Aller au contenu principal

L’éternité c’est compliqué de Jennifer L Armentrout

Editions J'ai Lu

Depuis sa plus tendre enfance, Mallory Dodge se drape dans le silence. Se taire, c'était survivre. Voilà quatre ans que son cauchemar a pris fin, quatre ans qu'elle n'a pas revu Rider Stark, son protecteur. Entourée de parents adoptifs aimants et à l'aide de cours particuliers, Mallory a repris le chemin des mots. Elle s'apprête également à faire le grand saut en reprenant celui du lycée pour son année de terminale. Le jour de la rentrée, la jeune fille était loin de se douter qu'elle tomberait sur son ami. Leur complicité est intacte, mais si Rider n'a plus rien d'un enfant, il reste habité par de nombreux démons. Quand les ombres du passé menaceront de les séparer, Mallory aura-t-elle le courage de prendre la parole pour exprimer ce qui doit l'être ?

 

 

Avis d'Edelweiss :

Jennifer L. Armentrout m’a une fois de plus envoûté avec son nouveau roman. Voici une auteure qui pour part fait un sans faute par ses histoires toujours distinctes, riches et mouvementées mais surtout captivante jusqu’à la dernière ligne.

« L’éternité c’est compliqué » traite d’une histoire difficile de deux enfants devenus adolescents et dont le combat pour mener une vie normale est une lutte de chaque jour. Voici un livre pour lequel des recherches ont été faites manifestement. Des rebondissements, un brin d’humour et surtout une variété d’émotions plus ou moins intense, qui relève parfois de l’inconscient ou des réactions psychologiques et physiques à une situation simple ou critique.

Mallory Dodge a vécu une dizaine d’année en enfer. Sa famille d’accueil faisant partie de la catégorie à « éviter de toute urgence ». Enfant elle fût maltraitée, battue, réprimandé, affamée n’ayant pour seul repère que son meilleur ami vivant avec elle cet enfer, Rider. Rider, qui a toujours pris sa défense. Rider, qui lui disait « ne fais pas de bruit » pour éviter de se faire prendre. Rider, qu’elle a perdu de vue à la suite d’un très grave accident 4 ans plus tôt.

Jennifer L Armentout nous dévoile une facette dramatique dans cette histoire. Cette histoire est belle et pleine d’espoir malgré la noirceur et l’obscurité dans lesquelles Mallory et Rider sont plongés. Elle nous fait comprendre que même si physiquement une personne paraît normale, psychologique, il y a parfois des séquelles irréparables qui jouent sur le comportement à adopter et les sentiments à éprouver. Son écriture est magnifique et rend son texte parfaitement clair, limpide et touchant. Rien n’est pris à la légère, tout est développer pour nous aider à comprendre au mieux ses deux personnages même si nous n’avons que la voie de Mallory, le comportement de Rider est suffisamment étalé pour que nous assimilions le nécessaire. Il est l’homme de la situation, à vouloir protéger Mallory comme dans le passé, de chaque situation qui la met au défi de franchir une étape qu’elle n’est pas encore prête. Rider est une personne censée et intelligente qui vient en aide régulièrement aux personnes à qui il attache de l’importance mais il cache au fond de lui des sentiments complexes pour lesquels il perd pieds.

Je peux dire que j’ai été choquée par cette histoire qui malheureusement ne serait pas une première dans la vraie vie. Les services sociaux sont débordés et beaucoup d’enfants malchanceux passent entre les mailles du système. Les cicatrices dont parle l’auteure sont là pour montrer que les enfants ne ressortent pas indemnes de ses foyers, de ces gens supposés vous aider, vous éduquer et vous montrer de l’affection.

Mallory est une force de la nature sans s’en rendre compte et grâce à Rider qu’elle retrouve enfin à 17 ans, grandit et évolue dans un monde qu’elle ne souhaitait pas découvrir auparavant. Cacher dans sa nouvelle demeure auprès de ses parents adoptifs sous un amas de cours par correspondance, Mallory cherche au mieux à dissimuler ses craintes et passer inaperçu. Cette rencontre sera un coup de fouet pour Mallory mais aussi pour Rider. Elle dit au revoir à la petite fille faible qu’elle était pour dire bonjour à la nouvelle jeune femme qui s’assume même dans ses peurs. La prise de conscience est très importante sur leurs états d’âme comme leur souffrance mais peuvent-ils avancer dans la vie après un si gros traumatisme ou s’enfoncer plus encore dans ce passé qui les consume ?

C’est une petite merveille à découvrir absolument. Les personnages principaux sont attachants et émouvants ce qui donne toutefois aux personnages secondaires une importance considérable dans l’histoire vu qu’ils nous permettent d’entrevoir à leur manière cette relation qu’il estime plus ou moins saine… une meilleure amie dégantée, des parents adoptifs inquiets, une ex-petite amie jalouse mais réaliste, des frères de cœurs espiègles et répréhensibles. Tout ce beau monde regroupé nous offre un moment agréable, attendrissant et singulier pour finir les larmes aux yeux.

 

Extrait : « Il faut que tu arrêtes de te voir à travers les autres. C’est un état d’esprit. Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent. Ils peuvent penser ce qu’ils veulent, du moment que tu apprends à t’en moquer ».

 

Plus d'infos : Site J'ai Lu

Lire un extrait : ICI

Résultat du concours Voyage Interdit

 

 

Avec un peu de retard, voici les résultats :

  • Lucie LB (47)
  • Rose-Marie G. (78)
  • Tiffany V. (85)

Elles remportent chacune un exemplaire de "Voyage Interdit" de Tara Jones.

Les gagnantes ont été prévenues par mail. Hugo Roman vous enverra le lot.

 

 

On y était : rencontre avec Nalini Singh

A l’occasion de la venue de Nalini Singh sur Paris en tant que marraine du Festival du Roman Féminin – édition 2018, les Editions J’ai Lu ont profité de ce moment pour pouvoir organiser une rencontre avec les blogueuses de J’ai Lu mais aussi des lectrices, gagnantes du concours, qui s’est tenue le lundi 7 mai dernier dans leurs locaux.

Pendant cet événement, Nalini a répondu à de nombreuses questions mais elle a aussi participé à la révélation des nouvelles couvertures des intégrales de "Chasseuse de vampires" pour finir par une séance de dédicaces.

 

1) Pourquoi choisir la romance paranormale par rapport au contemporain ?

Pour Nalini, c’est un challenge. Le paranormal était nouveau par rapport au contemporain. Elle voulait du changement (rappelons que ses séries ont maintenant plus de 10 ans). De plus, le paranormal est son premier amour.

2) A-t-elle une préférence entre ces deux styles de romance ?

Très difficile de choisir. Ce qu’elle aime c’est écrire sur des mondes différents, inventer des univers. Le paranormal lui en donne la possibilité.

3) Comment construit-elle ses personnages ? D’où vient son inspiration ?

Elle imagine ses personnages comme des vraies personnes. La plupart du temps, elle découvre le personnage en fonction de son écriture, de l'environnement du livre mais il arrive parfois que son personnage s’impose.

Elle a une particularité d’écriture propre à elle-même : elle écrit son histoire deux fois. La première, elle raconte l’histoire puis elle va réécrire en fonction de son personnage. Ce qui permet de développer toute la partie « émotion » et l’interaction de ses personnages.

Elle prend une idée au hasard et elle l’explore. Pour "Chasseuse de vampires", elle est partie de l'idée de la vue, via un portable, d’un archange au-dessus d’une tour. Que va-t-il lui arriver ?

4) Comment construit-elle son synopsis ?

Pour l’auteure, chaque histoire racontée est différente. Au début de chaque série, tout commence avec une question en tête qu’elle veut développer.

Pour la série "Chasseuse de vampires", son idée est savoir ce qu'il se passerait si les archanges régnaient sur le monde. Elle a choisi Elena comme personnage principal et l’a suivie dans ce monde qu’elle a créé.

Pour "Psi-changeling", elle a voulu développer la problématique suivante. Que se passerait-il si on utilisait nos facultés au maximum ?

En ce qui concerne Rock Kiss, elle a mis en avant l’univers de la musique. Elle prend des notes et revient dessus. L’idée de la série lui est venue en voyant un bad boy. Elle aime beaucoup écrire du contemporain et elle continuera à en écrire (peut-être sur des joueurs de rugby, un sport qu’elle trouve très sexy). Chaque histoire a son contexte. Chaque personnage va plus ou moins être sexy en fonction de son histoire. Son premier tome est très intense contrairement à la suite (référence au troisième tome) où cela est plus progressif.

Pour la construction de l'intrigue, elle regarde à travers les yeux de ses personnages. Elle n’a pas de plan fourni, juste un univers/personnage très détaillés pour elle-même. A la base de ses histoires, elle connait toujours le début et la fin (même si parfois ses personnages prennent d’autres chemins au cours de l’histoire mais la fin reste la même). Elle prend beaucoup de notes dans des carnets pour se rappeler de son univers mais surtout de ses protagonistes.

5) Quand elle commence une série, sait-elle déjà combien de tomes, elle comportera ?

Elle connait toujours la trame générale mais pas le nombre de tomes pour y arriver à la conclusion. Toutefois elle sait si elle se rapproche de la fin. Cela dépend aussi de son éditeur. Son souhait est d’aller jusqu’au bout et d’offrir une fin à son lectorat.

6) A-t-elle un tome préféré ou un personnage préféré ?

Trop difficile pour elle de choisir. Pour elle, son préféré (tome et personnage) est celui du moment. C'est comme choisir son enfant préféré.

7) Pourquoi mixer Archanges et vampires (série chasseuse de vampires) ?

Elle ne sait pas. C’est arrivé sans réfléchir. Elle s’est laissée totalement porter par son histoire. Elle suit ses idées et voit où cela la mène.

8) Toujours sur cette même série (chasseuse de vampires), comment choisit-elle les couvertures américaines ?

Son éditeur américain est son premier éditeur et elle contribue au visuel de ses livres. Elle travaille avec un artiste depuis le début de sa série, plus précisément le deuxième tome. C’est un graphiste qui va retravailler avec des modèles de photos en intégrant, souvent, une des trois idées suggérées par Nalini. Pourquoi trois suggestions ? Cela dépend de la typographie et d'autres détails à incorporer dans le design et elle est sûre quasiment sûre d'avoir une de ses suggestions prises en compte. Les couvertures correspondent très bien à la série car il y a beaucoup de détails. Le fait qu’ils travaillent ensemble depuis des années est un plus car ils se comprennent et Nalini sait de mieux en mieux ce qu'elle peut ou pas demander au graphiste.

9) Pour la série Psi-changeling, va-elle écrire sur Tijan (personnage secondaire changeling rat) ?

C’est un personnage qu’elle aime beaucoup. Et elle a été surprise par l’engouement des fans sur ce personnage secondaire qui lui ont demandé d'écrire son histoire. Elle pense écrire sur lui mais ce ne sera pas un roman mais plus une nouvelle.

10) Question sur la série Rock Kiss, il y a la même conversation dans le tome 1 et 2 entre Molly et Charlotte, comment l’a-t-elle géré ?

Cela a été un défi, et c'est quelque chose qu'elle ne conseille pas de faire, car les deux histoires se déroulent en même temps. Pour y arriver, elle s’est créée une frise temporelle avec les événements du tome un et le positionnement de ceux du tome deux. De plus, il y a des éléments qui étaient essentiels dans le premier tome et facultatifs dans le deuxième et vice-et-versa. Cela a été très compliqué à gérer.

Elle s’est promis de ne jamais le refaire mais elle a recommencé le même schéma par la suite ! *rires*

11) Combien de temps pour écrire un tome ? A-t-elle un emploi du temps précis ?

Oui, elle est bien obligée de tenir un plan : il y a un temps pour écrire et rendre son manuscrit, un temps pour les corrections, un temps pour le traduire…

Surtout que chaque année, elle souhaite qu’un tome de chaque série paranormale (Psi et chasseuse) sorte pour ses lecteurs. Elle doit donc écrire deux tomes par an. Chaque tome lui prend quatre à cinq mois.

Elle écrit environ 5 000 signes par jour, soit environ 25 pages. C’est d’autant plus stressant car il est arrivé de devoir tout reprendre depuis le début à cause d'un élément qui ne marchait pas.

12) A-t-elle eu le syndrome de la page blanche ?

Elle croit à la théorie de Nora Robert : écrire, toujours écrire pour arriver à comprendre où est le problème et débloquer la situation. C’est ce qu’elle fait.

13) Va-elle continuer ses séries ou commencer une nouvelle ?

Nalini a fini le onzième tome de "Chasseuse de vampires" intitulé "Archangel's Prophecy" et sera publié en octobre, en anglais. Quand elle rentrera de son voyage en Europe chez elle, en Nouvelle - Zélande, elle compte se mettre sur le spin off de Rock Kiss.

 

Nalini devant toutes les parutions françaises de ses séries

Quelques dates à retenir :

La série Chasseuse de vampires est parue chez J’ai Lu sous différentes collections. Une réédition est prévue en semi-format.

* Octobre 2018 : intégrale regroupant les 3 premiers tomes

* Janvier 2019 : intégrale 2 (tomes 3, 4 et 5)

* Avril 2019 : intégrale 3 (tomes 6, 7 et 9)

* Eté 2019 : Parution du tome 10 (inédit)

* Automne 2019 : Parution du tome 11 (inédit)

 Nouvelles couvertures pour les intégrales

Le spin off de Rock Kiss a été acheté par J’ai Lu. Quant à "Rock Kiss", il sera réédité vers août/fin 2019 dans la collection #exclusif en poche inédit.

 

Un grand merci aux éditions J’ai Lu et à Nalini pour cette magnifique rencontre.

Plus de photos sur la page FB ABFA : lien

 

*CONCOURS*

A cette occasion, nous vous proposons de gagner un tome de la série Rock Kiss (Rock redemption) dédicacé ainsi que des cartes dédicacées par Nalini.

Pour participer pour gagner le livre :

Vous avez du 02 au 15 juillet 2018 minuit pour participer.
Ce concours est ouvert uniquement aux résidents de France métropolitaine, la Belgique, le Luxembourg et la Suisse.

Pour participer il suffit de compléter le formulaire : lien

 En validant ce formulaire, vous reconnaissez avoir pris connaissance du règlement du concours

 

Pour gagner une des cartes dédicacées :

Rendez-vous sur la page Facebook d'ABFA : ICI

 

Bonne chance à tous !

 

Concours Nalini Singh

Nous vous proposons de gagner un tome de la série Rock Kiss (Rock redemption) dédicacé ainsi que des cartes dédicacées par Nalini.

Pour participer pour gagner le livre :

Vous avez du 02 au 15 juillet 2018 minuit pour participer.
Ce concours est ouvert uniquement aux résidents de France métropolitaine, la Belgique, le Luxembourg et la Suisse.

Pour participer il suffit de compléter le formulaire : lien

 

 En validant ce formulaire, vous reconnaissez avoir pris connaissance du règlement du concours

 

Pour gagner une des cartes dédicacées :

Rendez-vous sur la page Facebook d'ABFA : ICI

Vous pouvez bien sûr participer aux deux concours ! Bonne chance

Roomies de Christina Lauren

Editions Hugo Roman

Attirée par les mélodies d’un musicien de rue qui lui a tapé dans l’œil, Holland Bakker se rend depuis des mois dans la station de métro proche de chez elle. Elle n’ose pas adresser la parole au guitariste qui la fascine, mais un agresseur ivre précipite leur rencontre. Calvin McLoughlin vient à son secours, puis disparaît instantanément.

Pour s’acquitter de sa dette envers le brillant musicien, elle lui obtient une audition avec son oncle, le producteur de musique le plus en vogue de Broadway. L’audition se passe encore mieux qu’elle ne l’imaginait, quand Holland réalise pourquoi il a décampé devant les policiers : son visa d’étudiant a expiré depuis plusieurs années et il vit aux États-Unis dans l’illégalité.

Comprenant que son oncle a autant besoin de Calvin que Calvin a besoin de lui, Hollande prend la folle décision d’épouser l’Irlandais. Ses sentiments ne sont un secret que pour… ce dernier. Peu à peu, leur relation évolue et Calvin devient l’enfant chéri de Broadway. Entre les feux de la rampe et les faux-semblants, que faudra-t-il pour qu’Holland et Calvin prennent conscience qu’ils ont tous les deux arrêté de jouer la comédie depuis longtemps ?

 

Avis d'Edelweiss :

J’avais déjà apprécié le duo Christina/Lauren avec « Hantée » qui vise plutôt les lecteurs Young Adult mais avec cette romance New Adult, elles m’ont visé en plein cœur… « Roomies » est une romance pour laquelle je me suis sentie absorbée par les sentiments des deux héros de cette aventure.

La plume de Christina Lauren est toujours aussi belle et addictive sur un sujet particulièrement controversé. En effet, le mariage arrangé/mariage d’intérêt n’est pas souvent abordé dans les livres en particulier quand un des concernés vit aux États-Unis dans l’illégalité.

Nous sommes plongés dans le fonctionnement et les démarches à suivre concernant les mariages avec un étranger. De longues démarches, souvent nombreuses et délicates, insistant sur leur vie privée et familiale. Relevé du sujet valorise le récit car ce n’est pas une histoire aussi simple qu’est celle d’Holland et Calvin.

Jouer de la guitare voilà le plus grand désir de Calvin McLoughlin, Irlandais et diplômé de la Juilliard School depuis quatre ans. Malheureusement, les offres d’emploi ne se bousculent pas et pour subvenir à ses besoins, Calvin joue dans le métro et donne de petits concerts avec divers groupes perdant dans la foulée son visa d’étudiant et restant donc sur le sol américain dans la clandestinité.

C’est un jeune homme charmant avec qui nous faisons connaissance, taquin, mignon et particulièrement doué dans son domaine, Calvin est un vibrateur d’émotions dès qu’il touche sa guitare. Je dois avouer, que la manière dont l’héroïne décrit sa musique est juste fabuleuse. Les termes, les mots, les sensations sont notamment bien trouvées pour nous mettre en émoi, nous faire comprendre son ressenti, ses états d’âme et bien sûr, je suis tombée sous le charme de ce mystérieux guitariste au sex-appeal totalement ignoré.

Holland Bakker, est une jeune femme encore indécise sur sa vie professionnelle. La seule chose qu’elle sait d’elle est qu’elle souhaite vivre près de son oncle et son mari Robert puis écrire, bien que le syndrome de la page blanche lui fasse défaut depuis 2 ans. Holland est intelligente, serviable, reconnaissante de la vie qu’elle mène actuellement mais peu sûr d’elle et son estime d’elle-même est assez limité d’ailleurs. Elle vit dans un monde où elle n’arrive pas à s’accomplir ni à affirmer. Sous l’emprise de la musique qu’elle côtoie depuis son enfance grâce à son oncle, Robert, chef d’orchestre et réalisateur de spectacle à Broadway, elle s’éprend d’un guitariste dans le métro, l’observe, l’écoute jour après jour jusqu’au moment où une opportunité s’offre à elle de l’aborder.

Cette histoire d’amour et d’amitié est assez surprenante. On se doute bien de ce qu’il peut se produire mais sur le fait accompli c’est bien plus qu’il ne faut pour nous faire espérer une happy-end. La tournure du livre est un véritable supplice, nombreux sont les quiproquos du couple, les entrevues au service de l’immigration qui les affolent face à leur mensonge, la jalousie d’Holland quand survient le passé de Calvin auquel elle doit faire face mais surtout l’humour des personnages apporte un peu de légèreté et de bienveillance de leur relation qui fait bon vivre finalement. Pourtant, épouser un inconnu ce n’est pas rien mais épouser son métier c’est tout autre. Les difficultés de la vie à deux ne vont que commencer entre compromis, convenance et honnêteté ou fidélité, la douleur comme la peine sont des sentiments qui passent souvent inaperçus.

Je suis comblée par ce roman. Holland et Calvin sont émouvants dans leurs sentiments, leurs paroles, par leurs caractères et leurs convictions, leur relation soudaine et improvisée démarre sur les chapeaux de roue mais les conduira bien au delà de toute attente. Christina Lauren a su créer une atmosphère de confiance et d’abandon pour ce couple qui se cherche encore individuellement et conjointement.

Je suis sous le charme des personnages, de cette histoire touchante et audacieuse.

Laissez-vous tenter, ce « faux-mariage » en vaut le détour.

Plus d'infos : Hugo Roman

Syndiquer le contenu