Aller au contenu principal

One last stop de Casey McQuiston

Editions Lumen

Le dernier arrêt ? Non, c'est là que tout commence...Après My Dear F***ing Prince, découvrez la nouvelle comédie romantique de Casey McQuiston !
À vingt-trois ans, August s'installe à New York pour échapper à sa mère, avec qui elle entretient une relation compliquée. Cynique et intentionnellement solitaire, elle tombe malgré elle au beau milieu d'un véritable nid de fou : une colocation joyeuse et extravagante, où discussions et fêtes se succèdent. Mais, sceptique, elle ne se laisse pas vraiment toucher par la ville fascinante et insaisissable qu'elle découvre peu à peu.
Et si ce n'était pas déjà assez déroutant, voilà que par un matin de galère, sur le chemin de la fac, elle fait la rencontre d'une certaine Jane qui n'hésite pas à la sortir d'un mauvais pas. August en reste abasourdie : qui est cette fille belle à tomber qu'elle croise et recroise sans cesse sur sa ligne de métro new-yorkais ? En tout cas, la jeune inconnue au blouson de cuir, à la fois mystérieuse et solaire, n'est pas ce qu'elle prétend... Car, là, sur le mur du légendaire diner où August joue les serveuses pour se faire un peu d'argent, le visage de Jane illumine une photo prise... dans les années 1970 ! Comment expliquer ce prodige ?
Après le succès phénomène de My Dear F***ing Prince, découvrez le nouveau roman né de l'imagination de Casey McQuiston ! L'impossible devient possible dans cette histoire belle et émouvante, pleine de cœur et de dialogues étincelants, où se niche une énigme qui fait écho au mystère même de la ville de New York...

 

Avis de Syb :

August emménage en colocation à New York, loin de sa mère. Cette dernière a, pendant toute sa vie, utilisé sa fille comme assistante dans la recherche de son frère disparu. Désormais c’est du passé puisqu’August tourne la page pour commencer ses études. Elle rencontre ses colocataires, un trio déjà vivace avec un tatoueur silencieux, une sculptrice extravertie et un médium, rien que ça. Elle va et vient entre l’université et l’appartement par la ligne Q du métro où elle rencontre une fille magnifique. C’est le coup de foudre. Mais plus elle apprend à la connaître, plus elle se rend compte que quelque chose cloche. Elle va alors déterrer les talents d’inspectrice qu’elle a acquis au cours de ses années à assister sa mère dans ses enquêtes pour révéler le mystère de la fille de la ligne Q, Jane. Celle-ci semble être toujours dans la même ligne au même moment qu’August. C’est du moins ce que se dit cette dernière jusqu’à ce que la photo de Jane qui trône fièrement dans le restaurant où elle travaille complique grandement les choses : elle date des années 1970.

One last stop est un roman mêlant science fiction et histoire d’amour avec une intrigue basée sur les sauts temporels. Dans un décors de métro qui en devient douillet, on suit des personnages atypiques dans leur quête de réponses. D’ailleurs, ceux-ci sont plus qu’intéressant : il n’y en a pas deux qui se ressemblent. J’ai particulièrement aimé le personnage de Niko, le médium.

Ce fut un roman très divertissant malgré les migraines qu’il m’a donné avec tous ses retournements de situation et ses sauts temporels que j’ai arrêté d’essayer de comprendre. La communauté LGBT+ est fort bien représentée et de façon fidèle tout en montrant aussi les grandes difficultés qu’elle a dû enduré par le passé à travers le personnage de Jane.

Chaque petite histoire était intéressante mais malheureusement j’ai trouvé qu’elles auraient pu être mises encore plus en avant, notamment l’histoire de l’oncle disparu d’August. Je pense que ça aurait pu être fait si seulement le milieu du roman ne s’attardait pas autant sur le dénouement de l’histoire d’amour entre Jane et August. Je trouve que l’on se lasse vite vers le milieu mais une fois que l’intrigue reprend de la vitesse, on est vite emportés.

Tout compte fait, je recommande vivement cette romance !

Plus d'infos : Lumen

La Neuvième maison - Tome 1 de Leigh Bardugo

Editions J'ai Lu

Alors qu'elle se remet de ses blessures à la suite d'un massacre inexpliqué, Alex Stern se voit proposer d'intégrer l'université Yale au sein de la Maison Léthé. Cette société secrète a pour mission de contrôler l'usage de la magie au sein des huit autres maisons que compte la prestigieuse institution. La jeune femme doit cette position enviable quoique dangereuse à un talent très particulier : elle est capable de voir les fantômes. Mais un soir, elle est témoin d'un meurtre d'une violence rare. Son enquête la confrontera à des forces qui défient l'imagination...

 

 

Avis d'Arcantane :

J’avais été très intriguée par ce roman publié en grand format aux Editions De Saxus mais je n’avais pas eu l’occasion de le lire. Lorsque les Editions J’ai Lu l’ont sorti en poche, j’ai eu envie de sauter sur l’occasion pour le découvrir surtout que j’aime beaucoup cette couverture qui est magnifique, simple mais classe.

Au final, je ressors de cette lecture très mitigée.

Il faut dire que j’ai mis plus de 2 semaines à finir ce roman. Les premières deux cents pages ont été très compliquées pour moi. Peut-être n’était-ce pas le bon moment pour lire ce roman. J’ai eu beaucoup du mal à rentrer dans l’histoire. L’auteure nous présente les 9 maisons durant la moitié de l’histoire. Il faut bien suivre car il y a de nombreux détails mais j’avais plus l’impression de m’ennuyer dans cette lecture même si cela a de l’importance dans l’univers afin de comprendre tous les enjeux. Pour ma part, c'était trop long.

Par ailleurs, le fait aussi que l’auteure passe du passé au présent à chaque chapitre m’a beaucoup perturbé car j’avais du mal à me situer dans l’histoire. Il ne se passe pas grand-chose dans cette « première partie » entre Alex et son mentor Darlington.

Je dois vous avouer que j’ai même failli arrêter cette lecture. Fallait-il que je stoppe ou que je continue un peu ? Telle est la question !

Passé la description des maisons et de l’univers, on rentre enfin de l’intrigue et l’on suit l’enquête de l’héroïne Alex Stern à résoudre un meurtre qui d’un premier œil paraît banal mais qui pourrait impacter l’avenir des Maisons.

Et à partir de là, je me suis plongée dans cette histoire. J’ai aimé découvrir le personnage d’Alex Stern, son passé, ses blessures et ce qui la rend aussi unique auprès du Léthé, la 9ème Maison.

C’est un personnage solitaire qui a du mal à faire confiance. Ses pouvoirs l’ont isolée d’une vie normale et elle en a beaucoup souffert. L’arrivée à l’université de Yale est pour elle une seconde chance de reprendre sa vie en main et d’oublier son passé. Même si elle doit passer pour une étudiante sans histoire, elle apprend alors son rôle de Dante qui est de protéger les autres maisons lors de leurs pronostications et d’éloigner les Gris (fantômes) qui pourraient intervenir. Elle apprend grâce à son mentor Darlington qui lui apprend les ficelles du métier et lui fait découvrir un monde totalement caché rempli de magie et de pouvoirs. Alex doit malheureusement se débrouiller toute seule suite à sa disparition et enquêter sur cette affaire qui s’avère plus compliquée et qui désigne certaines Maisons.

Petit à petit, l’intrigue se dévoile, Alex est prise pour cible et doit se trouver des alliés sans la présence de Darlington qui ne peut malheureusement plus l’aider et la conseiller.

Elle se trouve une alliée étonnante avec Dawes qui avec sa connaissance l’aide à rester en vie et de l’inspecteur Turner qui l’aide dans cette enquête de meurtre.

C’est un roman assez étrange rempli de la magie, de noirceur, d’espoir. L'intrigue est très bien et je ne m'attendais pas à cette fin.

Ce roman plaira à un certain lectorat mais je ne suis pas sûre de continuer la suite (NB: la neuvième maison est une trilogie) au vu de ma difficulté à rentrer dans cet univers.

Plus d'infos : J'ai Lu

Vespertine de Margaret Rogerson

Editions Bragelonne - collection BigBang

"Les morts de la Loraille ne reposent pas en paix.

Artemisia suit l’enseignement pour devenir une sœur grise, chargée de purifier les corps des défunts pour que leur âme puisse gagner l’au-delà  ; dans le cas contraire, ils se relèvent sous la forme d’esprits vengeurs qui s’en prennent aux vivants. Un travail de l’ombre qui lui convient parfaitement  : Artemisia préfère avoir affaire aux morts plutôt qu’aux vivants, qui se méfient de ses mains brûlées et de son passé trouble.

Quand son couvent est attaqué par des soldats possédés, Artemisia n’a d’autre choix que de réveiller un antique esprit emprisonné dans une relique. Faire appel à l’extraordinaire pouvoir de cet esprit malfaisant menace de la consumer, mais le mal se répand sur la Loraille, et pousse la jeune fille à remettre en question tout ce qu’on lui a enseigné. Ce revenant est peut-être le seul être qui puisse aider Artemisia à vaincre l’ennemi… si tant est qu’il ne la trahisse pas en premier."

 

Avis de Christy :

J’avais beaucoup aimé le premier roman de l’auteure, Margaret Rogerson, “Sorcery of thorns”, publié il y presque deux ans.

Lors de sa venue en France, l’auteure a présenté son nouveau roman “Vespertine”. Je dois vous avouer que j’attendais avec impatience d’avoir mon propre exemplaire entre les mains.

D’autant plus que j’ai fini par recevoir la magnifique édition reliée, à la tranche bleue et blanche représentant des corbeaux, ainsi que l’illustration dans les premières pages. L’objet-livre est tout simplement magnifique!

Nous découvrons avec “Vespertine” un nouvel univers sombre et dangereux, celui de la Loraille. Un monde où les morts ne reposent pas en paix.

Artemisia, notre héroïne, a vécu toute sa vie dans un couvent. Après avoir été possédée par un revenant, épreuve dont elle est ressortie avec de graves blessures aux mains, Artemisia ne souhaite qu’une chose: être une sœur grise. Elle veut s’occuper des défunts, purifier leur âme afin qu’elle puisse gagner l’au-delà.

Artemisia n’est pas particulièrement à l’aise avec les autres sœurs avec qui elle n’a pas que très peu d’interactions. Elle n’est pas à l’aise d’autant plus que les sœurs se méfient d’elle à cause de son passé.

Un jour, le couvent est attaqué par des soldats possédés par des revenants.

Artemisia n’a pas le choix: elle va réveiller l’un d’entre eux qui a été emprisonné il y a plusieurs centaines d’années dans une relique.

Un marché qui n’est pas sans risques car le Revenant peut vouloir la contrôler à tout moment. Mais le danger est tellement grand qu’il risque de détruire la Loraille, Artemisia ne réfléchit pas plus avant de prendre cette décision.

Le Revenant est peut être bien le seul à pouvoir contrer le mal qui se répand.

Dès les premières pages, nous suivons donc Artemisia qui souhaite vivre une vie "tranquille'' loin de toute interaction avec ses semblables, en s’occupant d’apaiser les âmes des défunts. Hélas, le destin en a décidé autrement…

L’univers créé par l’auteure est dense, original et sombre. Chaque point nous est expliqué pour qu’on ne soit pas perdu dans l’histoire. On rentre très facilement dans cette histoire.

La plume fluide de l’auteure nous permet de dévorer les plus de 400 pages de ce roman en quelques jours seulement.

L’action est omniprésente. Les rebondissements dans “Vespertine” arrivent toujours à point nommé et maintiennent notre intérêt pour cette histoire qui sort des sentiers battus.

J’ai aimé la façon d’agir d’Artemisia. C’est une héroïne qui se dissimule sous les habits d’une banale sœur grise. Elle n’a pas vécu des choses faciles pendant son enfance. Alors que d’autres pourraient être traumatisés par cette expérience, elle n’en est ressortie que plus forte.

Pourtant, elle va devoir se battre, être blessée dans de nombreux combats. Elle ne baisse jamais les bras, même lorsque son corps la trahit. Elle a une force de caractère admirable.

J’ai également aimé les autres personnages de “Vespertine”. Qu’ils soient principaux ou secondaires, chacun d’eux a une importance et une place dans le récit.

Le Revenant, emprisonné dans une relique, va devoir aider Artemisia. Si au début on se méfie de lui, au fil des pages, nous allons apprendre à le connaître, comme notre héroïne. S’ils ne s’entendent pas au début du roman, à juste titre, ils vont devoir faire équipe pour lutter contre le mal. Il va même prendre soin d’elle, lui ordonner de se soigner quand elle est blessée, qu’elle se nourrisse, qu’elle se repose. Le bien-être de la jeune femme est un point primordial dans leur entente et leur collaboration, sachant qu’ils partagent le même corps!

J’ai adoré certaines répliques du Revenant, parfois sarcastique. Ces commentaires tombent toujours juste. Il ne lui manque qu’un corps pour être un personnage à part entière. La relation qui va se nouer entre lui et Artemisia est tout simplement parfaite!

On s’attache à tous les personnages au fil de notre lecture.

J’ai été surprise par le retournement de situation à la fin du roman. Je dois dire que l’auteure a réussi à me surprendre. J’ai retenu mon souffle jusqu’au dénouement, me demandant comment tout le monde allait s’en sortir.

En bref, j’ai tout simplement adoré cette histoire originale où le moindre détail ou personnage à son importance. Le duo Artemisia / Revenant est tout simplement parfait avec deux personnages qui n’ont rien en commun et qui, pourtant, doivent travailler ensemble et unir leurs forces pour sauver le monde.

Ce roman est une vraie réussite!

Plus d'infos : BigBang

Wolven - Tome 1 "Le loup solitaire" de JR Ward

Editions Milady

Une nouvelle série dans l’univers de la Confrérie de la dague noire

Lydia Susi s’est donnée pour mission de protéger les loups à l’état sauvage. Lorsqu’une chaîne hôtelière aménage un terrain à deux pas de la réserve naturelle où elle exerce, elle est parmi les premiers à dénoncer le projet, et à s’attirer les foudres de la compagnie. Un inconnu l’agresse lors d’une excursion nocturne dans la forêt, avant d’être mis en fuite par le nouveau collègue de Lydia, surgi de nulle part. Daniel Joseph semble dissimuler de nombreux secrets, pourtant Lydia a envie de lui faire confiance. Quand la menace qui plane sur eux conduit à la mort de l’un de ses collègues, Lydia doit décider jusqu’où elle est prête à aller pour protéger les loups. Daniel lui fait alors une révélation qui bouleverse son existence…

 

Avis de Christy :

J.R. Ward est une auteure que j’aime particulièrement, notamment grâce à sa série “La Confrérie de la dague noire”.

Je dois dire que j’étais très intriguée par la sortie de ce premier tome de la série “Wolven”, consacrée aux loups.

Nous faisons la connaissance de Lydia Susi, qui travaille au Centre d'étude des loups en tant que comportementaliste, dans une petite ville de l’Etat de New York, à l’Est des Etats-Unis. Elle est très impliquée dans son travail. Elle prend soin de ces animaux qu’elle étudie également. Elle est aidée par Candy, la secrétaire au look atypique et par Richard Marsh, le vétérinaire.

Les choses ne vont pas très bien pour le Centre puisque leur patron, Peter Wynn, est assez peu présent pour d’obscures raisons. Du coup, Lydia doit assumer son poste en plus du sien.

Le Centre a également quelques problèmes de financement.

Lydia est très inquiète concernant la construction d’un immense complexe hôtel-spa dans la vallée, tout près du parc où elle étudie les loups. En effet, depuis quelque temps, de nombreuses bêtes sont retrouvées empoisonnées et Lydia pense que les propriétaires de l’hôtel en sont responsables.

L’arrivée de Daniel Joseph comme homme à tout faire dans le Centre va changer le quotidien de notre héroïne.

Comme j’étais très intriguée par ce premier tome, je l’ai dévoré quasiment d’une seule traite, mais je dois dire dire que j’en ressors pas totalement satisfaite.

La plume de J.R. Ward n’est pas en cause. Elle est toujours aussi fluide et addictive que les titres de La Confrérie.

Peut-être attendais-je trop de cette nouvelle série? En tout cas, je m’attendais à lire un livre sur où il est question de loups mais ils ne furent pas aussi présents que je le pensais, à mon grand regret.

Ensuite, l’intrigue n’avance pas vite, les rebondissements ne sont pas nombreux. Le rythme est lent, entièrement focalisé sur la relation entre Lydia et Daniel, laissant de côté l’enquête sur la disparition du responsable du Centre ainsi que sur les menaces dont fait l’objet Lydia. On est clairement dans un tome introductif qui nous présente l’univers, les personnages, pose le décor pour les tomes suivants.

Nous suivons le quotidien de Lydia et de Daniel, au Centre.

Cependant, très vite, Lydia va prendre position contre la construction d’un hôtel qui risque de bouleverser l’écosystème de la région en ciblant les loups. Daniel va l’aider, la protéger contre cette menace. Ils vont se rapprocher petit à petit…

Une menace semble peser sur la jeune femme mais l’enquête n’avance pas très vite.

Concernant les personnages, j’ai beaucoup aimé la personnalité de Lydia, passionnée par son métier, la nature et bien sûr, la protection des loups.

Daniel, est, quant à lui, bien trop mystérieux. On ne sait rien de son passé. Il se fait embaucher au Centre en tant qu’homme à tout faire. Il a l’habitude d’être sur la route et ne reste que quelques mois à chaque fois. C’est un homme doué en bricolage, il sait tout faire, de la réparation de ponts, de toiture ou de plomberie.

Il ne s’attache à rien, ni à personne. Pourtant, dès sa rencontre avec Lydia, on ressent clairement une forte attirance entre tous les deux.

Quant au dénouement de ce premier tome, je reste sur la réserve. Les révélations n’arrivent qu’en dernière partie, dans les derniers chapitres, d’une façon assez brusque qui ne m’a pas entièrement satisfaite. J’ai eu l’impression de ne pas tout comprendre, de manquer d’informations. Mais je dois avouer que ces révélations donnent envie d’en savoir plus, de découvrir un second tome où j’espère trouver des réponses à mes questions. Cela reste très intriguant.

Je dois dire que j’ai été également très surprises des crossovers entre “Wolven” et “La Confrérie la dague noire”. Je pensais que les deux séries n’avaient rien en commun.

Alors que “Wolven” est un récit plutôt centré sur la nature, très ancré dans le réel, l’arrivée de ces passages était très surprenante, je ne m’y attendais pas du tout. Le côté “fantastique” du roman était perturbant.

J’ai hâte de voir comment les deux séries vont arriver à être liées l’une à l’autre. Pour le moment, nous n’avons que quelques pistes.

En bref, ce premier tome ne correspondait pas entièrement à mes attentes. Il manquait pour moi un peu d’action, davantage de rebondissements et surtout la présence des loups. Il y avait également trop de mystères sur les personnages pour qu’on s’attache véritablement à eux. De même, les révélations sont arrivées bien trop tard dans le récit.

Il n’en reste pas moins que ces dernières m’ont donné envie de découvrir le tome suivant pour voir comment les choses vont se passer pour Lydia et Daniel.

À suivre donc…

Plus d'infos : Milady

En route pour l'avenir de Sarah Dessen

Editions Lumen

Découvrez le roman à l'origine du film Netflix ! Voilà des mois qu'Auden ne dort plus la nuit. Depuis le divorce de ses parents au moins... Non, depuis que leurs disputes ont commencé. Alors, quand l'opportunité se présente de passer un été insouciant à la plage dans la petite ville balnéaire où son père s'est installé, elle saute sur l'occasion.

Elle fait ses valises et s'apprête à savourer ses vacances sans penser à rien (c'est fatiguant, il faut dire, de jouer les filles parfaites d'un bout de l'année à l'autre comme...)

 

 

Avis de Syb :

En route pour l’avenir promettait d’être une lecture de vacances d’été qui sent bon l’eau salée et le sable chaud.

C’est l’histoire d’Auden, obsédée par son éducation à cause d’une mère académique, elle décide de passer ses vacances chez son père à Colby, une ville balnéaire. Elle rencontre alors sa belle-mère et sa demie sœur qui vient tout juste de naître. Pour aider sa belle-mère, Heidi, Auden va travailler à la comptabilité dans sa petite boutique de vêtements où elle rencontre Maggie, Esther et Leah, un trio d’amies haut en couleurs qui vont finir par l’accueillir a bras ouverts. Auden est insomniaque depuis que ses parents ont commencé à se disputer violemment avant de divorcer. Tel un véritable oiseau de nuit elle traîne dans le petit village en essayant de travailler pour sa proche rentrée à l’université. C’est alors qu’elle fait la rencontre d’Eli, un personnage mystérieux qui cache de sombres secrets.

Bon.

Je vais vous avouer que je n’ai vraiment pas aimé cette lecture. Il n’y a pour ainsi dire pas de réelle histoire. J’en sais plus sur le nouveau né et ses pleurs à répétion que sur l’histoire d’amour entre Eli et Auden. J’ai trouvé que l’attention était bien trop portée sur la relation entre le père, la belle-mère et la demie-soeur plutôt que sur le but de l’histoire et c’était bien dommage. Le mystère que cache Eli est dévoilé bien trop facilement, le lecteur a à peine le temps d’imaginer toutes les possibilités, il n’y a presque aucun suspens.

J’ai trouvé dommage qu’on n’ai pas plus de points de vue différents car ces personnages auraient pu être bien plus développés (sauf pour le père, la belle-mère et la demie-soeur, on a compris).

Quand je me suis lancée dans cette lecture je m’attendais à une histoire d’amour douillette mais j’avais plus l’impression que cette dernière était en arrière plan. D’ailleurs je trouvais le personnage principal un peu fade comparé aux autres, elle est bien trop facilement influençable et je ne m’y suis pas du tout attachée. Si on m’avait vendu ce livre comme étant une histoire de développement familial sur fond d’amourette de vacances, je pense que j’aurais plus aimé. Ce n’était seulement pas ce que je cherchais.

Plus d'infos : Lumen

Syndiquer le contenu