’une seule traite. Audrey Carlan a réussi à nous livrer une histoire où les émotions des deux sœurs sont au centre du récit. On passe un très bon moment avec ces héroïnes. On ne s’ennuie pas une seconde.

En bref, ce premier tome de “Wish” fut une très bonne lecture. J’ai aimé cette histoire de seconde chance où Kaye essaye de se construire une nouvelle vie après un long tour du monde. On ressent les liens présents entre Kaye et Evie, deux sœurs aux caractères très différents. Une belle histoire remplie d’émotions que j’ai dévoré d’une seule traite.

J’ai hâte de découvrir le prochain tome, consacré à Evie.

Plus d'infos : Hugo Roman

Syndiquer le contenu